| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
1 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 1

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Vie Quotidienne : Clairement borderline
Posté par Ron le 21/9/2008 0:30:00
Vie Quotidienne

Je n'ai jamais entendu Madonna chanter aussi faux et aussi mal que ce soir, sur Borderline : un massacre, j'en avais honte d'être là...Putain que c'était mauvais...Stade de France, une première pour moi, me suis trouvé plutôt loin de la scène (porte G, pourtant, carré Vip Or, comme ils disent) qui n'était pas si loin, non, c'est que le Stade est immense, bien plus que Bercy.
Une soirée sympatoche, bien en dessous de Confessions Tour, bien moins festive, beaucoup trop remixée à mon goût. Quelques bons moments, néanmoins et aucun regret : c'est la vieille. Places trouvées sur Viagogo, le site qui vend au prix du caviar toutes les places pour tous les concerts, oui, ça marche ! Quand on aime, on ne compte pas et je t'aime : je voulais les meilleures places pour toi.


Vie Quotidienne : 46 Robin
Posté par Ron le 20/9/2008 15:00:00
Vie Quotidienne

Je crois que le trait de caractère qui me définit le mieux est le suivant :
- Je ne supporte pas qu'un bien-portant vole des pauvres, qu'une personne aisée se serve chez ceux qui n'ont rien ou presque, l'idée qu'on vole aux plus démunis pourrait me pousser à commettre l'irréparable.

J'apprend encore à l'instant que mon ancienne boss, cette moins que rien, partie en catimini par le local des poubelles, emportant avec elle des dossiers, des clefs, des mots de passe, avait également volé jusqu'aux timbres du courrier le jour de son départ, comme si elle manquait d'argent, la vilaine, l'odieuse, la répugnante personne. Ah, qu'elle me donne la nausée. Non contente de nous avoir salis, tous, elle nous a donné des leçons de morale, allant jusqu'à nous menacer de retirer de l'argent sur nos payes. Elle le fit, à sa façon, retirant de l'argent sur la cagnotte des filles, cagnotte donnée par les familles des patients après un décès. Cette bonne femme me répugne : elle avait tout (une maison à Trouville, un appart dans le 7ème, un mari architecte) mais elle prenait plus encore, elle prenait tout à ceux qui n'avaient rien. Vomissement.


Vie Quotidienne : 47 Piel
Posté par Ron le 19/9/2008 5:40:00
Vie Quotidienne



Il m’est arrivé un truc assez incroyable avec un certain Piel (24 ans), kiné de son état mais surtout joueur émérite à un excellent niveau de rugby à 9 (je ne connais pas le chiffre exact et je m’en tamponne, grave). Un peu petit, le Piel, mais qui compte les centimètres ? Piel travaille deux fois par semaine et c’est l’ébullition chez les filles à chacun de ses passages : tout le monde sourit niaisement et essaye d’attirer son attention, moi compris. On a sympathisé, il a une copine, fin de l’histoire.
Ou presque.

L’autre jour, je lui demande pourquoi il porte ces jeans atroces, super larges, venus des rappeurs américains, alors qu’il est extrêmement bien foutu, en apparence. Nous sommes seuls dans l’infirmerie du deuxième étage. Il me regarde alors et, sur un ton plaintif (j’allais presque en pleurer) me dit :
- Mais je n’ai pas le choix ! J’ai les cuisses tellement musclées qu’elles ne rentrent dans aucun jean, mon pauvre. Regarde, avec le petit bassin que j’ai (et là il enlève sa ceinture, fait tomber son jean et me montre son boxer), je pourrais rentrer des 501… Mais tu as vu mes cuisses ?

Effectivement, je les voyais bien, mais pas que. J’étais scié. La scène a duré moins de quatre secondes, il a remonté son pantalon aussi vite et aussi naturellement qu’il l’avait baissé puis il est parti, me souriant comme si de rien n’était. À chaque fois que nous nous croisons depuis, je détecte dans son œil une lueur amusée qui me stupéfait ! Quel allumeur ! Non mais je rêve ! Et maqué, en plus ! Ah les jeunes générations, bravo, hein, vinte sur vinte, vive la France !


