| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
1 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 1

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Cinéma : Sex & the city : le film
Posté par Ron le 2/6/2008 16:20:00

Une daube. Simplement, c'était difficile de faire autrement qu'une bonne grosse daube. Il suffisait de voir tous les warnings allumés à la fin de la saison 6 : Hello les robes de créateurs, Hello le pathos cancéro-alzheimer à deux balles, Hello la pauvre conne névrosée de Carrie qui en reprend encore et toujours dans la gueule en finissant avec le seul homme avec qui elle ne sera jamais heureuse : Big.



Pour réussir une bonne relation sado-maso, il faut une victime consentante (Big la plupart du temps) et un bourreau implacable (Carrie la super conne qui colle la pression à tout le monde avant de se la coller à elle et de guérir, en se faisant analyser, par exemple).

Amusant quand c'était cheap, vulgaire et clinquant à l'arrivée des marques et du fric. La saison 6 est un carnage, le film en est un autre : 2h30 (DEUX HEURES TRENTE) de Carrie qui fait tout pour se faire larguer (TOUT) et qui y arrive, forcément, avant de retrouver Big, qui a décidé une bonne fois pour toutes de pourrir le reste de sa vie (il a maintenant 74 ans) avec elle. MAIS VIRE CETTE SALOPE! Tu n'as pas compris ?? Elle te brisera comme elle les a tous brisés avant (Aidan, quelqu'un ?)... C'est ELLE le problème, pas TOI ! Tu hésites parce qu'elle est folle, mec ! Tu hésites parce que tu sens que ça ne marchera jamais à cause d'elle et des trois connes qui lui gravite autour. Casse toi !!

Rien à sauver, rien. Naufrage.


Cinéma : be aware !
Posté par Ron le 2/6/2008 7:20:00
Cinéma

(C'est la semaine où je suis coiffé comme un cul - dans la mesure de ce qui reste - que je suis évidemment la première image fixe d'une vidéo virale destinée à circuler sur tous les blogs. Han. C'est la Jean-Claude Week, me demandez pas, c'est Dark Planneur qui régale)


Cinéma : Tom, Pouce !
Posté par Ron le 21/1/2008 14:50:00
Cinéma

Je vais interviewer Andrew Morton cette semaine, auteur de la sulfureuse bio sur Tom Cruise et ses rapports étroits avec la Sssientaulogie. La première phrase du livre évacue directement LA question à dix millions de dollars : non, Tom Cruise n'est pas gay. J'ai déjà une bonne liste de choses à lui demander mais peut-être auriez-vous une question bonus ?
Si je choisis votre question, vous gagnez le livre en français, signé de la main de l'auteur. J'attends vos propositions.



Tom Cruise : sa vraie histoire
de Andrew Morton, 312 pages
Editeur : Michel Lafon (9 janvier 2008)
Le journaliste Andrew Morton avait été le seul à recueillir les confidences de la princesse de Galles. Diana : sa vraie histoire devint un best-seller phénoménal... et causa un divorce chez les Windsor. Ici, Andrew Morton lève le voile sur la plus grande star de cinéma de notre époque : Tom Cruise. Car tout le monde connaît Tom Cruise, ou croit connaître l'acteur génial, le producteur avisé, le séducteur qui s'est marié trois fois... Mais son sourire ravageur masque désormais une part d'ombre, au service d'intérêts qui n'ont plus rien à voir avec le septième art. Ce document est le fruit d'un formidable travail d'investigation : rien ne vous a préparé à ce que vous allez lire dans ces pages.


Cinéma : Warner Voleur !
Posté par Ron le 2/1/2008 9:30:00
Cinéma

Chez Warner Home Vidéo, on se fout carrément de la gueule du client...et avec le sourire !

J'explique. Je commande sur amazon le dvd du nouveau Harry Potter, le film n'étant pas à l'intérieur, seulement les bonus, ils ont mis à la place un bon infalsifiable à renvoyer pour le recevoir plus tard, le jour de la sortie. Pas de souci, je voulais cette version spéciale avec un bonus à part. Je suis prêt à attendre deux semaines et même mieux, je trouvais leur idée rusée pour vendre un film qui n'est pas sorti pour les fêtes.
NB :Certains parents un peu pressés n'ayant pas bien lu la jaquette ont offert à leur enfant un boitier sans film le jour de Noel...Dommage pour eux mais il fallait savoir lire entre les lignes ! Ils pleurent sur tous les forums depuis quelques jours, c'est un peu triste. Moi mon problème n'est pas celui-là.

