| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
21 utilisateur(s) en ligne (dont 21 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 21

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Fourre-Tout : Oh James
Posté par Ron le 22/12/2007 8:00:00
Fourre-Tout

Vu chez Boy Culture

Totalement fan de James Marsden depuis X-Men, le pauvre, on lui propose que des rôles fades de beau gosse. Ce type est déjanté, mais non, il ne peut jouer que des bellâtres. Un petit rôle sympa dans Hairspray, récemment et puis voilà. Ces costumes "Sand-Sinatra-Rat Pack" lui vont comme un dieu. Très bon choix de fringues. Je pourrais demander à La Marmotte (qui les aime trèèès près du corps, le chameau, il peut, il a la silhouette qui faut) de les essayer, juste pour voir. Mhuuum.

S'il vous reste un peu de temps libre, pourquoi ne pas aller saliver regarder les photos de Ryan Barry, dit comme ça, ça vous dit rien, mais c'est le nouveau mec de l'ex du mec des N-Sync (Lance Bass, me demandez pas comment je retiens des conneries people pareilles), toutes les photos sont ici et, comment dire, même si je choisis toujours la conversation et l'intelligence comme critères essentiels dans mes choix amoureux, euh, parfois je peux faire une exception. Si vous postez un commentaire, vous aurez un bonus surprise


Lire la suite... | 2391 octets en plus

Fourre-Tout : France 62 - Etats-Unis 52
Posté par Ron le 26/6/2007 23:35:34
Fourre-Tout

En France on a Michèle Laroque:



Et aux States ils ont...


Fourre-Tout : Tel que je t'ai vu.
Posté par Ron le 25/7/2006 6:50:00
Fourre-Tout

(Je reçois beaucoup de mails. Des mots gentils, des demandes diverses, des propositions de rencontres. Parfois je dis oui. Portrait)


On avait rendez-vous un peu partout, après son interview, car il était journaliste, et déjà j’étais sur mes gardes, si jeune et journaliste, je me suis demandé ce que j’allais en faire, un peu comme un meilleur ami curé, presque, on se demande s’il va aimer ce film lesbien dont Télérama dit le plus grand bien, on hésite un peu.
Un jeune journaliste, tu penses.
J’ai besoin de cases pour appréhender les gens, pour les comprendre, pour me rassurer aussi, et puis on est en France, le pays de l’étiquette sur le dos.
Genre :
« Fille de.
Frère à.
Travaille avec.
Sort de l’X.
Chevalière. »
Exemples.
Un jeune journaliste, dans la presse people.
Allez, va.



On avait tellement rendez-vous partout que j’ai décidé de prendre les choses en main et d’imposer mon carré magique : Métro Palais Royal, ça fourmille de bars, de bancs, d’endroits pour discuter et c’est tellement central pour rentrer plus vite quand on s’emmerde avec un importun.

Il arrive et il est beau ce con.
Très.
Pas du tout le genre de beauté à la mode en ce moment, genre Grand rugbymen baraqué un peu niais photo noir et blanc sur calendrier vulgos.
Non.
Il est beau à l’ancienne.
Un peu poète maudit habillé bourgeois bohème, yeux bleus dents blanches, pull en v sur peau nue, veste en tweed, jean, belles chaussures italiennes marron et une étole nouée autour du cou pour ne pas prendre froid.
Et souriant.
Très.
Il me tend la main à trois mètres, trois mètres cinquante, on sent le garçon qui salue le garçon en rajoutant un mètre supplémentaire pour lui signifier son hétérosexualité définitive.
J’ai déjà envie de rire. Mais il a l’air tellement soucieux. Tellement sérieux.

Il a besoin de parler, ce soir.
Il le fait, part un peu dans tous les sens, perd le fil de la conversation, espère ne pas m’ennuyer, dit vouloir plutôt parler de moi puis reprend sur une histoire familiale qu’il dépeint habilement.
Il fume (pas beaucoup) des cigarettes volontairement exécrables, pour essayer de moins en fumer, qu’il laisse se consumer dans le cendrier du Marly en me racontant avec les yeux son amour perdu auquel il croyait fort. Je comprends qu’elle n’a pas voulu rester, ce garçon est sûrement trop honnête et trop droit pour en faire un mari servile. J’imagine.
Je sens l’épicurien touché par un physique, l’intellectuel séduit par une réflexion, et le jeune homme perdu entre les deux.