Vie Quotidienne : 48 simplement
Posté par Ron le 18/9/2008 6:30:00
Vie Quotidienne

(Vous m’avez envoyé une photo qui vous touche, je la commente en écrivant un texte, comme si elle était mienne. Demain, peut-être, une autre photo)



Papa, tu me manques, si tu savais.


----------------

(J'avais également proposé à qui le voulait de commenter cette photo. Voici le texte que j'ai aimé lire ce matin, mais il y avait vraiment du choix, ce fut difficile)
De Pierre :

Bon, alors elle a dit 60 pas depuis l'arbre mort, vers la maison en ruine.
Je l'entends encore "Tu y trouveras tout ce que tu espères et même ce que tu n'espères pas"... Espèce de Houri !.. Si tu ne t'étais pas moquée de moi, j'aurais partagé avec toi ce que je trouverai ici...
"Tout ce que j'espère".. Ca motive ! Si seulement je pouvais trouver un peu d'argent ! Histoire de m'acheter un manteau neuf par exemple; celui-ci fait illusion de loin mais, bon sang, je sens le froid passer à travers tous les trous qui le composent. A croire qu'il y a plus de trous que de tissus maintenant...

35, 36
Il me fait un drôle d'effet cet arbre, je ne peux pas m'empêcher de me retourner pour le regarder... Comme si c'était un gardien, une version végétale de la déesse Shiva avec toutes ces branches prêtes à m'attraper...

Je me fais des films. J'étais à combien là ? 44 ou 45 ?

Attends.. c'était pas 46 ?... Ah non je ne recommence pas, je ne retourne pas au pied de l'arbre pour repartir à zéro.. On va dire que c'était 45 et puis c'est tout...

53, 54
On dirait qu'il y a quelque chose devant moi par terre... Evidemment je ne peux pas m'attendre à ce qu'une croix marque l'endroit.... Mais on dirait...

57,58
Eh oui... une croix... sur une pierre tombale... La pierre tombale est à même le sol, rien ne se dresse dessus... Les inscriptions sont effacées

59, 60
Bon c'est que c'est cette pierre là, l'endroit dont elle me parlait la vieille femme.... Mais elle est plutôt branlante la pierre en question... je suis dessus mais j'ai l'impression qu'elle va... hééééé

Ah c'est malin ça... Tomber dans le trou parce que la pierre a basculé sous mon poids... Ca n'a pas l'air d'être une tombe, c'est juste un... un trou profond de quelques mètres... Et il n'y a rien ! Elle s'est foutue de moi ! Aïe ! J'ai du me tordre la ch... Aïe ! Non c'est une belle entorse...

Mais qu'est ce que c'est que ces craquements ? Quelque chose approche, c'est... énorme ! La pierre, elle bouge... Le trou se referme... Ce sont des mains immenses qui la font bouger.. Des doigts comme des branches... Non ! Non !

Le trou s'est refermé. Je suis dans l'obscurité la plus complète... Ma cheville me fait si mal... Je.. Je savais que je n'aurais pas du l'écouter cette vieille sorcière.... Mais peut être que je n'aurais pas du la tuer non plus...


Vie Quotidienne : A vous !
Posté par Ron le 17/9/2008 7:50:00
Vie Quotidienne

Depuis quelques jours, je commente une photo anonyme reçue par mail, sans la moindre indication, une photo qui vous touche. Petite surprise pour demain, vous avez aussi la possibilité d'écrire un petit texte, que je mettrais à côté du mien. il vous suffit de cliquer sur lire la suite, pour découvrir la photo.
Jetez-vous à l'eau et livrez dans les commentaires ce que la photo vous inspire, en quelques lignes, quelques pages, comme vous le sentez. Pas de pression, on est entre nous. Demain, je vous livre ma version à moi et nous comparerons. Vous avez jusqu'à demain matin 5h, dans les commentaires.

Merci de votre participation, à toutes et tous. Je continue bien sûr encore tant que je peux.