Mon paquet arrive donc aujourd'hui 02.01.2007. Je vais de suite sur le site Warner Home Video taper mon code confidentiel : site planté. Nouvel essai. Site planté. Impossible de recevoir mon film.

Pas grave, je me dis tant pis, ça va me côuter un timbre mais je vais l'envoyer par la poste, ça marche aussi. Et là, surprise : LE BON EST A RENVOYER AVANT LE 31.12 !

J'appelle la hotline gérant le dossier, chez Warner Home Vidéo. Conversation surréaliste :
- Bonjour, je voudrais recevoir mon dvd mais le site pour s'inscrire ne marche pas !
- Oui, il est hors-service. Il faut l'envoyer par courrier, mais c'est trop tard.
- Je sais, mais je l'ai reçu là, à l'instant, ce matin...
- Dans ce cas je ne peux rien faire pour vous....
- Attendez. Vous mettez en place une opération pour recevoir un film à la maison, le web ne répond pas et la poste ne prend plus mon bon, ça veut dire que je viens de perdre 30 euros ?
- Et voilà !
- Non mais vous déconnez, Warner Home Vidéo ? Je fais quoi, moi ?
- Vous n'avez qu'à à racheter un autre...
- Mais Mademoiselle, ça sera le même problème : le site ne marche pas, la poste ne prend plus...
- Et bien c'est la vie. On est au courant que le site marche plus depuis une semaine, que voulez-vous que j'y fasse ? Je ne suis pas responsable. Bon, je n'ai pas de réponse à un problème qui ne regarde que vous. Bonne journée.

Et elle raccroche.

Pathétique opération de com de Warner Home Vidéo, ignoble gestion de crise de Warner Home Vidéo, atroce réponse de la nana au standard. C'est pas Warner, c'est WARNING arnaque Vidéo ! Comment planter la saga la plus magique de la planète. Au moins, chez Gallimard, on était reçu avec des paillettes dans les yeux...

Merci les mecs...Conseil : n'achetez pas le dvd d'Harry Potter & L'Ordre du Phoenix, c'est une jolie arnaque.


Cinéma : Cruelle découverte.
Posté par Ron le 1/9/2007 20:50:00
Cinéma

(Il fut un temps où j'étais plus tolérant ici ou ici avec le film qui m'avait sauvé la vie, en 1998. Des fois on veut mourir (ça arrive), on va au cinéma et puis on en ressort avec l'envie de vivre...Donc merci Claude !)


Mais bon, hier au soir, en regardant la montre pendant que le dévédé de "Toute Une Vie" tournait, je me disais "Putain tu vois un Lelouch, tu les as tous vus !". Il a dû acheter un stock de vêtements militaires de la seconde guerre mondiale, je vois que ça, il fallait rentabiliser.

Je suis un pauvre type, j'en parlais à tout le monde depuis des années, comme si j'adorais, j'en avais vu sept, huit, à tout péter (mais des bons : A nous deux, avec Deneuve & Dutronc, Le bon & les Méchants, avec Dutronc & Marlène Jobert). Promo sur Cdiscount, je me fais la totale, je commande vingt dévédés. C'est à pleurer tellement c'est mauvais, parfois, je vous recommande notamment "Viva la Vie" le premier film de Science-fiction signé Claude Lelouch (dieu soit loué, le dernier, aussi), peut-être la pire merde qu'il ait jamais signée.

Je n'ose même plus regarder ceux que j'avais aimés au cinéma, tellement j'ai peur (Les Misérables, Itinéraire, La Belle Histoire).
Là, je suis au milieu de toute une vie (2h25) et je pensais l'avoir déjà vu, mais non, mon petit carnet de film est formel, je n'ai jamais noté dessus le nom de ce chef-d'œuvre. Ça se passe pendant les guerres. Il y a des nazis, des juifs, des aphorismes, des valses et plein de plans à la con qui durent deux heures. Lelouch, quoi. Dire qu'ils viennent de sortir la version INTEGRALE des "Uns & des Autres" en dvd : 5h30 !!
En Yddish, Lelouch, c'est synonyme de masochisme.