Il réfléchit, il sourit souvent, il regarde la serveuse Hongroise qui nous sert des mojitos et me dit à demi-mot :
- As-tu vu son visage ? Elle a un joli visage.

Il la regarde fixement, sans ciller, je lui fais remarquer. Il ne cherche pas à être discret, me dit-il. Ah.
Décidément, les techniques de drague masculines me semblent pataudes. Directes.
Les femmes ont dû en faire leur deuil, sûrement. Sûrement.

Je lui dis que j’ai dû me lever tôt pour aller chez Ikea, à l’autre bout de Paris et il lève un sourcil perplexe :
- Ikea ? Ikea ? Attends, c’est le fabriquant de meubles suédois, c’est ça ?

J’éclate de rire. Je lui demande ce que font ses parents, bien sûr, c’est la question la plus évidente, tu penses, un mec qui n’a jamais mis les pieds à Ikea (et qui n’a pas besoin d’y aller). Je reste dans mon petit schéma de pensée étroit, je cherche à le définir par son milieu d’origine, je me conforte dans mes illusions, et je me serais presque moqué de lui s’il n’y avait eu ces yeux. Ces yeux.
Cette tristesse.
Je l’ai trouvé triste. Terriblement triste. Passagèrement triste.
Touchant, donc.
Je suis resté moqueur mais sans plus, moqueur light, assis devant la pyramide du Louvre qui, peu à peu, s’embrasait, sentant monter la nuit Parisienne et cherchant un sens à ma vie, en ce moment, à ces rencontres, à cette rencontre. J’ai décroché quelques secondes et je me suis dit que je le saurais sûrement un peu plus tard. Un peu plus tard. Ou pas.
J’aime les surprises, de toute façon.

Je touche sa montre magnifique, il me dit très sérieusement que Robbie W a voulu la lui acheter après une interview, j’éclate une deuxième fois de rire, ah bon, Robbie W, oui oui, le vrai, il voulait la lui acheter.
Je reste songeur.
Je me décide, allez, si c’est Robbie W alors, ça va, c’est presque de la famille. Il part ensuite dans une histoire de palace voleur de montres, où va le monde quand même le personnel des cinq étoiles se met à piquer votre toquante ? Il en est encore un peu scandalisé, un peu agacé, on sent vaguement le Jean-Pierre Coffe des Grands Endroits Comme Il Faut, ôtant une étoile au Butter-Schurmtz Hostel de Genève, et me confiant sous le sceau du secret que le monde court à sa perte ou presque, si on se met à piquer dans les Palaces.

On parle spiritualité, il fait la différence entre agnostique et athée, on parle musique, je le sens condescendant (va avoir l’air cultivé quand tu rencontres des gens, après des billets sur Sheila, toi, va…) même s’il dit le contraire, je le trouve (encore) touchant lorsqu’on parle de pop des années 80, je lui dis aimer la variétoche, il me dit « Mais moi aussi, attends, j’adore la variétoche des années 80, c’est très noble, Gainsbourg, Danny, Taxi girl » et je souris encore, on a pas la même conception du mot variétoche.

Je demande des potins, forcé, c’est son métier, je demande des potins mais pas trop, je n’aime pas parler maladie ou médicaments quand je suis en repos et je me doute bien qu’il a droit à son wikende aussi.
Mais que veux-tu, les gens sont incorrigibles, on te demande ton opinion sur la grippe aviaire, et toi tu demandes si Ariane Massenet aime les hommes, que veux-tu, c’est humain, tu vas chercher la concierge dans sa loge quand tu en as besoin et tu ne fais pas attention aux horaires d’ouvertures affichés sur la porte. Tu as besoin d’elle, point. Bon, ok, au fond de toi-même tu sais qu’elle doit manger, à cette heure, mais tu le fais quand même.
Juste une fois. Juste cette fois.

