| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
4 utilisateur(s) en ligne (dont 4 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 4

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Italia Vostra : Le petit Canal de Venise
Posté par Ron le 6/7/2006 6:00:00
Italia Vostra

Ceci est un billet de KA La Boîte à Images


Si Venise est en Italie, Venise n'est pas l'Italie comme New York n'est pas les Zétazunis.
Mais d'Italie, je ne connais que Venise et particulièrement l'un de ses plus illustres représentants :
Canaletto.



"Le pont du Rialto" par Canaletto, 1735-1740



Giovanni Antonio Canal est né en 1697 à à deux pas du Rialto. Il se fera connaître pour ses "vedute", ses magnifiques panoramas de la Sérénissime.
Son père, Bernardo Canale, était décorateur de théâtre. C'est de lui qu'il apprendra cet art consistant à peindre des paysages urbains en utilisant toutes les ressources de la "camera obscura"*, de la perspective, du trompe-l'oeil.

Entre parenthèses, il est assez comique de s'appeler Canal quand on passe la majeure partie de sa vie à peindre Venise ! Mais pourquoi Giovanni prit-il le surnom de Canaletto, petit canal ? Pour ne pas qu'on le confonde avec son père et pour lui rendre hommage. On voit par là que Giovanni était un bon fils.

Ces vues urbaines s'inscrivent dans une logique historique que je vais tenter de résumer en deux mots.

Lors des siècles précédents, les représentations de paysages avaient une fonction le plus souvent religieuse : elles servaient d'écrin à la description d'un passage des Écritures. Quand la bourgeoisie commença à prendre le pas sur le religieux en tant que commanditaire d'oeuvres, le paysage devint un faire-valoir. Placé derrière un portrait de notable, il symbolisait la puissance de l'homme représenté qui affirmait posséder le pays s'étalant derrière lui.

Il faudra attendre le XVIIème siècle flamand pour que le paysage urbain ou champêtre devienne un sujet à part entière, le plus célèbre d'entre eux étant la "Vue de Delft" de Vermeer.




"Vue de Delft" par Johannes Vermeer, 1660-1661



En 1697 - année de naissance de Canaletto - un peintre hollandais nommé Gaspar van Wittel peint "le Môle et la Piazzetta" de Venise. C'est la toute première "vedute", dont Canaletto reprendra plus tard les principes que je m'en vais détailler ici et maintenant.




"Le Môle et la Piazzetta" par Gaspar van Wittel, 1697



L'une des astuces graphiques mises en oeuvre dans la réalisation de "vedute" est la "scena dell'angolo", c'est-à-dire la vue angulaire. Faisons un petit retour sur le passé : les premières expériences relatives à la perspective furent menées en 1415 par l'architecte Filippo Brunelleschi, qui conçut un dispositif par lequel il mit au point les bases de la perspective. Des lignes convergeaient vers un point de fuite unique, situé au centre horizontal de l'image. Quand Leon Battista Alberti publia en 1435 un traité - dédié à Brunelleschi - intitulé "Della Pittura" ("de la Peinture"), il reprit cette idée de perspective centrale à point unique dont il définit par le détail les fondements théoriques et l'application. Cette perspective centrale à point unique sera très longtemps utilisée, à l'exclusion de toute autre.

Au XVIIème siècle, les décorateurs de théâtre italiens eurent l'idée de décentrer le point de fuite. En vérité, cette idée n'était pas tout à fait neuve (voir Van Wittel qui plaça le sien sur la gauche) mais ils l'utilisèrent de manière quasiment systématique et réalisèrent des images dans lesquelles l'emboîtement des différents éléments architecturaux, extrêmement raccourcis, créaient chez le spectateur l'impression d'être "à l'intérieur" du décor.

Canaletto utilisera à l'envi cet artifice pour créer ses vues de Venise.



"Campo di Rialto" par Canaletto, 1758-1763



Ce n'était pas la seule combine, loin de là. Un exemple parmi tant d'autres : quand il peignit en 1735 la "Fête de San Rocco" il s'aperçut que la place, large de vingt-cinq mètres environ, était bien trop étroite pour y faire figurer tous les notables. Bah ! Il lui rajouta le double de profondeur et voilà tout !




"Fête de San Rocco" par Canaletto, 1735



Une autre toile représentant cette même place est encore plus révélatrice :




"Campo San Rocco" par Canaletto, 1735



Pour se convaincre de l'escroquerie picturale, il suffit de jeter un oeil sur cette photographie qui nous révèle l'extrême étroitesse de l'endroit :





L''église Saint-Roch, à droite, fut reconstruite en 1725 par Giovanni Scalfarotto. La façade que nous montre Canaletto dix ans plus tard ne correspond ni à celle de l'église actuelle, ni à celle qui précédait. De plus, elle est en retrait de quelques mètres par rapport à l'emplacement réel du bâtiment. Quel plaisantin ce Canaletto !