Je vous remets son "documentaire" de 11 minutes filmé à 160km/h dans les rues de Paris, on avait pété tous les commentaires, la dernière fois, entre les fans d'Art et les offusqués de la sécurité routière...
----------------
Merci de rester correct dans vos commentaires, à chaque fois que je poste ce film, c'est l'émeute.
----------------

Itinéraire
Un article pompé sur un site mort et Piqué par là
Bd Périphérique · Avenue Foch · Place Charles-de-Gaulle · Av des Champs-Elysées · Place de la Concorde · Quai des Tuileries · Place du Carrousel · Rue de Rohan · Avenue de l'Opéra · Place de l'Opéra · Rue Halévy · Rue de la Chaussée d'Antin · Place d'Estienne d'Orves · Rue Blanche · Rue Pigalle · Place Pigalle · Bd de Clichy · (tournant abandonné à Rue Lepic) · Rue Caulaincourt · Avenue Junot · Place Marcel Aymé · Rue Norvins · Place du Tertre · Rue Ste-Eleuthère · Rue Azais · Place du Parvis du Sacré Cœur.
Le film remastérisé ICI (clic droit).

« Je roule comme Trintignant dans Un homme et une femme, pied au plancher, compteur bloqué à cent quatre-vingts, prenant tous les risques. Et même davantage, puisque je ne suis pas au rallye de Monte-Carlo, mais en plein Paris. À côté de moi, mon chef opérateur contrôle la vitesse de la caméra accrochée au pare-chocs. Nous brûlons systématiquement tous les feux rouges. Les rues et les avenues défilent à une vitesse terrifiante.

A ce moment là, je me dis que les spectateurs seront collés à leurs fauteuils, écrasant du pied un frein imaginaire. Car c'est un film, bien sûr, que je tourne. Neuf minutes trente secondes. Neuf minutes trente secondes de pellicule, c'est ce qui me restait à la fin du tournage de Si c'était à refaire, au moment des rendus. Trouvant dommage de laisser perdre ces précieux trois cents mètres de pellicule, j'en ai profité pour réaliser un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps : un film en un seul plan-séquence où la caméra traverserait Paris à grande vitesse, son regard étant celui d'un homme qui conduit comme un fou parce qu'il est en retard à un rendez-vous.

J'avais eu cette idée un jour où, moi qui suis toujours ponctuel, j'étais dans la même situation. Comme il était vital que j'arrive à l'heure, j'ai traversé Paris à une vitesse hallucinante, brûlant des feux rouges, empruntant des sens interdits, prenant des risques insensés. Comme je suis en train de le faire en ce moment même. Cinq cent soixante-dix secondes, pas une de plus, c'est le temps que j'ai pour effectuer le trajet porte Dauphine-place du Tertre. Avec deux principaux problèmes techniques. Le premier consiste à coordonner le parcours de la voiture avec l'action des dix dernières secondes, quand Gunilla, ma compagne de l'époque (qui est aussi la mère de ma fille Sarah) s'avancera vers le véhicule qui s'arrêtera devant elle. C'est le bruit du moteur, à mon approche de la place du Tertre, qui l'avertira qu'il est temps de s'avancer jusque dans le champs de la caméra. Le second problème réside dans l'impossibilité d'assurer la sécurité de l'opération. J'ai limité les risques en tournant ce film cascade au mois d'août, à cinq heures trente du matin, au lever du jour. La circulation est donc quasiment inexistante. Je n'ai pu cependant obtenir l'autorisation de bloquer les rues débouchant sur mon parcours. Un véhicule peut donc déboîter devant moi à n'importe quel moment. Si cela se produit, je prie pour avoir le coup d'œil et les réflexes nécessaires pour réagir au quart de seconde. L'étape la plus dangereuse du parcours demeure le passage des guichets du louvre. Il n'y a aucune visibilité à la sortie. Si une voiture surgit à ce moment devant mon capot, la collision sera inévitable. J'ai donc posté mon assistant, Élie Chouraqui, à cet endroit stratégique. Grâce à son talkie-walkie, il me préviendra en cas de danger. J'arrive à la hauteur des guichets du Louvre. Aucun signal de la part de « Chouchou ». Je fonce. Le reste du parcours s'accomplit sans problème. Je ralentis place du Tertre, et Gunilla, avec un chronométrage parfait, s'avance à ma rencontre. Un quart d'heure plus tard, je retrouve Chouraqui, en train de bricoler son « talkie ».