Alors je lui demande juste une deux trois fois des potins.
Il cherche un peu péniblement.
Ce n’est pas le genre à en trouver spontanément.
Et je crois que j’aime ça, finalement.

Demain, par le plus grand des hasards, je parlerai d’amitié sur un billet écrit la semaine dernière, et qui cuvait par là, dans les tréfonds de l’ordi. Je vais vous dire que c’est plus dur, en vieillissant, de rencontrer de nouvelles têtes, qu’on s’accroche à ses amis, qu’on n’a plus trop envie d’aller voir ailleurs. Les schémas, les stéréotypes, les cases sont déjà là, acquises, on s’y tient, on essaye. On aime ça. Demain, je vais vous parler d’une autre belle rencontre. Je suis gâté, en ce moment.


A la fin, ou presque, alors qu’il me disait que Paris allait me faire perdre mes illusions, je lui ai expliqué comment je concevais ma vie, depuis quelques années. Il a semblé perplexe. J’ai aspiré un bon coup, et j’ai (presque) récité mon texte :


« Je suis moi, j’essaye d’être honnête, j’essaye d’être sincère, je suis authentique mais je le cultive. Je le cultive à fond.
Je ne veux pas être cynique, je ne veux pas être blasé, c’est mon travail quotidien. « Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur, on ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur ». Je crois en l’honnêteté, je crois en la bonté, je crois que l’homme sait être bon. Doit être bon.
Je clame haut et fort mes valeurs.
Qui m’aime me suive.

Si tu veux me baiser la gueule, me voler, me faire du mal, me mentir ou m’escroquer, c’est ton problème, pas le mien. Fais ce que tu as à faire, régis ta vie comme tu as décidé de la régir et nous finirons tous deux au même endroit, de toute façon.
Choisis ce que tu veux pour toi.

Ma spiritualité me pousse à ne vouloir que de belles choses pour mon chemin de vie.
En m’y attelant chaque jour, et c’est un dur labeur, elles me viennent à moi, la bonté attirant la beauté, l’innocence provoquant la vertu et le partage appellant le don.

Souvent on se moque de moi.
Mais le résultat est là :

Je suis heureux. »



Il s’appelle Thibault, au fait.
Je pense que je vais le revoir.


Fourre-Tout : Pink is the color of passion
Posté par Ron le 23/7/2006 9:10:00
Fourre-Tout



Billet en musique, Pink par Aerosmith (clic droit)


C’est le billet name dropping du mois, celui qui me vaut toujours un mail ou deux (« Tu perds ton âme »), voire un commentaire inquiet (« Arrête de faire ton pitre pour un Nokia ») ou un appel désabusé (« C’est quoi ce billet façon People des Blogs, on dirait des Wanabi du Web qui s’autolèchent en parlant stats et I-bidule et qui rentrent seuls chez eux, le soir, écouter du Hélène Ségara en lisant Closer »).
J'assume. L'espace que vous lisez est le mien. J'y écris pour du sérieux (mon livre, dans toutes les bonnes librairies le 07.12), j'y écris des trucs pour me souvenir, des trucs pour faire rire ou pour faire le malin. C'est un passe-temps comme un autre.

C’était la soirée Pink, hier soir, et j’ai tout de suite remarqué un grand type classe et beau, et beau et classe, que j’ai mis immédiatement en position number Ouane des Crush Du Mois, mon classement perso Bridget Jones des 5 Bachelors Ubersortables croisés en ville, mon chart interne à moi, aussi précis que celui de Ragoblog, aussi impitoyable qu’un licenciement de chez Dixon Wilson.

Gregory Pouy. Number Ouane. C’est simple, je voulais faire bonne impression, je suis arrivé pour me présenter, me suis tordu la cheville, ai interrompu la conversation et me suis vautré :
- Oh tu es Gregory Poury !
- Pouy, sans le r, ça suffira, merci... (Et il se retourne vers ses potes)

Fin de partie, coucouche panier, Ron.



Bien sûr, il y avait Fred De Mai, qui gare sa voiture façon Blues Brothers 2000, il y avait Larcenette (je suis fan, je n’ose pas commenter, je sais pas pourquoi, ça me bloque, j’aime beaucoup ce qu’elle fait), et Eric, aussi, oui.

