| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
2 utilisateur(s) en ligne (dont 2 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 2

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Vie Quotidienne : Mother Knows Best
Posté par Ron le 16/12/2007 10:10:00
Vie Quotidienne

Il est temps, grand temps à nouveau, de faire la valise et d’aller respirer les odeurs du pays. Le chant du coq (qui me rappelle toujours mon enfance tant il était lié au réveil difficile, à l’odeur de chocolat chaud, et au départ en vélo, qu’on nommait le gloy, vers la communale), le givre sur les vitres, le gel dans l’herbe qui crisse sous mes pas, alors que je cours en peignoir vers la boîte aux lettres, à l’autre bout du jardin, pour me saisir du Sud-Ouest déposé sous le caillou centenaire, près du portail.
Les odeurs de bouse, les mottes séchées laissées par les roues immenses du tracteur sur la nationale, ralentissant son monde puis tournant brusquement à droite sans avoir averti, dans son champ.
L’église qui tombe en ruine, odeurs de vieux moisi sacré et de cierges consumés mêlées. J’entre toujours par l’entrée du côté car celle du fond me fait peur, on y trouve, sous la dalle de l’entrée, deux tombes qui s’enfoncent un peu plus chaque année, deux tombes à ras le sol, foulées par les mariages, les baptêmes, les enterrements et les messes aux morts dites un mois après la mise en terre, pour trente francs.

La maison a changé elle aussi, et je ne me retrouve plus vraiment dans l’agencement que mes parents ont mis en place.
- Tu dormiras dans la chambre de ton frère ?
- En haut ?
- Non, en bas. J’irai dans la tienne, en haut, et ton père prendra la mienne.
- Où dors-tu, désormais ?
- Dans la chambre qui donne sur la piscine.
- Ah, la mienne !
- C’était la tienne ?
- Mais Maman, j’y ai passé 18 ans ! C’était ma chambre !
- Tu ne dormais pas à l’étage, toi ?
- Mais non, que les week-ends, quand j’ai eu l’appart je revenais dormir ici.
- Je ne m’en souviens plus. Tu ne toucheras à rien, hein, ton père a mis la clim, ne la dérègle pas !
- Il a mis la clim ? Je rêve. Quand je pense que je crevais de chaud, sous les toits, ça dépassait les 45, personne ne me demandait si je voulais la clim, moi… Et là, je me barre, plus personne n’y dort, et on y met la clim. N’importe quoi.

(Silence prudent de ma mère qui a appris, avec les années, à ne plus discuter avec moi quand je prends ce ton). Soudain, elle reprend :
- Tu veux quoi pour le petit déjeuner ?
- Ben, comme d’habitude !
- Tu prends quoi, d’habitude, je sais plus !
- Mais maman, ce qu’il y a ! Je sais pas, moi, des céréales, du lait, du jus d’orange…
- Ah tu prends encore des céréales, à ton âge ? Quelle boîte tu veux ?
- Ce que tu trouves !
- Mais dis moi précisément, je dois partir faire les courses à Intermarché, j’ai besoin de savoir !
- C’est ouvert tous les jours, il est 9h05, t’inquiète, tu vas rater l’ouverture que de sept minutes. En comptant les bouchons et les vents contraires, ça te fait bien du oulalala six minutes pour y aller…
- Surtout qu’ils ont enlevé le feu !
- Non ? Ils ont enlevé le feu ??
- Oui, ils ont mis un rond-point à la place.
- Merde.
- Ouais, c’était bien la peine d’emmerder autant de gens avec tous ces travaux pour le feu…
- C’était en 1987, il doit y passer cinquante voitures par jour, je ne me souviens pas qu’on ait été spécialement dérangés. Il t’a bien arrangé, ce feu, je me souviens, quand tu y faisais tes manifs, tu bloquais tout le monde avec la banderole et tu avais fait la couv’ du Sud-Ouest, édition Landes Nord.
- Non, édition Aquitaine, tout le monde l’avait vu !
- Oulala, je m’excuse.
- Tu voudras manger quoi mardi ? Et mercredi ?
- C’est dans trois et quatre jours, maman.
- Mais faut que je prévoie.
- Le supermarché est à six minutes en voiture, il n’y a jamais personne dedans, je pense qu’on pourra voir ça la veille.
- La veille ?????
- Oui. Ou pas. Ecoute, je ne suis pas là mardi midi, ni vendredi soir, ça je le sais. Je dors pas là vendredi, je pense.
- Ah, ça, c’est l’hôtel des courants d’air, ici… mais on est content que tu viennes, hein. On apprécie les neuf secondes passées avec toi.
- Ecoute, je pourrais aussi aller dormir à l’hôtel et louer une voiture, tu sais.
- Mais tu aurais l’essence à payer, mon biquet.
- Oh, mais je la paye à chaque fois !
- Non, pas la dernière fois. Mais on est content que tu viennes, hein. On ira voir le film avec Will Smith ?
- Je sais pas, le truc sur la fin du monde ?
- Oui.
- Non, c’est en français, je préfère le voir à Paris en VO.
- Mais personne ne veut venir avec moi, ton frère ne veut pas, Liliane ne veut pas, je me retrouve toute seule le soir et j’ai peur d’y aller, maintenant.
- C’est sûr, avec toutes ces banlieues qui prennent feu autour de Dax, dans les Landes, je te comprends.
- On ne sait jamais.
- Le plus gros risque doit être la traversée d’une biche mais comme tu roules à deux à l’heure, tu as le temps de la voir arriver.
- Je roule peut-être à deux à l’heure mais MOI je n’ai pas eu d’accident qui NOUS ont coûté une franchise que NOUS avons payée…
- Je t’ai dit que je voulais le faire… J’allais te faire un virement et tu m’as dit non ! Que c’était mon cadeau de Noël !
- Sacré cadeau de Noël, tu pourras pas te dire que tu n’es pas gâté… Après tu vas écrire des horreurs sur moi sur ton site et tes lecteurs ils pensent que je t’ai mis au régime et que je comptais le pain que tu mangeais…
- Tu le faisais !
- Tu te souviens que de ce qui t’arrange ! Et tout ce qu’on t’a payé comme voyage en Angleterre, pourquoi tu n’en parles jamais ? Les lecteurs ont le droit de savoir ! Tu voulais un livre, tu l’avais, tu voulais un jeu vidéo, tu l’avais, on t’amenait au cinéma, au théâtre, il ne t’a manqué que la gale pour te gratter…
- …
- Bon, tu arrives à quelle heure ?
- Je te l’ai déjà dit mille fois, maman.
- Mais le post-it sur le frigo s’est envolé.
- 11h42
- Je partirai de la maison à 10h30, pour être large.
- 10H30 ? Mais la gare est à 20 minutes de la maison !
- Et la circulation ? Tu en fais quoi de la circulation ?
- Ah, la circulation dans Dax, sous-préfecture des Landes, je ne sais pas comment ils ont pas encore pensé à appeler Delanoë pour prolonger la ligne 14.
- Que tu es méchant ! Que tu es moqueur ! On ne t’a pas élevé comme ça ! Tu as pensé à me graver la série avec Sally Field ?
- Pour la dixième fois, OUI ! Oh, que tu rabâches !
- JE RABÂCHE PAS JE SUIS ENSEIGNANTE !


C’est ça qui est bon. Rien ne change, jamais.

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article