Lire la suite... | 902 octets en plus

Vie Quotidienne : 49 Première fois
Posté par Ron le 17/9/2008 7:00:00
Vie Quotidienne

(Vous m’avez envoyé une photo qui vous touche, je la commente en écrivant un texte, comme si elle était mienne. Demain, peut-être, une autre photo).



Elle s’appelait Karine, elle avait quatorze ans, je m’asseyais souvent sur ce banc pour la voir passer. Je l’avais remarquée un peu plus tôt dans l’année, à la fin des classes, quand elle rentrait du collège. C’est amusant, nous habitions dans le même quartier et nous ne nous étions jamais croisés. J’ai eu le coup de foudre immédiat mais pas elle, elle ne m’avait pas vu, je m’étais caché derrière un pylône. Quand j’étais assis sur le banc, je pouvais la voir arriver de chez elle, au loin, c’est la maison orange au fond, sur la gauche, et puis je me retournais vers le parc, lentement, qu’elle ne me voie pas, qu’elle ne croise pas mes yeux, je crois que je n’aurais jamais pu le supporter, non, jamais.
J’ai pris quelques photos, j’ai volé une lettre au petit matin, dans sa boîte aux lettres, je voulais posséder une enveloppe à son nom, je sais que c’est stupide, je le sais. Ah, j’en ai passé des heures sur ce banc, je peux vous le dire, avant le fameux soir. Il faisait déjà nuit et bien froid, elle revenait d’acheter du pain.
- Vous aviez déjà fixé une date ?
- Non, monsieur le juge, ça s’est fait un peu comme ça, la petite m’a adressé la parole pour la première fois et j’y ai répondu et l’une chose en entraînant l’autre, elle s’est débattue, j’lui y ai poussé la tête sur le banc, un peu fort, j’admets monsieur le juge, mais je ne lui voulais pas de mal, c’est elle qui m’a adressé la parole, je vous le rappelle.
- Pourquoi avoir caché le corps ?
- Je ne voulais pas me faire attraper, monsieur le juge. Je regrette, monsieur le juge.


Musique : La France respire de nouveau
Posté par Ron le 16/9/2008 11:30:00
Musique

Tout va bien, le pays peut souffler, il devrait faire beau sur le Stade de France samedi soir pour le concert de Madonna. Vous pouvez reprendre une activité normale, comme moi, maintenant que la news vient de tomber, nous sommes sauvés. Enfin, ceux qui y vont, les autres, je ne sais pas ce qu'il va advenir de leur âme.





Vie Quotidienne : 50 Le train s'éloignait.
Posté par Ron le 16/9/2008 5:00:00
Vie Quotidienne

(Vous m’avez envoyé une photo qui vous touche, je la commente en écrivant un texte, comme si elle était mienne. Demain, une autre photo).



C’est dans le train qui reliait Moscou à Vladivostok que j’ai compris que je ne t’aimais plus. Il y avait eu ce moment, dans le taxi, où je t’avais vu insulter le pauvre chauffeur, qui avait manqué de tourner dans la bonne rue ou même cette dame, dans la queue de la librairie, qui ne t’avait pas vu et que tu avais vulgairement remise en place. Ta violence était si mal enfouie qu’il suffisait d’une étincelle pour qu’elle jaillisse et j’avais toujours peur qu’un jour, moi aussi, j’aurais à lever le bras pour m’en protéger. Il y avait tes yeux, qui ne me reconnaissaient plus quand tu haussais le ton, tes sourcils, qui montaient au ciel et ne voulaient jamais descendre, tes poings qui se crispaient et ta voix qui se faisait aigue, pointue, vicieuse. Je ne la reconnaissais plus, ta voix.
Il m’a fallu ce voyage et ses heures de train, à tes côtés, où tu dormais, la plupart du temps, contre mon épaule, pour comprendre enfin que nous devions nous séparer, que je devais partir. Nous devions parcourir ces 9000 kilomètres pour nous retrouver, disais-tu, mais je t’ai perdu définitivement quelque part là-bas, entre deux gares sordides, je t’ai perdu là-bas et je ne regrette pas ce que j’ai fait. Tu dormais, le train est reparti et moi je suis resté sur le quai, avec à peine quelques dollars en poche. Il y avait plus de six heures de voiture pour rejoindre l’aéroport le plus proche mais je ne me suis jamais senti aussi libre et heureux qu’à ce moment-là. Tu voulais savoir, tu le sais, désormais. Et toi, qu’as-tu fait en arrivant ? T’en souviens tu encore, plus de dix ans après ? As-tu lu ma lettre ou as-tu compris en voyant l’enveloppe ? As-tu pris ces photos dont tu me parlais tant ? As-tu aimé, ensuite ? Etais-tu seul, ce premier noël après nous, comme moi ?