Dekalog m’a posé quelques questions pour sa caméra et j’ai oublié de le regarder, je n’avais d’yeux que pour l’objectif (erreur de débutant), mais il se faisait tard, comprenez bien, il était presque 23h30. J’avais dépassé d’une bonne heure mon coucher habituel.

Nawal faisait les présentations en prenant des photos, Charles connaissait tout le monde (il avait l’air super heureux, hier, Charles) et moi j’essayais de ne pas trop paumer mes invités, Mayu, qui ouvre un blog musical (dont nous reparlerons) et qui commente souvent ici avec Pitichat, beau comme un camion dans sa chemise rose. La gazette humait l'air du temps et rentre, grâce à son sourire d'ange en troisième position du Top Crush du Mois (photo).

Je sais, je sais, je suis complètement superficiel.

Je suis rentré pour me coucher. Vu que la température dans ma chambre dépassait les 31, je n’ai pas réussi à fermer l’œil. Je me suis mis sur le côté, sur le ventre, je me suis douché (deux fois), j’ai écouté de la zique, lu Capital. Rien.
Impossible de fermer l’œil.

Un jour, un ex m'avait demandé une définition du luxe. J’avais hésité puis j’avais répondu :
- Le luxe ? C’est de ne jamais regarder les étiquettes, la montre ou le calendrier. Et toi ?
- C’est de ne jamais avoir trop froid ou trop chaud.

On est fin juillet. Je ne peux que lui donner raison.


le site Officiel


Le Top 5 totalement superficiel des Crush du Mois

1 Gregory (qui a une amoureuse, évidemment)
2 PJ
3 Raphael
4 Souhaite rester anonyme
5 Muxu Munu

Bonus track Aerosmith, Pink (The South Beach Mix)
Qui est Brad-Pitt Deuchfalh ? Ce n'est pas Ron


Fourre-Tout : Chuuut +Madonna +Clips
Posté par Ron le 18/6/2006 12:10:00
Fourre-Tout

Pour savoir si Ségolène est séparée de François Hollande, il faut cliquer ici.







Je recherche désespérement (® Mad Movies) des albums d'Eighth Wonder, souvenez-vous, Patsy Kensit ! Ce n'est pas sorti en cédé...Si quelqu'un a numérisé le 33 tours, si quelqu'un a les morceaux qui ont fait bouger mes 15 ans...Au Japon, ils en ont vendus au kilo.

Voici la version "Disco" (un remixe de l'époque) de I'm Not Scared. Clic droit.

Ce soir les rues sont pleines d'acteur, je sais pas pourquoi !
Ce soir je m'étais décidé, je sais que c'est juste !
Je sais que ses chiens mordent autour de moi encore !


etc...

Le clip de Cross My Heart



Le clip de "I'm not scared"



j'étais fou de Pasty. La pauvre, elle meurt noyée dans l'Arme Fatale II, tuée par les méchants Sud-Africains racistes. Méchants !!

Voici Patsy, toute de cuir vêtue, on ne s'en lasse pas !



Et la voici, "When The Phone Stops Ringing", un truc que je peux comprendre, la pauvre, ça doit être atroce d'attendre que le téléphone sonne



Elle était si belle



Je voulais me marier avec, moi et puis la vie en a voulu autrement. Et puis, j'étais trop jeune, moi, pour le mariage, ouais.




Six mois après, je voulais me marier avec lui.



Que voulez-vous, j'ai toujours eu un coeur d'artichaud

Bon, mon vrai amour de jeunesse, c'est quand même Rick Astley. Allez, je me décide, c'est lui. Oui, j'en suis sûr, allez, c'est lui.


Never Gonna Give You Up



Euh, bien sûr, je gardais toujours une place pour le guitariste de Bros, qui a fini GROS producteur de musique, un poste pas dégueu !

When Will I Be Famous.





Mais non, c'est pas lui, ça c'est Valou Les Valoches, et même qu'il a un blog, lui aussi, dis ! Allez, on finit par son adresse et on arrête là le billet le plus Nawak que j'ai fait depuis des lustres.

