| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
5 utilisateur(s) en ligne (dont 5 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 5

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Musique : A Hard Day's Night
Posté par Ron le 9/8/2006 5:10:00
Musique

Tout le mois, discographie chronologique des Beatles + nombreux bonus.
Retrouvez le premier album des Beatles ici : Please, please me
Retrouvez le second album des Beatles ici : With The Beatles



Troisième album des Beatles et meilleur de la période pop (trois périodes chez les Beatles, 62/64 Pop, 65/67 Psychédélique, 68/70 Rock "Progressif"), A Hard Day’s Night fut enregistré sous la pression (comme tous les autres albums de cette période) doublée cette fois-ci d’une contrainte artistique : on allait faire un film sur les Beatles. Un vrai. Un film de cinéma, en noir et blanc, un film représentant 48 heures de la vie du groupe, sous forme de documentaire.
Et, comme dans les navets d’Elvis, produits en parallèle de l’autre coté de l’atlantique, il fallait une bande-son. Sept morceaux devaient être interprétés pendant le film, sept morceaux à composer et enregistrer en moins de deux semaines.
Alors qu’une telle pression aurait collé un stress (normal) à tout groupe, celle-ci déchaîna les ardeurs créatrices et sublima les mélodies de Lennon et de McCartney qui composèrent, pour la première fois, un album 100% original.
13 chansons signées des deux, mais, pour de vrai, une suprématie Lennon (la seule et dernière fois) qui proposa 10 titres sur les 13.

Par accord tacite, et de façon alphabétique, toutes les chansons écrites soit par Paul, soit par John, sont signées Lennon McCartney, en souvenir des premiers mois passés ensembles, à l’arrière d’une camionnette ou collés à une cheminée, composant pendant des heures.
Cet accord causa pas mal de controverses chez les fans et les journalistes, persuadés de voir un réel duo créatif pendant les huit années de carrière du groupe là où, bien souvent, il n’y avait que des compositions en solo. L’hydre géniale a deux têtes a fonctionné (et plutôt bien) sur pas mal de chansons, au départ, l’un écrivant le couplet, l’autre le refrain. L’un ajoutant un vers, l’autre refusant une syllabe ou un accord.

Dès la fin 1964, tout cela est du passé. Yesterday est une chanson 100% McCartney, Help une chanson 100% Lennon à tel point que, dans son autobiographie parue en 2000, Paul passera des pages à quantifier le pourcentages de création respectifs sur toutes les chansons du groupe, précisant avec un soin rapace ce qui lui revenait de droit, musicalement, ou pas.

En l’absence de Lennon, mort en 1980, peu de voix s’élevèrent pour le contredire et surtout pas celle de Ringo, qui regarda ailleurs, vers la bouteille de scotch. Lors de la tournée 2002, Paul poussa la polémique un peu plus loin encore en changeant sur le cd live de la tournée les crédits des chansons, les transformant en « McCartney Lennon », pour la première fois. Fureur de la veuve Lennon, mais ceci est une autre (et longue histoire).

L’album fut enregistré en stéréo & mono mais la version disponible (pour l’instant) sur cédé est uniquement la mono. Sauf pour vous, heureux lecteurs…Version Stéréo (bien supérieure) ici.


A Hard Day’s Night (la nuit d’une éprouvante journée) ouvre l’album sur la Rickenbacker flambant neuve d’Harrison, son de guitare si reconnaissable à l’époque. Le titre provient d’une blague de Ringo, qui, en plein milieu d’une session d’enregistrement durant depuis des heures s’était écrié :

- Boy, it’s been a hard day’s... (regardant par la fenêtre) night !
Elle illustre également les premières images du film, montrant les Beatles en pleine course pour échapper à leurs fans en délire (absolument pas une fiction à l’époque).
Bonus rare : 4 minutes sur le tournage du film.

I Should Have Know Better est pompée sur les œuvres de Dylan, Lennon lui aussi voulant composer une chanson écrite sur une note. Extrêmement difficile à enregistrer, à chanter, elle ne fut interprétée en live que deux fois et…plus jamais depuis.


If I Fell est la première ballade de Lennon, la première qu’il chante en harmonie avec McCartney. Le groupe adorait, à cette époque, chanter les uns près des autres, variant les harmonies et les notes, parfois avec une telle complexité que les chansons devenaient impossibles à reproduire en live (Nowhere Man en est l’exemple même, 1965).
Bonus : Nowhere Man Live 1966 Japon, un massacre vocal, musical. Juste pour prouver que les Beatles avaient un peu de mal avec les créations les plus inventives. A 1.16, un certain Paul a du mal avec les paroles, on dirait ! Attention, cette chanson n'est pas contemporaine de l'album, c'est juste pour illustrer le propos.
Bonus : Par contre, voici bien une démo totalement inédite de If I Fell, chantée par Lennon sur son petit magnéto.

• Il n’y a pas grand-chose à dire sur I’m Happy Just to Dance with You, sinon qu’elle est chantée par George et qu’elle a été enregistrée dans une session épique de trois heures…en même temps que Long Tall Sally et I Call Your Name. On ne perdait pas de temps en studio à bidouiller des trucs, pendant ce temps-là.