— Qu'est ce qui se passe ?
— C'est cette saloperie ! me dit-il en désignant l'appareil. Il est tombé en panne au début de la prise !

J'ai un grand frisson d'angoisse rétrospectif.

Debout dans le bureau du préfet de police, j'ai la sensation d'être un enfant puni. Je m'apprête d'ailleurs à l'être et sévèrement.

D'une voix de procureur, le préfet, qui m'a personnellement convoqué, dresse à mon intention la liste de toutes les infractions que j'ai commises pendant les quelques minutes de tournage de Pour un rendez-vous. Elle est interminable. Quand il a fini, il lève sur moi un œil noir et dit en avançant la main :

— Remettez-moi votre permis de conduire, s'il vous plait.

Le moment serait mal choisi pour discuter. Je m'exécute. Le préfet de police s'empare du document, le contemple rêveusement pendant quelques secondes, puis... me le rend avec un large sourire.

— Je m'étais engagé à vous le retirer, me dit-il. Mais je n'ai pas précisé pour combien de temps.

Devant ma stupéfaction, il ajoute :


— Mes enfants adorent votre petit film ! »





Le film remastérisé ICI (clic droit).


Lelouch s'explique sur les dangers encourus :


Quand vous dites "Nous roulions vite" vous parlez de quelle vitesse ?

La montée de l'avenue Foch, entre 150 et 180 km/h. Les Champs-Élysées à 130 à 150 avec une pointe à 160 km/h au niveau de Franklin Roosevelt. Puis jusqu'à la Concorde, comme c'était bien dégagé, j'ai dû monter à 200 km/h. J'ai pris la place de la Concorde à 150. Sur les quais, j'ai franchi les 200 km/h. J'ai pris les guichets presque normalement, c'est-à-dire à 80 ou 90 km/h. Comme Chouraqui ne m'appelait pas, je suis passé sous les guichets à fond, 100 km/h, car le passage est tout de même assez étroit. Je ne savais pas que le talkie de Chouraqui était en panne ! Je ne l'ai su que le tournage terminé. Puis j'ai remonté l'avenue de l'Opéra. Le carrefour était bloqué par un bus. Pour éviter de ralentir, j'ai dû passer de l'autre côté de la chaussée, des voitures venant en sens inverse. Place de I'Opéra, pas de problème ! J'ai ensuite pris la rue de la Chaussée-d’Antin vers Clichy. Je suis tombé sur des camions-poubelles que je n'ai pu dépasser qu'en montant sur le trottoir. Je croyais ne plus avoir de problèmes. Mais en arrivant rue Lepic, j'ai été bloqué par un type qui livrait. J'ai pris de l'autre côté, vers le paumant Palace, en destruction à l'époque. J'ai remonté l'avenue Rocquencourt, ce qui me rallongeait énormément. Je ne savais pas s'il allait me rester suffisamment de pellicule. J'ai donc pris des rues en sens unique pour arriver à Montmartre dans les temps ...

Vous aviez effectué des repérages ?

J'avais fait le parcours une fois, lentement, pour bien déterminer les passages. Je disposais de l'équivalent de 9-10 minutes de pellicule ! Il me restait 15 secondes pour couper le moteur descendre de voiture et prendre la fille dans mes bras. Nous avions convenu que lorsque je klaxonnerais elle monterait deux marches, pénétrant ainsi dans le champ. Le plan-séquence ne pouvait être réussi que sur ces dernières secondes. Je m'étais dit que si je ne réussissais pas la première prise, je ne recommencerais pas. Par superstition. Si le miracle devait avoir lieu, il aurait lieu ... Et il a eu lieu. En forçant quand même le destin, puisque nous avons grillé dix-huit feux rouges.

Comment expliquez-vous la notoriété de ce court métrage, qui est devenu un film culte, ce qui est plus que rare peur un film court...