Vie Quotidienne : 51 Le jeu
Posté par Ron le 15/9/2008 5:00:00
Vie Quotidienne

(Vous m’avez envoyé une photo qui vous touche, je la commente en écrivant un texte, comme si elle était mienne. Demain, une autre photo).




Mais je le sais, qu’ils vont revenir, c’est stupide, je le sais, c’est juste un jeu, un stupide jeu, on m’avait prévenu que c’était toujours comme ça pour les « première année », ici, qu’il fallait en passer par là pour réussir l’intégration, que ceux qui ne voulaient pas se laisser faire n’auraient jamais le boulot de leur rêve à la sortie. Je le sais qu’ils vont revenir, je le sais, enfin, je l’espère, parce qu’ils étaient tous sérieusement bourrés, tous, et je me demande s’ils se rendent bien compte de la date du jour. Ce sont les grandes marées et dans même pas une heure, l’eau sera sur moi. Quelle idée, aussi, d’accepter ce week-end de bizuth sur les plages du Nord, il n’y a pas un chat à la ronde, pas un chat, je crois que si je me mettais à crier, personne ne m’entendrait et puis peut-être même qu’ils se moqueraient de moi, loin derrière (mais je ne le crois pas, j’ai entendu la voiture repartir en faisant crisser les pneus sur l’asphalte du parking). Oui, ils vont revenir.


« Aujourd’hui en France. Page 4. Boulogne-sur-Mer : le bizutage tourne au drame, un élève des Mines se noie ».


Vie Quotidienne : 52 L'arbre du chemin derrière.
Posté par Ron le 14/9/2008 5:00:00
Vie Quotidienne

(Vous m’avez envoyé une photo qui vous touche, je la commente en écrivant un texte, comme si elle était mienne. Demain, une autre photo).



Mille fois je suis passé devant en partant à l’école par le chemin de derrière, celui que ma mère me demandait d’emprunter, car la Nationale devenait dangereuse et elle n’aimait pas me savoir seul sur la route, au petit matin. Je sens encore l’odeur de l’amidon et de la lessive, tout autour des piles de linge propre qu’elle entassait à « La Pièce », comme elle disait, cette partie aménagée au fond du garage dans laquelle elle recousait, repassait et reprisait tout le linge des notables du village. « La Pièce », quel nom approprié pour une raccommodeuse.
Je m’étais fait une histoire à moi tout seul, sur le diable qui un jour promit de donner à un paysan un arbre aux fruits goûteux et éternels en échange de son âme. L’homme, pris de remords, l’avait alors berné, en priant par trois fois avant le lever du soleil. Le diable disparut en hurlant et son cri avait été si puissant que l'arbre fut coupé en deux. Il se racontait que les hardis qui voulaient connaître l’avenir n’avaient qu’à se tenir bien en face de la coupure, la tête droite, les deux mains posées chacune sur un côté de l’arbre, un soir de pleine lune, entre les douze coups de minuit, pour savoir ce que le destin leur réservait dans l’année.
Gare à ceux qui décollaient la main avant le douzième et dernier coup au clocher du village, le diable arrivait alors par derrière et les emmenait à tout jamais rôtir en enfer.


« 1 ... 3 4 5 (6) 7 8 9 ... 178 »