And I Love Her est la première vraie ballade de Paul (un an avant Yesterday) et son passage sur disque fut laborieux…On tenta les bongos, on tenta de l’accélérer, de la ralentir et puis ils y arrivèrent. A noter que la version américaine comporte six riffs de guitare à la fin, au lieu de quatre…Et que la version classique (mono) vendue en magasin fait sauter une partie vocale (de façon assez réussie d’ailleurs, ajoutant un je ne sais quoi de real music au passage pour une erreur involontaire de mixage) à 1.08.

Tell Me Why est une assez mauvaise chanson, il faut en convenir, le falsetto est ignoble (1.33, quelle honte) et tombe comme un poil de clebs sur mon gazpacho. Mais reconnaissons qu’une mauvaise chanson des Beatles vaut bien trois bonnes des Beach Boys ou un album entier des Stones (période 90’s) et n’en parlons plus !

Can’t Buy Me Love fut composée au George V et enregistrée aux studios Pathé de Paris, oui, en attendant de passer à l’Olympia le soir, en vedette américaine de Sylvie Vartan. Mais les méthodes d’enregistrement différaient tant que les masters ne purent être utilisés par le producteur George Martin, au retour, et que le travail dut être repris de zéro.

Anytime at all est un remake de It Won’t Be Long. C’est admis par son auteur et c’est l’essentiel. Bonne petite chanson pop sans prise de tête. On sent que Ringo se donne à fond sur la partie batterie. Il est de bon ton (ou il était) de se moquer gentiment de ce pauvre Ringo, un des « plus mauvais batteurs de l’histoire de la musique » d’après ses plus ardents détracteurs.
D’une, Paul et John, tout ego dehors, n’auraient jamais toléré une faiblesse dans le groupe, une faiblesse musicale s’entend. Tout ce qui était médiocre ou mauvais était écarté (premier batteur, premier manager, singles pas assez commerciaux comme Révolution version 1, etc. etc.) et de deux, Ringo, par son jeu simple mais toujours adapté a su se rendre indispensable pendant les tournées où, dans le bruit et l’hystérie, il représentait le phare audible, seul réel point d’ancrage rythmé permettant aux autre de naviguer à vue sans réel retour son.
De plus, Ringo, même sans composer (du moins au début car par la suite il a su écrire au moins deux excellents titres pour le groupe) avait une oreille redoutable et donnait un avis entendu et redouté sur les compos parfois faiblardes des deux génies. Alors remisons au placard cette histoire et concluons : oui, Ringo était un batteur reconnu, apprécié et admiré… par John Lennon et par Paul McCartney. On n’a pas besoin d’en dire plus et des milliers de musiciens auraient aimé avoir ce soutien. Pour les aficionados, la meilleure partie de batterie de Ringo se trouve sur Rain (1966) et son seul solo (une vingtaine de secondes) sur l’album Abbey Road (1969)

• Je me permets de faire un peu plus émotionnel sur la meilleure chanson de l’album à mes yeux, un putain de putain de vrai rock à sa mère, You Can’t Do That. Enorme, sublime morceau inspiré de Wilson Pickett qui clôture désormais les concerts du moment. J’avoue préférer de loin la version Anthology, avec son « A One Two Three Foueeeeur » superbe, le son intact, jaillissant des amplis et cette voix, cette voix, nonchalante et rock à la fois, sensuelle, vulgaire, puissante, bandante, crémeuse, masculine, merdeuse, coquine, osée, Lennon, quoi.

John Lennon, sa guitare, son solo merdique (1.46), son cri orgasmique (1.32), la reprise (1.56) de batterie par Ringo, complètement Stonienne, jazzy, complètement je m’en branle plus que tout le monde mais très sur le tempo, plus pile sur le tempo c’est à l’équerre qu’on le vérifie. Ecoute le taper juste après le « Before » à 0.49, Tchak A Tchak, chirurgical, sublime, pile le truc. Tu comprends le but de la chanson ? Il lui dit clairement pourtant à cette cruche… « Si je te vois encore parler à ce mec, c’est déjà la DEUXIEME fois…Je te l’ai déjà dit… Tchak A Tchak…Tu ne PEUX pas faire ça ». On connaît bien le Lennon, sa nana elle se méfie pas encore assez, le Tchak A Tchak, elle prend ça à la légère mais les dernières notes de la mélodie le lui rappellent…Attention chérie, on est pas dans une comédie, entends à 2.36 cette note qui dure…T’as compris le message ? T’as compris ? Tu n’as PAS LE DROIT, point…Sinon…
Bonus : You Can't Do That (Anthology version)
Bonus Diana Ross & The Suppremes, You Can't Do That

• Je parle d’I Call Your Name qui fut enregistrée à ce moment mais laissée de coté pour finir sur un EP (un 45 tours de…quatre titres) car elle a été reprise par les Mamas & Papas dans une version complètement différente mais excellente…Excellente…Western, christique, quasiment de la Catholic Music. C’est énorme. J’adore. Les Mamas & Papas, un jour, je vous en parlerai. C’est sublime, les Mamas & Papas, c’est les Beatles de Californie, ça pouvait pas durer tellement c’était génial. Un secret ? Mama Cass chuchote à 1.26 le prénom de Lennon, petit hommage discret qui ne s’entend qu’au casque ! C’était tellement bon comme reprise qu’on dirait une chanson différente.
Bonus : Mamas & Papas, I Call Your Name
Bonus, I Call Your Name live par les Beatles, version totalement inédite à la BBC. Ah, c'est sûr, on n'est pas dans le même style. Les deux versions ont, tout au plus, 20 mois d'écart !

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article