J'ai montré le film un peu partout. Il n'a pas toujours été très bien accueilli compte tenu de son manque de sens civique flagrant, ce que je ne saurais contester. Mais il a aussi ses fana. Quand j'ai montré le film pour la première fois à Los Angeles, où le non-respect des règles de conduite est toujours fortement sanctionné, le triomphe s'est mêlé à d'incroyables sifflets. "C'était un rendez-vous" a toujours suscité la polémique, mais il montre aussi tout ce qu'on aime dans le cinéma. Comme j'aime le cinéma plus que la loi ... Je savais que je tenais un morceau de bravoure. Je me disais, en toute modestie, qu'il y avait là la possibilité de faire l'un des plus beaux plans de l'histoire du cinéma. Les plans-séquences de dix minutes sont rares, en raison de l'étroitesse du magasin de la caméra. Même Hitchcock dans "La Corde" a anticipé ses changements de pellicule.

(Spoiler en blanc, passez votre souris dessus en sélectionnant le texte...pour ceux qui veulent casser le mythe de ce fameux court-métrage, mais seulement après l'avoir vu...)


On the Champs Elysee the car is (according to the soundtrack) running close to max revs in 5th gear which means it should be doing about 150mph, yet it takes 67 seconds to cover 2 kilometres which puts its average speed at 67mph on a dead straight road with supposedly almost constant full throttle.

By taking the 'racing line' through corners, mounting the camera close to the road and dubbing the sound it gives a good impression of speed, but other cars pass by too slowly and most of the pedestrians barely notice what is supposed to be a 4 litre V12 Ferrari bellowing through a city at full chat.


Cinéma : Bond 22
Posté par Ron le 20/8/2007 11:10:00
Cinéma

Première photo du prochain 007, sortie sur nos écrans le 07 novembre 2008, en tournage actuellement en Italie, près de Sienne. Ce sera la suite directe de Casino Royale, reprenant l'histoire pile là où elle s'arrêtait. Eva Green sera de la partie, de nouveau. Daniel Craig, ma foi, on s'y fait, hein.


Cinéma : Pitié
Posté par Ron le 17/8/2007 20:40:00
Cinéma

Punaise, comme ça me les brise, tous ces films passés ET à venir avec Kad Merad, le mec qui joue dans TOUS les films français des 20 ans à venir, remplaçant Daniel Auteuil (années 90), Depardieu (années 80) ou je ne sais qui. Les affiches dans le métro, tous les trois mois, avec son nom, moi je peux plus.

Les producteurs manquent sérieusement d'imagination, ça devient gonflant. Je suis content pour lui mais c'est ridicule, il doit y avoir cent mecs aussi talentueux (et beaux, si possible) qui peuvent le remplacer. Moins bankable, sûrement.

La preuve :

# Faubourg 36 (2007) (filming)
# Modern Love (2008) (post-production) .... Olivier
# Bienvenue chez les Ch'tis (2008) (post-production)
# Ce soir je dors chez toi (2007) (post-production)
# 3 amis (2007) .... Baptiste
# Je crois que je l'aime (2007) .... Rachid
... aka Could This Be Love? (International: English title)
# Tête de maman, La (2007) .... Jacques Charlot
... aka In Mom's Head (Europe: English title)
# Pur week-end (2007) .... Frédéric 'Fred' Alvaro
# Brother Bear 2 (2006) (V) (voice)
# J'invente rien (2006) .... Paul Thalman
# Je vais bien, ne t'en fais pas (2006) .... Paul Tellier
# Irréductibles, Les (2006) .... Gérard Mathieu
# Oiseaux du ciel, Les (2006) .... Oncle de Tango
... aka Birds of Heaven (UK: literal English title)
# Essaye-moi (2006) .... Vincent
# Un ticket pour l'espace (2006) (as Kad) .... Stéphane Cardoux
... aka A Ticket to Space (International: English title)
# "Toilet Zone" (2005) TV Series .... Various Characters
# Propriété commune (2005) .... Le mari


Cinéma : Eden Log le film
Posté par Ron le 3/8/2007 13:30:00
Cinéma



Eden Log est un film pour lequel j'ai eu un coup de coeur, juste en lisant le pitch, en voyant les photos...et surtout en discutant avec son réalisateur Franck Vestiel, un mec passionné et attachant. Nous sommes à quelques mois de la sortie mais vous pouvez déjà voir le teaser (qui fait un gros carton sur allociné) ainsi que quelques photos démentes.

