| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
2 utilisateur(s) en ligne (dont 2 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 2

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Livres : Brad Powaa
Posté par Ron le 16/11/2007 19:10:00
Livres

Dans "Le Monde", aujourd'hui, on pouvait trouver une pub pour un certain livre qui fait beaucoup, beaucoup gamberger le petit monde bloguesque et bientôt la France entière...QUI est Brad Pitt Deuchfalh ?



La vraie question est plutôt : comment as-t'on pu vivre sans ce bouquin en main, depuis ce temps ? Bravo, Brad. Si vous aimez la tendresse de Marcel Aymé, la générosité de Pagnol, les contes moraux et les 1001 une petites histoires qui font un grand livre... ben il faudra faire comme les autres et attendre un peu la sortie en magasin !

Je suis super heureux pour lui. S'il n'y en avait qu'un depuis deux ans qui le méritait, c'était bien lui. Quand je parle de mérite, je ne parle pas de "l'objet livre", je parle de la chance donnée d'être lu par un plus grand nombre... Bra-vo !!


Joli coup pour Franck Tirlot, le boss de M6 Editions, celui qui m'avait dit vouloir mon prochain livre (salaud!!) et qui ne m'a jamais recontacté, me laissant entre les pattes de XXXX et de XXXXX XXXXXX...
A noter que contrairement aux sales rats dans mon genre le contenu de son blog reste entièrement accessible en ligne, par ici...


Livres : La preuve par l'image
Posté par Ron le 24/10/2007 19:10:00

Médême la ministre, mes zômaaaaaaaages.


Livres : Gonflé à Blog
Posté par La Marmotte le 24/10/2007 15:00:00
Livres

Je ne sais plus pourquoi ça n'a pas été mis en ligne à l'époque (sans doute une fin d'hibernation tardive en mars), mais mieux vaut tard que jamais.

Je profite donc de l'article de Ron sur son passage au Salon de l'Infirmière pour mettre en ligne les articles publiés dans le numéro de mars 2007 de l'Infirmière Magazine.

Bonne lecture!

La Marmotte








Livres : La signature
Posté par Ron le 24/10/2007 5:50:00
Livres

Moi j’ai ma petite table et plein d’exemplaires de la « Chambre d’Albert Camus » dessus. Une pancarte faite main indique qui je suis. Une keupine au grand cœur s’est dévouée pour me tenir compagnie quelques heures parce que, figurez-vous, même si je meurs d’envie de dédicacer mon bouquin, j’ai trop la honte d’être là, à une table, devant vous.
C’est comme quand je fais du stop, tout pareil, voilà, j’ai honte. Je rougis, je me dis que tout ça est stupide, atrocement gênant, qu’il doit bien exister un autre moyen, c’est pas dieu possible, mais non, rien, je peux plus bouger et subitement les premières personnes arrivent et se penchent sur la table. Des lecteurs ! J'en tremble d’excitation !


------------------------

- Elles sont où les toilettes ?
- Juste à côté, madame.

------------------------

- C’est où le stand des chaussures Crok ?
- A l’entrée, je crois.
- Vers où ?
- Par là (geste vague)
- Mais vous ne savez pas précisément à quel endroit ?
- Non.
- n'importe quoi ! Quel bordel! Quelle organisation de clowns ! (s’en va en vociférant)

------------------------


- Bonjour, savez-vous où je peux trouver Marie Anne Lapique s’il vous plaît ?
- Aucune idée, madame.
Elle me regarde par-dessus ses lunettes, très méprisante :
- Mais enfin, c’est un monde, vous ne faites pas partie de Wuhket Louchalle, l’organisateur ?
- Non.
- Qu’est-ce que vos faites avec un exemplaire de l’Infirmière Magazine sur votre bureau, alors ?
- C’est moi sur la couverture, madame.
- La personne préposée à l’accueil est sur la couverture du magazine ? Ils sont rigolos, chez Wuhket Louchalle !
- Je suis auteur, c’est ma séance de dédicace.
Long regard méprisant de la femme qui me jauge des pieds à la tête :
- Aaaaaaah, je vois… (grimace de dégoût)…et ben dis donc… (s’éloigne en faisant « non » de la tête)