Le Blog de Valou ici


Fourre-Tout : Midnight, not a sound from the pavement,
Posté par Ron le 18/10/2005 7:01:00
Fourre-Tout

Il y a un an je,

Débarquais sur Paris pour quelques semaines, chez La Marmotte, juste quelques semaines tranquille, sans prise de tête, c'était le deal. On voyait comment ça se passait et puis je retournais chez moi ensuite. A ma vie dans le Sud, mon appart’ dans le Sud, mes amis dans le Sud.

Prenais pour la première fois le RER en allant bosser et j’ai trouvé ça sympa, mes deux voyages quotidiens.
Source d’étonnement, d’inspiration même, ces traversées de Paris me semblaient si courtes et si drôles. Hélas, dès la deuxième semaine, la vérité m’est tombée sur le coin du nez : prendre le RER pour aller bosser matin et soir n’a rien de drôle. C’est bondé, ça pue, les pannes et les « accidents voyageurs » sont fréquents et surtout, surtout, voyager trente bornes sous terre deux fois par jour pendant une heure, non, définitivement, ce n’est pas pour moi.

Travaillais mes derniers jours chez ma patronne arnaqueuse, celle qui me faisait monter la tension quand je voyais son nom s’afficher sur le téléphone. C’est un signe, ça, quand la simple vue d’un prénom suffit à te coller une boule d’angoisse dans l’estomac, c’est qu’il y a un problème relationnel avec la personne.

Mettais des boules quiès et un masque antilumière pour dormir, tous les jours, et ce pour la première fois de ma vie. Et je parvenais difficilement à passer des nuits correctes.

Réalisais que vivre à Paris est un subtil mélange bénédiction/malédiction. Tous les bons plans s’y déroulent. Ils coûtent un max de blé. Les monuments sont magnifiques et les musées regorgent d’expos. Ils sont assaillis par la foule et les touristes. Le ciné propose tous les films de la Terre en VO. Il est pris d’assaut même le matin, alors que j’adore aller au ciné le matin, seul, tranquille. Se balader en amoureux dans la plus belle ville du monde sans avoir à regarder l’heure est une chance inouïe. Devoir sans cesse baisser les yeux pour éviter les merdes de chien me gonfle chaque jour un peu plus.

Vendais ma voiture et décidait que j’allais mettre de côté 500 euros par mois, logique, tout cet argent économisé devait bien aller quelque part. Oui. Il va quelque part. Seul souci, il y va sans moi, et surtout, je ne connais pas sa destination. A croire que je devrais me faire prélever mensuellement pour pouvoir économiser plus d’un euro.

Fermais la porte de mon appart’ d’Anglet en espérant secrètement ne jamais avoir à y remettre les pieds. Gagné.

Découvrais au quotidien l’Homme que j’aimais. Tous les jours. Tout le temps. Tous les matins. Tous les soirs. Je ne le regrette pas. Il est vraiment extraordinaire. Et surtout, surtout, il me surprend tous les jours. Je pense à cette chanson d’Emylou Harris, quand il m’embrasse avant de partir bosser, il sent bon le parfum, il a parfaitement ajusté sa cravate, il vient me voir et il me dit
« A ce soir mon amour, prends soin de toi ».
Et dans ma tête, je me chante :

Everytime You Leave
(Charlie Louvin/Ira Louvin)

Everytime you leave
You tear the soul from me
I die a little more each time part
I can't control my dreams
My heart can't seem to learn
To turn and lock its door when you return

I know that you'll come back again
As soon as you get blue
And I know what will happen then
One kiss and I'll give one to you

Everytime You leave
You tear the soul from me
But I want to live so I'll forgive
Everytime you leave

Commençais mes premières missions d’intérim. Une entreprise dans le Tertiaire, un grand constructeur Automobile, un Chimiste Suisse, un Grand Magasin, Un constructeur d’électroménager, une compagnie Aérienne. J’en passe et des meilleures, j’ai engrangé de quoi écrire des années d’anecdotes.