"Un homme reprend conscience au fin fond d'une grotte. Tolbiac n'a pas la moindre idée des raisons qui l'ont amené jusque-là, pas plus qu'il ne sait ce qui est arrivé à l'homme dont il découvre le cadavre à côté de lui. Seule solution pour échapper à la créature qui le poursuit : remonter jusqu'à la surface à travers un réseau aux allures de cimetière et abandonné par une mystérieuse organisation, Eden Log."

C'est un thriller fantastique, avec Clovis Cornillac dans le premier rôle. Plus d'infos ?

Plein de photos sur ce lien. D'autres photos en HD inédites ici.
Nous reparlerons de tout ça dans quelques temps car, si vous êtes sages, il y aura quelques surprises...de taille. Je précise une chose : je vous parle de ce film en tant que moi, Ron, pas mandaté par qui que ce soit pour faire du placement à deux balles d'un rasoir à six lames. D'un fan de cinéma à d'autres fans de cinéma, allez voir le teaser, les photos et...laissez vous gagner par le frisson Eden Log. Une bannière vous sera proposée avec, à la clef, je le répète, quelques jolies surprises interactives.

* Teaser HD ici
* Teaser bas débit ici

Eden Log, sortie le 26 12 2007

Réalisateur
Franck Vestiel
Acteurs

Clovis Cornillac
Vimala Pons
Producteur
Cédric Jimenez (un ancien mannequin qui a fait baver Cécomça pendant le repas, et moi aussi un peu, mais je le montrais pas, on était là pour parler du film, pas du producteur... allez, les photos sont par là et il est mieux en vrai, le chameau...)

En cliquant sur lire la suite, vous pourrez trouver des photos HQ inédites du film confiées par la production et les notes d'intention du réalisateur. Elle est pas belle, la vie ?

Lire la suite... | 5927 octets en plus

Cinéma : C'était un rendez-vous
Posté par Ron le 2/8/2007 3:00:00
Cinéma



Le film remastérisé ICI (clic droit).

« Je roule comme Trintignant dans Un homme et une femme, pied au plancher, compteur bloqué à cent quatre-vingts, prenant tous les risques. Et même davantage, puisque je ne suis pas au rallye de Monte-Carlo, mais en plein Paris. À côté de moi, mon chef opérateur contrôle la vitesse de la caméra accrochée au pare-chocs. Nous brûlons systématiquement tous les feux rouges. Les rues et les avenues défilent à une vitesse terrifiante.

A ce moment là, je me dis que les spectateurs seront collés à leurs fauteuils, écrasant du pied un frein imaginaire. Car c'est un film, bien sûr, que je tourne. Neuf minutes trente secondes. Neuf minutes trente secondes de pellicule, c'est ce qui me restait à la fin du tournage de Si c'était à refaire, au moment des rendus. Trouvant dommage de laisser perdre ces précieux trois cents mètres de pellicule, j'en ai profité pour réaliser un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps : un film en un seul plan-séquence où la caméra traverserait Paris à grande vitesse, son regard étant celui d'un homme qui conduit comme un fou parce qu'il est en retard à un rendez-vous.

J'avais eu cette idée un jour où, moi qui suis toujours ponctuel, j'étais dans la même situation. Comme il était vital que j'arrive à l'heure, j'ai traversé Paris à une vitesse hallucinante, brûlant des feux rouges, empruntant des sens interdits, prenant des risques insensés. Comme je suis en train de le faire en ce moment même. Cinq cent soixante-dix secondes, pas une de plus, c'est le temps que j'ai pour effectuer le trajet porte Dauphine-place du Tertre. Avec deux principaux problèmes techniques. Le premier consiste à coordonner le parcours de la voiture avec l'action des dix dernières secondes, quand Gunilla, ma compagne de l'époque (qui est aussi la mère de ma fille Sarah) s'avancera vers le véhicule qui s'arrêtera devant elle. C'est le bruit du moteur, à mon approche de la place du Tertre, qui l'avertira qu'il est temps de s'avancer jusque dans le champs de la caméra. Le second problème réside dans l'impossibilité d'assurer la sécurité de l'opération. J'ai limité les risques en tournant ce film cascade au mois d'août, à cinq heures trente du matin, au lever du jour. La circulation est donc quasiment inexistante. Je n'ai pu cependant obtenir l'autorisation de bloquer les rues débouchant sur mon parcours. Un véhicule peut donc déboîter devant moi à n'importe quel moment. Si cela se produit, je prie pour avoir le coup d'œil et les réflexes nécessaires pour réagir au quart de seconde. L'étape la plus dangereuse du parcours demeure le passage des guichets du louvre. Il n'y a aucune visibilité à la sortie. Si une voiture surgit à ce moment devant mon capot, la collision sera inévitable. J'ai donc posté mon assistant, Élie Chouraqui, à cet endroit stratégique. Grâce à son talkie-walkie, il me préviendra en cas de danger. J'arrive à la hauteur des guichets du Louvre. Aucun signal de la part de « Chouchou ». Je fonce. Le reste du parcours s'accomplit sans problème. Je ralentis place du Tertre, et Gunilla, avec un chronométrage parfait, s'avance à ma rencontre. Un quart d'heure plus tard, je retrouve Chouraqui, en train de bricoler son « talkie ».