------------------------


- Excusez-moi, où est le stand de Wuhket Louchalle où je peux gagner des cadeaux ?
(Il est à deux mètres de moi sur la droite mais ma keupine accompagnatrice pète un câble et se lève en montrant la sortie)
- Alors vous tournez devant vous, vous faites cent mètres, vous sortez du salon et vous allez dans le hall 8. Vous verrez, c’est totalement con mais ils ont mis le stand des cadeaux dans le salon du chocolat…
- Ah bon ? Mais c’est super nul !
- Je sais, je sais, on arrête pas de nous le dire. Bonne chance quand même !
- Merci beaucoup madame ! (elle part presque en courant vers le salon d'à côté)

------------------------

- C’est quel genre de livre ? Une biographie sur Albert Camus ?
- Non. Un roman, un infirmier qui rencontre des patients et…
(Elle repose le livre violemment)
- Quelle horreur, merci bien, je me supporte déjà 35h par semaine de connasses à l’hôpital, je ne vais pas payer 15 euros pour les avoir à la maison sur mon temps de repos.

------------------------

- Elle est un peu vulgaire, la couverture, non ?
- Ah, vous trouvez ? On me dit que ça fait roman noir, d’habitude…
- Roman noir ? ROMAN NOIR ? Faut sortir, jeune homme ! Mais vous avez quelle qualification, exactement, pour avoir écrit ce livre ?
-…euh…quel diplôme, vous voulez dire ?
- Non. Je vous demande si vous savez écrire, de quel courant d’écriture vous vous rapprochez, de quel style vous êtes proche, tout ça…
- Aucune idée, madame.
- Ça montre bien que vous n’êtes pas un vrai écrivain, alors. Je ne vais pas mettre quinze euros là-dessus, désolée…
(Et elle s’en va, l’air sincèrement désolée, pour moi)

------------------------

J'avais un crush du mois, sur le salon, une belle bête de concours, dont on voyait dépasser un bout du caleçon à rayure, quand il venait me dire bonjour au stand. Un plaisir pour les yeux.


------------------------

- Elles sont où les toilettes ?
- Juste à côté, monsieur.

------------------------

- Ron, bonjour !
- Bonjour…
- Tiens, j’ai un cadeau pour toi…(il me tend quelques photos)



- Wééééééé FredIFSI, je me souviens, un lecteur du blog ! Tu avais fait ça l’année dernière…Merci…je suis SUPER touché !
- Tu peux signer mon livre ?
- Bien sûr ! Et plutôt deux fois qu’une ! Comme je suis content de te voir…

------------------------

(Forte odeur de transpiration, dents en or sur le devant)
- Vous avez l’air beaucoup plus gros en vrai, vous savez…
- Ah bon, tant que ça ?
- Oui. Je vous ai vu chez Cauet.
- Euh, je n’ai jamais fait Cauet.
- Si, si. Je vous ai vu chez Cauet.
- Ah.
- Je vous en prends deux, de toute façon. Vous les signez au nom de « Maryse ».
- Les deux ?
- Oui.
- Mais je mets quoi ?
- Juste : « Pour Maryse ».
- C’est pour offrir ?
- Non, c’est pour moi.

------------------------

- J’adore le blog.
- Merci !
- Vous avez toujours un copain ?
- Oui.
- Vous êtes fidèle ou pas ?
- Oui.
- Je vous laisse mon numéro, au cas où. Je travaille pas loin, je suis passé, je me disais « Luc, tente ta chaaaaance » (rire de coiffeuse)…
- Et bien Luc, merci d’être passé !
- Huhuhuhuhuhu…
- Et à la prochaine !
Il s’éloigne. Se ravise. Revient.
- Dites, je vais vous en prendre un, quand même, ce serait stupide, non ?
- Oui. Ça fait toujours une vente de plus.
- Mais si vous n’étiez pas fidèle, vous auriez dit oui ?
- Euh…
- Allez, allez, écoutez, je veux pas vous gêner, signez-le…
- Je mets pour qui ?
- Jérôme. C’est mon mec. Il ne l’a pas encore lu.

