| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
4 utilisateur(s) en ligne (dont 4 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 4

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Italia Vostra : Wikende à Rome
Posté par Ron le 25/7/2006 6:00:00
Italia Vostra

Une journée en StéréotypITALIE, texte reçu par mail


Attiré par la dolce vita et le farniente , je me décidai pour un séjour romain.

Aussitôt arrivé, fatigué par le voyage, mais désireux d’entrer au plus vite dans la culture italienne, je me rendis dans un café.

Je m’installai à une terrasse pour déguster un café ; j’hésitai un instant : capuccino, espresso, latte… je me décidai enfin pour un stretto, dont la qualité était conforme à l’idée que l’on se fait d’un café italien : serré à souhait ! Pendant que je dégustais mon café, la radio diffusait des chansons d’amour, je sentais que j’allais en devenir un accro.
« Ti amo e chiedo perdono ricordi chi sono ti amo ti amo ti amo”

La tête haute, le pas sûr, un beau brun entra : les yeux noirs et malicieux, le cheveu gominé, vêtu d’un pantalon au pli milimètré, d’un veste en cachemire à la coupe irréprochable sur un t-shirt parfaitement blanc faisant ressortir son bronzage impeccable, portant des chaussures de cuir véritable, le tout ne pouvant provenir que chez Gucci, Versace, ou Dolce & Gabana, en tout cas d’un grand couturier de milanais,. Il s’approcha de moi avec un sourire enjôleur, s’assit et me lança « ciao Bello Ragazzo ! ».

Il m’invita à déjeuner chez lui. Conquis par son charme, j’acceptai aussitôt.
Tandis que nous nous dirigions vers le parking, je me demandai intérieurement : Ferrari, Alfa Romeo, fiat cinquecento, lol… Coupé ou berline de luxe, décapotable, …
Et, oh surprise !! Pourquoi n’y avais-je pas songé plus tôt ? là, garé avec quantité d’engins identiques : un scooter ! Une vespa plus exactement nous attendait.

Sans casque, cramponné à sa taille, slalomant entre Fiat et Piaggo, oscillant au rythme des virages, secoué par des accélérations et des freinages brusques, je traversai la ville, à la fois ravi et terrorisé par la conduite de ces bouillants italiens : feux rouges grillés, démarrages sur les chapeaux de roue, stationnement en double file, dépassements dangereux, piétons frôlés, klaxons, vrombissements des moteurs poussés à leur dernière extrémité…
Pendant la folle traversée de cette « Roma », j’en découvrais les merveilles : la fontana di Trevi, piazza di Spagna, piazza Navona, il Vaticano, églises à profusion,
Nous arrivâmes miraculeusement à bon port !

J’entrai donc dans la maison de mon séducteur. Là, je rencontrai sa mamma, eh oui, la vraie mamma, celle qui prépare et sert les repas, et qui reste dans la cuisine alors que les convives se régalent de ses mets délicieux. Bien ronde, toute vêtue de noir, elle me jetta d’abord un œil noir, puis me fit un large sourire en me prenant (m’etouffant) entre ses bras (ses seins généreux) :

« Benvenuto, Bello. Per gli amici del mio Mario, mia casa è sempre la vostra casa. «

Puis elle retourna s’activer aux fourneaux, étant donnée l’heure du repas qui approchait.

Je fus conduit dans la salle à manger, où la télévision diffusait bien évidemment le match entre la Juve (de Turin) et Milan AC.
Quelques membres de « famiglia » italienne, étaient déjà rassemblés autour d’un verre de Chianti, habillés dans les maillots de la squadra qu’ils supportaient en véritables tifosi qu’ils étaient ! Quel brouhaha ! chacun d’eux cherchait à se faire entendre plus que son voisin ; je compris, aidée par leurs gestes démonstratifs, qu’ils parlaient d’affaires plus ou moins mafieuses.
Une fois que tous les convives furent arrivés, nous passâmes à table.
Une énorme assiette de jambon de Parme, accompagné de copeaux de parmesan ainsi qu’un plat de fromages variés : mozzarella, gorgonzola, ricotta … attisaient mon appétit.
Ensuite, la mamma nous servit « la pasta » : une de ces plâtrées de pâtes comme jamais plus je n’en mangerai !
Mon assiette dégageait mille saveurs ; si joliment présentées, les « tagliatelles »
alla bolognese » me donnaient l’eau à la bouche ; je m’imaginais les préparatifs culinaires : d’abord la cuisson des pâtes : tout un art ! « al dente » bien sûr !… puis l’élaboration de la sauce, mettant en scène huile d’olive, tomates du jardin, bien rondes et rouges, basilic frais …
Malgré le délice de ce plat, il me fût difficile d’en venir à bout, tant la quantité était grande. Alors, quelle surprise lorsque la mamma nous apporta la suite : escalope de veau à la milanaise, accompagnée d’une bonne salade verte.
Mais ce copieux repas n’était pas encore fini : place aux fruits, dessert, sans oublier le caffé, … et grapa pour couronner le tout !

Je profitai du moment de la sieste pour m’éclipser dans les rues de Rome. Il était alors trois heures et les rues étaient désertes. Le soleil brillait. Je rêvais à ce beau pays et aux merveilles dont il regorge : les images de la Toscana, Fiorenze et des Medici, Venezia et sa Piazza San Marco, Pisa, Sicilia, Sardegna… se mêlaient dans ma tête aux airs d’opéra de Verdi, Rossini, aux 4 saisons de Vivaldi d’un vieil enregistrement de la Scala di Milano…
Je me transportai à l’époque de la Renaissance : le quattrocento et tous ses artistes si renommés me présentaient leurs œuvres : « Leonardo da Vinci » et sa célébrissime Gioconda ; Botticelli et la naissance de Vénus ; Michel Angelo, son David, ses fresques de la chapelle Sixtine, l’art italien dans toute sa splendeur.

Je sortis de mes rêves, alors qu’il était déjà l’heure du dîner et les restaurants m’attiraient avec leurs bonnes odeurs. J’entrai donc dans une pizzeria.
J’hésitai entre un bon plat de pâtes : spaghetti, farfalle, penne rigate, tortellini, lasagne, cannelloni, … accompagnées de sauce aux noms tous plus alléchants les uns que les autres : al pesto, alla carbonara, alla bolognese, all’ arrabbiata,
N’arrivant pas à me décider, je jetai un coup d’œil sur la carte des pizzas : margherita, quattro stagioni, regina, quattro formaggi, frutti di mare, … J’optai finalement pour un risotto..lol
Le moment du dessert arrivant, comment me décider entre une part de tiramisu ou les nombreuses gelati : stracciatella, cassata, nutella, bacio, nocciola,…

Alors que j’étais sur le point de sortir, je demandai au pizzaiolo de me donner le secret de sa délicieuse pizza ; il me répondit :

« prenez une bonne pâte au sang chaud,
ajoutez-y un soupçon de fierté,
un zeste d’arrogance.
Mélangez le tout tranquillement,
sans vous presser, en incorporant beaucoup de joie de vivre,
et faites chauffer le tout
au feu de la passion.
Et « mache », vous obtenez un parfait italien ! »

Une journée en StéréotypITALIE, texte reçu par mail

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article