— Qu'est ce qui se passe ?
— C'est cette saloperie ! me dit-il en désignant l'appareil. Il est tombé en panne au début de la prise !

J'ai un grand frisson d'angoisse rétrospectif.

Debout dans le bureau du préfet de police, j'ai la sensation d'être un enfant puni. Je m'apprête d'ailleurs à l'être et sévèrement.

D'une voix de procureur, le préfet, qui m'a personnellement convoqué, dresse à mon intention la liste de toutes les infractions que j'ai commises pendant les quelques minutes de tournage de Pour un rendez-vous. Elle est interminable. Quand il a fini, il lève sur moi un œil noir et dit en avançant la main :

— Remettez-moi votre permis de conduire, s'il vous plait.

Le moment serait mal choisi pour discuter. Je m'exécute. Le préfet de police s'empare du document, le contemple rêveusement pendant quelques secondes, puis... me le rend avec un large sourire.

— Je m'étais engagé à vous le retirer, me dit-il. Mais je n'ai pas précisé pour combien de temps.

Devant ma stupéfaction, il ajoute :


— Mes enfants adorent votre petit film ! »


Claude Lelouch

Itinéraire

Bd Périphérique · Avenue Foch · Place Charles-de-Gaulle · Av des Champs-Elysées · Place de la Concorde · Quai des Tuileries · Place du Carrousel · Rue de Rohan · Avenue de l'Opéra · Place de l'Opéra · Rue Halévy · Rue de la Chaussée d'Antin · Place d'Estienne d'Orves · Rue Blanche · Rue Pigalle · Place Pigalle · Bd de Clichy · (tournant abandonné à Rue Lepic) · Rue Caulaincourt · Avenue Junot · Place Marcel Aymé · Rue Norvins · Place du Tertre · Rue Ste-Eleuthère · Rue Azais · Place du Parvis du Sacré Cœur.


Réalisateur : Claude Lelouch
Durée : 9 minutes

Le film remastérisé ICI (clic droit).

Quelle traversée ! Quelle idée ! Et ce dernier plan...J'adore ce mec. Je sais que pour les gens, Lelouch, c'est épidermique, on aime ou on déteste. J'ai choisi mon camp.

Je précise, suite à quelques commentaires, que je prône pas la vitesse au volant. Loin de là.

Lelouch s'explique sur les dangers encourus :


Quand vous dites "Nous roulions vite" vous parlez de quelle vitesse ?

La montée de l'avenue Foch, entre 150 et 180 km/h. Les Champs-Élysées à 130 à 150 avec une pointe à 160 km/h au niveau de Franklin Roosevelt. Puis jusqu'à la Concorde, comme c'était bien dégagé, j'ai dû monter à 200 km/h. J'ai pris la place de la Concorde à 150. Sur les quais, j'ai franchi les 200 km/h. J'ai pris les guichets presque normalement, c'est-à-dire à 80 ou 90 km/h. Comme Chouraqui ne m'appelait pas, je suis passé sous les guichets à fond, 100 km/h, car le passage est tout de même assez étroit. Je ne savais pas que le talkie de Chouraqui était en panne ! Je ne l'ai su que le tournage terminé. Puis j'ai remonté l'avenue de l'Opéra. Le carrefour était bloqué par un bus. Pour éviter de ralentir, j'ai dû passer de l'autre côté de la chaussée, des voitures venant en sens inverse. Place de I'Opéra, pas de problème ! J'ai ensuite pris la rue de la Chaussée-d’Antin vers Clichy. Je suis tombé sur des camions-poubelles que je n'ai pu dépasser qu'en montant sur le trottoir. Je croyais ne plus avoir de problèmes. Mais en arrivant rue Lepic, j'ai été bloqué par un type qui livrait. J'ai pris de l'autre côté, vers le paumant Palace, en destruction à l'époque. J'ai remonté l'avenue Rocquencourt, ce qui me rallongeait énormément. Je ne savais pas s'il allait me rester suffisamment de pellicule. J'ai donc pris des rues en sens unique pour arriver à Montmartre dans les temps ...