Débutais dans le Blog. Je ne connaissais pas. Je débarquais. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Ah, y’a des « pédésblogueurs » ? Ah, y’a des « barons ? » Ah, y’a des « stats » ? J’ai appris sur le tas, je ne le regrette pas, j’ai rencontré cette année des gens bien, des gens beaux, des gens que j’aime déjà énormément.

Te perdais. On se croyait amis pour la vie. Je suis encore là, mais plus toi. J’ai mis ton dernier cadeau (ce livre de Salinger) sous papier bulle et je l’ai rangé dans une vieille boite à photo. Ta dédicace, je la connais par cœur. Ton rire me manque. Tes avis sur tout. Tes clopes fumées à la chaîne. Ton parfum de femme mystère. Tes chapeaux. On devrait toujours mourir avant les gens qu'on aime pour ne pas avoir à trop les pleurer. Tu me disais souvent qu’il ne faut pas pleurer, jamais, ça fait des rides. Tu me disais aussi qu’il ne faut pleurer que chez l’esthéticienne, parce qu’elle est là pour réparer les dégâts et que les larmes glissent sur l’argile verte. Tu me disais que tu voulais un chat mais plus un homme car tu préférais brosser les poils sur le canapé que ramasser les chaussettes sales dans la salle de bain. Tu me disais que tu voulais changer de métier, dans ta prochaine vie, tu voulais être vendeuse de glace, pour goûter tous les parfums. Vendeuse de glace le matin et liseuse de livre l’après-midi.
Tu me disais que j’avais de la chance et que c’était presque une honte d’être aussi gâté. Oui, mais tu n’es plus là pour qu’on en rie tous les deux.

J. H. 1974-2004.


Fourre-Tout : Règles du combat !
Posté par Ron le 3/6/2005 10:40:00
Fourre-Tout

Je sais, je sais. Mais j'adore cette photo...


Fourre-Tout : Sarkozy kiki, Cecilia Kaka
Posté par Ron le 26/5/2005 9:55:00
Fourre-Tout

Sarkozy, le divorce.
Cecilia, mais tu es une briseuse de coeurs !!






http://www.lematin.ch
«Elle ne reviendra pas!» Les proches de Nicolas Sarkozy sont unanimes: Cécilia est éperdument amoureuse de Richard Attias, directeur de l'agence de publicité Publicis Events. Elle a quitté son mari, il y a deux semaines, et sa décision est définitive. A tel point qu'elle a demandé le divorce à son mari, voilà quinze jours. Une demande qui n'a pas du tout été du goût du président de l'UMP.

Mais Cécilia (47 ans) a des arguments de taille pour que Sarko flanche: les preuves des multiples infidélités de Nicolas durant les dix-neuf années qu'a duré leur relation. Le ton est monté, et Mme Sarkozy a pris la porte pour rejoindre son amant en Jordanie, pour le Forum économique de Petra.

Dimanche soir dernier, Cécilia est revenue dans le foyer conjugal pour rassembler ses affaires. Un acte qui a mis Nicolas Sarkozy (50 ans) hors de lui. Et le président de l'UMP ne peut qu'annuler son passage au «20 heures» de TF1. Pendant que Nicolas se calmait chez lui, Cécilia soupait avec son amant dans un grand restaurant de la capitale.

Entre New York et Paris
Depuis deux semaines, Cécilia Sarkozy ne vit plus avec son mari. Elle suit son amant entre Paris et New York, ville dans laquelle Richard Attias a ses bureaux. Côté boulot, elle a totalement délaissé son rôle de chef de cabinet du président de l'UMP. Elle laisse donc Nicolas faire son tour de France en solo pour défendre le oui au référendum sur la Constitution européenne. Malgré la pression exercée par les proches de Sarkozy qui ont tout fait pour qu'elle soit présente, lundi soir, à Poitiers. Sa présence aurait ainsi pu faire taire les rumeurs qui courent sur le couple. Mais Cécilia ne fait aucune concession. Depuis Poitiers, plus d'apparition publique pour Sarko. Et Richard Attias dans tout ça? Selon des sources sûres, il subit également d'énormes pressions pour qu'il renonce à cette relation.

