| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
10 utilisateur(s) en ligne (dont 10 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 10

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Italia Vostra : Par Sakanini
Posté par Ron le 23/7/2006 6:00:00
Italia Vostra

Un billet de Sakakini





Tu m’y as emmené, mon amour, pour me montrer ce que je ne connaissais pas. Mon amour d’avant n’y voulait pas aller. Tu m’as montré les appels de phares sur l’autoroute pluvieuse, la conductrice vissée à son téléphone portable, emportée par son bolide, m’intimant l’ordre de me ranger maintenant, subito ; et puis plus tard, le même soir, le bar gay de Vérone, longtemps recherché, aux murs peints en violet, tapissé de créatures blondes juchées sur des tabourets de skaï brûlé, une eau gazeuse avalée par honte de repartir aussitôt, nous riions si fort et si silencieusement ; les pâtes au truffes, au safran, les risotti achetés dans cette échoppe où Juliette faisait au soir ses emplettes, avant de mourir sur scène, les quatre-vingt euros se dessinant en chiffres bleus sur la caisse et ma carte stupéfiée qui se tend sans un mot vers la main avide et souriante de l’épicière — nous les fîmes cuire religieusement, ces pâtes, en un bouillon cultuel, des dés de tomates mûres jetés avec douceur, un filet d’huile d’olive, une poignée de pignons grillés à la poêle, un tour de moulin, le respect, le recueillement ; et les glaces de Rome, dans ce salon transplanté d’Alexandrie — ou sont-ce mes salons d’Alexandrie qui viennent de Rome ? — où la pistache fondait dans les mûres et la douceur de lait.


Et toi qui parlait la langue de ton grand-père, apprise à l’école dans ta ville minière et ruinée, mais qui est la langue de ta face ; toi qui traduisait, qui parlementait, vas-y, demande, moi je ne sais pas parler, je ne comprends pas, ils me parlent trop vite. Je jouais enfin le rôle délicieux de l’épouse timide aux yeux chastement baissés qui laisse son homme prendre les affaires en main. On te croit souvent venu de l’autre côté de la Méditerranée, mon amour, et c’est vrai que ton père est Calabrais, mais de Sousse. Je l’imagine au cinéma lançant son mégot depuis le balcon sur la tête des Maltais comme chez Memmi — et puis ta grand-mère aurait-elle fauté avec les Maures ? Mais comment saurais-tu sinon ainsi bouger ton cul ? C’est pourtant d’ici qu’ils étaient partis, tes aïeux, ceux qui te donnent ta barbe drue et ta peau tannée. C’est étrange, celui d’avant, lui aussi, avait un nom se terminant par vos syllabes, il était un oli et tu es un ino, je l’appelais le Corse et lui aussi semblait corsaire de Barbarie. Son père venait de cette même péninsule, mais il la détestait, des vieilles tantes desséchées allumant des cierges poisseux sous le portrait de Benito. Tu es plus doux et tu hais moins, mon amour.


Ensemble à Paris, devant l’eau bouillante, guettant le moment où le blé dur croquerait en fondant sous les incisives, tu me disais que nous les goûterions là-bas, nos prochaines pâtes. Je t’ai donné Beyrouth tu m’as donné Venise, je t’ai dit Damas tu as dit Bologne, je t’ai montré le Caire tu m’as mené au Forum, un jour gris où un fin crachin recouvrait les pierres. Nous étions seuls dans les ruines, l’eau avait fait fuir les hommes. Temples et voies antiques étaient à nous, l’espace de deux heures. Le lendemain, nous avions souri devant ce titre de journal qui appelait il diluvio la bruine bretonne qui s’était égarée au Colisée. Nous comparions nos assiettes, mon amour, dans ce beau restaurant aux boiseries blondes où ton T-shirt Hulk ne méritait pas même un coup d’oeil des burgheses encostumés et de leurs épouses bronzées et coiffées comme des speakerines libanaises. Parpadelle ou papardelle ? panna ou pas ? Nous débattions, ravioli à la chicorée rouge, farce à la courge, cette sauce au canard sans égale, tiens! le sugo de Bologne ne saurait accompagner que des tagliatelle, le mêler aux spaghetti est une monstruosité, et ce ragù romain, daube poivrée nappant de fermes rigatoni... A chaque bouchée des éclairs de lutin coloraient mes yeux et tu riais de mes joies d’enfant devant un coffre au mille trésors. Tu m’y a emmené, mon amour, et m’y a fait aimer ce que je ne connaissais pas.


Un billet de Sakakini

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article