Vous aviez effectué des repérages ?

J'avais fait le parcours une fois, lentement, pour bien déterminer les passages. Je disposais de l'équivalent de 9-10 minutes de pellicule ! Il me restait 15 secondes pour couper le moteur descendre de voiture et prendre la fille dans mes bras. Nous avions convenu que lorsque je klaxonnerais elle monterait deux marches, pénétrant ainsi dans le champ. Le plan-séquence ne pouvait être réussi que sur ces dernières secondes. Je m'étais dit que si je ne réussissais pas la première prise, je ne recommencerais pas. Par superstition. Si le miracle devait avoir lieu, il aurait lieu ... Et il a eu lieu. En forçant quand même le destin, puisque nous avons grillé dix-huit feux rouges.

Comment expliquez-vous la notoriété de ce court métrage, qui est devenu un film culte, ce qui est plus que rare peur un film court...

J'ai montré le film un peu partout. Il n'a pas toujours été très bien accueilli compte tenu de son manque de sens civique flagrant, ce que je ne saurais contester. Mais il a aussi ses fana. Quand j'ai montré le film pour la première fois à Los Angeles, où le non-respect des règles de conduite est toujours fortement sanctionné, le triomphe s'est mêlé à d'incroyables sifflets. "C'était un rendez-vous" a toujours suscité la polémique, mais il montre aussi tout ce qu'on aime dans le cinéma. Comme j'aime le cinéma plus que la loi ... Je savais que je tenais un morceau de bravoure. Je me disais, en toute modestie, qu'il y avait là la possibilité de faire l'un des plus beaux plans de l'histoire du cinéma. Les plans-séquences de dix minutes sont rares, en raison de l'étroitesse du magasin de la caméra. Même Hitchcock dans "La Corde" a anticipé ses changements de pellicule.

(Spoiler en blanc, passez votre souris dessus en sélectionnant le texte...pour ceux qui veulent casser le mythe de ce fameux court-métrage, mais seulement après l'avoir vu...)

On the Champs Elysee the car is (according to the soundtrack) running close to max revs in 5th gear which means it should be doing about 150mph, yet it takes 67 seconds to cover 2 kilometres which puts its average speed at 67mph on a dead straight road with supposedly almost constant full throttle.

By taking the 'racing line' through corners, mounting the camera close to the road and dubbing the sound it gives a good impression of speed, but other cars pass by too slowly and most of the pedestrians barely notice what is supposed to be a 4 litre V12 Ferrari bellowing through a city at full chat.



5 217 personnes sont mortes sur les routes en France en 2004, juste pour mémoire. N'oublie jamais que tu as une arme entre les mains, me disait mon moniteur d'auto-école, pendant les leçons de conduite.


Cinéma : Les Moments Maaaaaaarcel
Posté par Ron le 19/7/2007 13:40:00
Cinéma



Depuis que nous avons vu la Môme, nous sommes plusieurs, dont Chondre et Higgins, a hurler "Marceeeeeeel" pour un oui ou pour un non, quand quelque chose nous semble trop injuste, en hommage à Marion Cotillard, sûrement.

Oui mais voilà, figurez-vous que, 25 ans plus tôt, dans un autre film sur Edith Piaf que je viens de subir découvrir ce matin, il y avait aussi un AUTRE moment "Maaarcel"...interpreté (avec un peu moins de talent) par Evelyne Bouix. La mort de Piaf vue par Claude Lelouch, spéciale dédicace aux copains. Désolé, c'est filmé de mon téléphone...




Vidéo visible sur ce lien


(1) 2 3 4 ... 6 »