La saga Sarkozy risque de tenir en haleine le peuple français pendant de longues semaines. Et l'absence de couverture médiatique sur cette affaire, en France, ne fait qu'entretenir les rumeurs. Sarko risque de devenir président de la République en 2007. Les journalistes prennent donc des gants quand il s'agit de parler de l'ancien ministre dans des termes peu élogieux.

La garde de leur fils de 8 ans
Le couple Sarkozy avait basé sa réussite sur l'apparence. Balades romantiques à Deauville, escapades romantiques à La Baule. Leur vie était presque une émission de téléréalité. Nicolas et Cécilia Sarkozy avaient donc habitué les citoyens à la transparence totale sur leur vie professionnelle comme sur leur vie privée. Le mutisme des Sarko ne fait alors qu'envenimer la situation. Et concernant leur fils. Quel est l'avenir de leur bout de chou de 8 ans, Louis? Nul ne sait pour le moment qui en aura la garde.

Lors de son discours de novembre dernier pour son élection au poste de président de l'UMP, Nicolas Sarkozy avait déclaré: «Il y a beaucoup d'épreuves sur la route de celui qui a un grand dessein.» Il ne croyait pas si bien dire...


© Le Matin Online

PARIS (AP) -- "Paris-Match" publie cette semaine des photos de Cécilia Sarkozy et de son ami présumé, Richard Attias, prises à New York et à Paris.
Sous le titre "L'heure du choix", l'hebdomadaire précise que l'épouse du ministre de l'Intérieur a passé ses vacances à Cannes et à New York, où on l'a "souvent vue avec Richard Attias", un homme d'affaires âgé de 45 ans spécialisé dans la "communication événementielle internationale".
Outre l'organisation logistique du Forum économique de Davos en Suisse, c'est Richard Attias qui, en novembre 2004, avait orchestré le congrès de l'UMP.
"A Paris, à Manhattan, comme en mai à Pétra, Cécilia et Richard Attias ne font pas mystère de leur complicité", titre "Paris-Match", qui publie notamment une photo prise "au milieu de l'été" à la terrasse d'un restaurant parisien, où tous deux se regardent en se souriant, main dans la main.
Depuis le mois de mai, la vie privée du couple Sarkozy alimente les rumeurs du monde politique et les colonnes des journaux et magazines. Le ministre de l'Intérieur avait reconnu le 26 mai sur France-3 ces difficultés conjugales, ajoutant que le couple était "en train de les surmonter". AP

http://permanent.nouvelobs.com/politique/20050825.FAP7894.html?0833




Fourre-Tout : C'est la société de consommation.
Posté par Ron le 25/5/2005 11:12:00

Fourre-Tout : Chanson pour celui qui la veut.
Posté par Ron le 3/4/2005 17:00:00
Fourre-Tout

Des fois, j'écris des chansons sans la musique.



J’veux une histoire tout d’ suite
J’veux d’une histoire qu’aille vite,
Je veux qu’on m’aime maintenant
Pas dans un mois, pas dans un an.

J’veux d’une histoire tout d’suite,
Pas être rongé par les mites
Au fond du placard des mecs seuls,
Moi j’veux t’taper dans l’œil.

Pourquoi personne ne m’aime ?
Pourquoi personne veut d’moi ?
S’il reste qu’une fille sur terre,
J’suis sûr qu’elle voudra pas.

Pourquoi personne ne m’aime ?
Pourquoi personne veut d’moi ?
S’il reste qu’une fille sur terre,
J’suis sûr qu’elle voudra pas

J’veux être l’élu d’un cœur
Dans la minute qui vient.
J’veux nager dans le bonheur
Et que ça rime à rien.

J’veux que les gens soient jaloux
Me trouve un peu l’air niais
J’veux tes baisers dans le cou
J’ai besoin d’être aimé.

Pourquoi personne ne m’aime ?
Pourquoi personne veut d’moi ?
S’il reste qu’une fille sur terre,
J’suis sûr qu’elle voudra pas.

Pourquoi personne ne m’aime ?
Pourquoi personne veut d’moi ?
S’il reste qu’une fille sur terre,
Dis lui d’venir chez moi.


(1) 2 »