Si ses peintures semblent être d'une fidélité quasi photographique grâce à l'emploi de la "camera obscura", en réalité il n'en est rien et bien souvent Canaletto modifiait l'architecture des bâtiments, leur emplacement, leur importance. Mais pourquoi t'est-ce qu'il s'embêtait à truander comme ça ?

Parce qu'il vendait ses "vedute" aux notables vénitiens et aux étrangers de passage. Commerçants, voyageurs fortunés, ambassadeurs, etc. qui aimaient accrocher dans leur salon des vues magnifiées de Venise pas toujours en accord avec la réalité (qu'on songe à ce que pouvait être une ville au XVIIème, qu'on songe à ses détritus, entre autres).

De ces toiles plus belles que nature, il en vendit plusieurs à des Anglais résidant en pays grand-breton grâce à un agent, un imprésario irlandais vivant à Venise qui s'appelait Mc Swiney. Plus tard, Canaletto s'attacha les services de Joseph Smith, banquier anglais de son état. Ce dernier fit réaliser par le graveur Antonio Visentini un catalogue en noir et blanc des oeuvres que Canaletto se proposait de réaliser. Intitulé "Prospectus Magni Canalis Venetiarum", il fut imprimé en 1735.




Gravure d'Antonio Visentini d'après Canaletto, 1735



Avec ce catalogue de vente par correspondance, Smith écuma l'Angleterre et ramena de nombreuses commandes au vénitien. On voit par là que le peintre et le banquier avaient monté un fort juteux bizness.



"Le môle et la piazetta depuis le bassin de San Marco" par Canaletto, 1732





1730-1735





1755



C'est ce qui explique l'existence de nombreuses toiles de Canaletto au dessin presque identique dont seuls changent l'ambiance lumineuse, les personnages et les embarcations.




"Régate sur le Grand canal", vers 1735





"Régate sur le Grand canal", vers 1740



C'est ce qui explique aussi le grand nombres d'oeuvres du vénitien qu'on peut trouver en Grande-Bretagne. Comme ces deux vues exposées à la National Gallery de Londres, qui possède un sacré paquet de Canaletto. On remarquera que ces deux toiles, d'apparence identique, ne le sont pas. Plusieurs détails architecturaux sont différents, notamment dans le bâtiment de gauche. Et si nous les comparons avec cette troisième vue conservée dans la collection royale des Windsor :




"Régate sur le Grand canal", vers 1732



Damnaide ! L'escalier à gauche n'est plus du tout le même et sur le deuxième immeuble, des décorations figurent entre les fenêtres du deuxième étage. Dès lors, laquelle des trois vues est la plus proche de la réalité ? Pour le savoir, il suffit de se rendre à Venise avec des reproductions de ces trois peintures. Histoire de constater - entre autres choses - si oui ou non existe ce grand escalier et si oui, quand a-t-il été édifié ? En voilà un prétexte culturel qu'il fait sérieux ! Après ça, vous aurez le droit d'aller faire en gondole la photo qui tue sous le pont des Soupirs pendant qu'un type en maillot rayé assassinera "O sole mio".

À noter que fort de son succès, Canaletto alla vivre plusieurs années chez les amateurs de bouillante eau additionnée d'un nuage de lait. Avant de revenir dans sa ville natale, dont l'humidité valait bien celle des terres angloises mais où le café est tout de même bien meilleur.

Canaletto, chantre de Venise, peintre génial spécialisé dans la carte postale et commerçant ô combien avisé…

•••

Il y aurait encore des tas de choses à dire sur l'art de ce bonhomme, il faudrait parler aussi de Carlevarijs, Marieschi et Bellotto. Mais bon, ce n'est pas le lieu de rédiger une somme sur la peinture topographique à Venise ! De toute façon il existe déjà un excellentissime ouvrage sur le roi des peintres vénitiens, et c'est le "Canaletto" de Katharine Baetjer et J.G. Links. Près de quatre cents pages publiées en 1989 par le Metropolitan Museum of Art de New York. Cher et épuisé.
Un ouvrage beaucoup plus abordable, épuisé lui aussi, est le "Canaletto" de Dorothea Terpitz, édité par Könemann, collection "Maîtres de l'Art italien". Il est vendu d'occasion 35 € sur l'Amazone mais c'est une escroquerie, on le trouve à 15 € dans certaines solderies.

Ceci est un billet de KA La Boîte à Images

__________
* la "camera obscura" est un instrument d'optique, une chambre noire qui projette la vue visée en trois dimensions sur un support plan en la réduisant à deux dimensions. Voir de plus amples explications sur la Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Camera_obscura

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article