| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
2 utilisateur(s) en ligne (dont 2 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 2

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Fourre-Tout : Midnight, not a sound from the pavement,
Posté par Ron le 18/10/2005 7:01:00
Fourre-Tout

Il y a un an je,

Débarquais sur Paris pour quelques semaines, chez La Marmotte, juste quelques semaines tranquille, sans prise de tête, c'était le deal. On voyait comment ça se passait et puis je retournais chez moi ensuite. A ma vie dans le Sud, mon appart’ dans le Sud, mes amis dans le Sud.

Prenais pour la première fois le RER en allant bosser et j’ai trouvé ça sympa, mes deux voyages quotidiens.
Source d’étonnement, d’inspiration même, ces traversées de Paris me semblaient si courtes et si drôles. Hélas, dès la deuxième semaine, la vérité m’est tombée sur le coin du nez : prendre le RER pour aller bosser matin et soir n’a rien de drôle. C’est bondé, ça pue, les pannes et les « accidents voyageurs » sont fréquents et surtout, surtout, voyager trente bornes sous terre deux fois par jour pendant une heure, non, définitivement, ce n’est pas pour moi.

Travaillais mes derniers jours chez ma patronne arnaqueuse, celle qui me faisait monter la tension quand je voyais son nom s’afficher sur le téléphone. C’est un signe, ça, quand la simple vue d’un prénom suffit à te coller une boule d’angoisse dans l’estomac, c’est qu’il y a un problème relationnel avec la personne.

Mettais des boules quiès et un masque antilumière pour dormir, tous les jours, et ce pour la première fois de ma vie. Et je parvenais difficilement à passer des nuits correctes.

Réalisais que vivre à Paris est un subtil mélange bénédiction/malédiction. Tous les bons plans s’y déroulent. Ils coûtent un max de blé. Les monuments sont magnifiques et les musées regorgent d’expos. Ils sont assaillis par la foule et les touristes. Le ciné propose tous les films de la Terre en VO. Il est pris d’assaut même le matin, alors que j’adore aller au ciné le matin, seul, tranquille. Se balader en amoureux dans la plus belle ville du monde sans avoir à regarder l’heure est une chance inouïe. Devoir sans cesse baisser les yeux pour éviter les merdes de chien me gonfle chaque jour un peu plus.

Vendais ma voiture et décidait que j’allais mettre de côté 500 euros par mois, logique, tout cet argent économisé devait bien aller quelque part. Oui. Il va quelque part. Seul souci, il y va sans moi, et surtout, je ne connais pas sa destination. A croire que je devrais me faire prélever mensuellement pour pouvoir économiser plus d’un euro.

Fermais la porte de mon appart’ d’Anglet en espérant secrètement ne jamais avoir à y remettre les pieds. Gagné.

Découvrais au quotidien l’Homme que j’aimais. Tous les jours. Tout le temps. Tous les matins. Tous les soirs. Je ne le regrette pas. Il est vraiment extraordinaire. Et surtout, surtout, il me surprend tous les jours. Je pense à cette chanson d’Emylou Harris, quand il m’embrasse avant de partir bosser, il sent bon le parfum, il a parfaitement ajusté sa cravate, il vient me voir et il me dit
« A ce soir mon amour, prends soin de toi ».
Et dans ma tête, je me chante :

Everytime You Leave
(Charlie Louvin/Ira Louvin)

Everytime you leave
You tear the soul from me
I die a little more each time part
I can't control my dreams
My heart can't seem to learn
To turn and lock its door when you return

I know that you'll come back again
As soon as you get blue
And I know what will happen then
One kiss and I'll give one to you

Everytime You leave
You tear the soul from me
But I want to live so I'll forgive
Everytime you leave

Commençais mes premières missions d’intérim. Une entreprise dans le Tertiaire, un grand constructeur Automobile, un Chimiste Suisse, un Grand Magasin, Un constructeur d’électroménager, une compagnie Aérienne. J’en passe et des meilleures, j’ai engrangé de quoi écrire des années d’anecdotes.

Débutais dans le Blog. Je ne connaissais pas. Je débarquais. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Ah, y’a des « pédésblogueurs » ? Ah, y’a des « barons ? » Ah, y’a des « stats » ? J’ai appris sur le tas, je ne le regrette pas, j’ai rencontré cette année des gens bien, des gens beaux, des gens que j’aime déjà énormément.

Te perdais. On se croyait amis pour la vie. Je suis encore là, mais plus toi. J’ai mis ton dernier cadeau (ce livre de Salinger) sous papier bulle et je l’ai rangé dans une vieille boite à photo. Ta dédicace, je la connais par cœur. Ton rire me manque. Tes avis sur tout. Tes clopes fumées à la chaîne. Ton parfum de femme mystère. Tes chapeaux. On devrait toujours mourir avant les gens qu'on aime pour ne pas avoir à trop les pleurer. Tu me disais souvent qu’il ne faut pas pleurer, jamais, ça fait des rides. Tu me disais aussi qu’il ne faut pleurer que chez l’esthéticienne, parce qu’elle est là pour réparer les dégâts et que les larmes glissent sur l’argile verte. Tu me disais que tu voulais un chat mais plus un homme car tu préférais brosser les poils sur le canapé que ramasser les chaussettes sales dans la salle de bain. Tu me disais que tu voulais changer de métier, dans ta prochaine vie, tu voulais être vendeuse de glace, pour goûter tous les parfums. Vendeuse de glace le matin et liseuse de livre l’après-midi.
Tu me disais que j’avais de la chance et que c’était presque une honte d’être aussi gâté. Oui, mais tu n’es plus là pour qu’on en rie tous les deux.

J. H. 1974-2004.

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article