| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
1 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 1

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Vie Quotidienne : My Big Mouth
Posté par Ron le 7/12/2007 8:00:00
Vie Quotidienne

Ce texte a été écrit mercredi soir et puis je me suis dit que, par superstition, j'allais au moins attendre vendredi pour le mettre on line...Et bé j'ai pas été déçu !


Le type nous loue des lits médicalisés depuis cinq ans, ça nous coûte quatre cents euros par mois, à charge pour lui de les entretenir et de venir les désinfecter après chaque décès.
Un lit tout neuf nous coûterait mille deux cents euros mais il ne serait pas remboursé par la sécu. Un lit loué nous coûte quatre cents euros par mois, mais la sécu prend en charge la somme. C’est plus intéressant, quoi.


(La sécu, c’est comme la bouffe pour le boulimique ou le cancer du poumon pour le fumeur. Le boulimique mange en s’étonnant de prendre du poids, le fumeur fume en s’étonnant de crever asphyxié et le consommateur de matériel médical abuse en s’étonnant de voir couler la sécu)

Bref.

Rapport au fait que le type qui nous loue les lits est un sacré comique, je vous la fais courte, à chaque fois qu’on avait un décès il ne venait jamais désinfecter le lit, ce qui impliquait que le nouveau patient dormait dans le même lit non « nettoyé » que celui qui venait d’y mourir, rapport au fait que les lits tombaient de plus en plus souvent en panne et que personne ne se bougeait de trop pour venir les réparer, la direction décida de changer de fournisseur et avertit le type, cinq semaines avant le début de l’offensive, que les lits seraient changés quatre par quatre, semaine après semaine, et qu’il fallait venir les chercher au fur et à mesure.

Y’a plus d’un mois que le type est prévenu, la première salve de lits changés occupe le patio, on attend qu’ils arrivent pour les dégager, rien. Il pleut bien dessus, on a couvert d’une bâche comme on a pu, et si on avait eu deux doigts de place à l’intérieur, tu penses bien qu’on les aurait laissé dans les couloirs. Mais tu imagines la situation, 25 lits dans neuf couloirs, pour faire passer les fauteuils, les patients, les visites, les chariots de ménage et de repas, les infirmiers et les médecins, non, décidément non, ce n’était pas possible. On collait donc les lits dehors, sous la flotte, pensant que le type allait venir les chercher fissa.

Ce soir, j’en parle à ma collègue qui soupire en haussant les épaules, alors que je vois monter d’un mètre supplémentaire le tas dans le patio, comme si on allait bientôt toucher le ciel. Ça fait sale, on se croirait dans un camp de romanos ferrailleurs ou dieu sait quoi, les gens qui débarquent sont choqués et notre patio n’a plus l’air d’un patio mais d’un sale débarras à vieilles bétaillères. Ma collègue me dit :
- Mais j’ai déjà appelé sept fois. Et la directrice aussi…
- Putain de moine. Donne-moi ce numéro.

Le type décroche.
- Bonsoir Monsieur, c’est la Maison de retraite du Plat Pays ici, je vous appelle pour vous signaler qu’Emmaüs viendra chercher les lits vendredi matin.
- Paaaaaaardon ?
- Etant donné que nous n’avons plus de place pour les stocker, je ne vois pas d’autre solution. Ils passent Vendredi.
- Mais vous n’avez pas le droit ! Pour qui vous prenez-vous ?
- Ecoutez, ceci n’a rien de personnel, je vous signale juste que j’ai un problème, j’avais besoin de trouver une solution, vous ne faites pas votre boulot, moi je fais le mien.
- Mais on ne résout pas un problème comme ça du jour au lendemain !
- Cinq semaines n’est pas exactement la définition que je donnerais à la durée s’écoulant en 24 heures.
- Mais c’est inadmissible ! Comment voulez-vous que je fasse ?
- Cela ne me regarde pas…
- Mais je n’ai que deux mains et deux bras ! Vous n’avez qu’à louer une camionnette et nous les ramener !
- Ah, sûrement pas.
- Mais je vais faire comment ?
- Je vais vous le dire : remontez le temps de cinq semaines, faites une réunion préparatoire de crise avec vos collègues, planifiez un transport régulier au fur et à mesure, revenez plusieurs fois les chercher et serrez moi la main en me remerciant dans ce monde parallèle où vous et moi nous ne nous sommes jamais pris la tête. Mais surtout l’essentiel : bonjour chez vous.

Et j’ai raccroché.
Ne me le dites pas, j’ai une gueule d’enfer, c’est le drame de ma vie, je rive son clou à qui je veux et après je le regrette de trop.
Bon, c’est pas tout ça de bluffer, j’espère que ça va marcher parce que sinon Bibi va vraiment devoir appeler Emmaüs aujourd’hui et je les connais, ils viennent pas débarrasser du jour au lendemain non plus, ces feignasses de pauvres.




(Edit vendredi matin : Le mec est pas passé les charger, bien sûr, il a appelé pour dire qu'on avait qu'à en faire ce qu'on voulait. Il a gagné son beurre depuis cinq ans avec, qu'est ce qu'il s'ennuierait à venir les rechercher ?Il faut donc qu'on trouve quelqu'un qui veut venir embarquer 10 lits médicalisés. Et croyez-moi, y'a pas foule. Un lit médicalisé, ça coûte un rein, ça marche parfaitement bien et les nôtres vont pourrir sous la flotte. Pendant ce temps-là, au Darfour...)

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article