------------------------

- Je vais faire une annonce au micro, d’accord, je me présente, je suis Jean-Louis, le monsieur micro du salon ahahahaha et je vais vous faire venir du monde parce que souvent les gens écoutent les animations micros, vous savez, c’est loin d’avoir un effet micro…scopique ahahahaha. Alors, vous, c’est qui ? Ron ? Ron ? Ron de cuir ? ahahahahaha. Non, je dis ça pour rigoler, parce que le rire est important, aussi, dans un salon, il faut pas non plus que des gens qui tirent la tronche sur les stands, je me comprends, voyez un peu si vous tirez la tronche, qui va venir vous voir ? Hein ? Dites, on vous filme ? C’est qui ? Le journal de la santé ? Sur la 5 ? Ah, c’est marrant, hier je passais pas loin des bureaux de la 5. Et bien figurez-vous que les locaux de la 5 sont juste en face d’Arte, ouais, juste en face… Comme c’est étrange, non ? Pile en face, tenez, vous avez pas un bout de papier, je vous fais un plan de la rue…
(J’ai du feindre un coup de téléphone pour m’en débarrasser)

------------------------



- Bonjoooooooooour ! Alors vous êtes qui ?
- Ron, madame la ministre !
- Ron, oh ça alors, un infirmier qui écrit ! Mais qui écrit sur quoi ?
- Sur son métier, madame la ministre…
- Hiiiiiiiiiiiiiiiii mais c’est fascinant, ça…
- Oui, et sur les salaires, aussi, Madame Bachelot…
- Hiiiiiiiiiiiii ah booooooooooooooon ? Mais je vois qu’on m’appelle, aurevoaaaaaaaaaaaar


(Cette scène est à retrouver dans le reportage que vous verrez prochainement sur France 5, au journal de la Santé, et qui m’est consacré. Quitte à être filmé, autant que ce soit avec ma ministre de tutelle, nesspa. Vous serez indulgent, j’étais extrêmement fatigué ce jour-là, merci.)



Spéciale dédicace MLD, Alain & Wonderfull Adrien. Merci pour votre accueil.



Livres : On se dit tout
Posté par Ron le 4/10/2007 0:00:00
Livres

A la demande de mon éditeur, les prénoms des protagonistes sont changés. Et depuis ce matin, les choses ont évolué.


Je suis franchement consterné de l’évolution de mes rapports avec l’éditeur qui a pris la suite de Privé, après la fermeture de ma maison d’édition.
Nouvelle attachée de presse, XXXXXX, qui gère le livre, dernier maillon humain me rattachant à Michel Lafon, éditeur gérant désormais « La Chambre d’Albert Camus ».
XXXXXX est assez stupéfiante. Elle ne répond qu’aux mails jugés intéressants. Par elle.
Exemple, pour aller à la Forêt des Livres, grosse manifestation, une journée passée à promouvoir le bouquin (et donc à en vendre quelques exemplaires de plus, vous me suivez), j’engage quelques frais, oh, trois fois rien, 30 euros de parking. Je demande, comme je le faisais auparavant à Privé de quelle façon on peut me rembourser. Pas de réponse.
Je demande une deuxième fois.
Pas de réponse.
Je crois comprendre alors que son mail ne fonctionne pas, peut-être, et je lui demande dans un troisième mail si ZZZZZZZ, qui était de la partie il y a quelques mois, travaille toujours chez Lafon. Surprise ! Une réponse dans les cinq minutes. Mon attachée de presse est donc bien vivante. Son mail fonctionne.

Parfois des lecteurs m’écrivent, me demandant si j’ai bien reçu le petit cadeau, la confiture ou l’invitation adressée à mon nom chez mon éditeur. Je suis surpris. Je ne reçois rien à la maison.


Récemment, le Salon de L’Infirmière m’a demandé si je souhaitais intervenir, en invité, pour parler de mon expérience et…pourquoi pas, signer quelques livres. J’en ai parlé à XXXXXXX, qui a du trouver ça plutôt incongru comme demande, puisque je n’ai pas eu de réponse. Pensez-vous, j’ai écrit un livre sur la culture du Pavot en basse-birmanie, qu’irais-je faire dans un salon de l’Infirmière, 8 mois après la sortie du bouquin ? C’est vrai, aussi, je suis un peu excessif, dans mes demandes.

edit 17h45 : Magie du téléphone+blog, j'y vais.

Il parait que Michel Lafon avait beaucoup aimé le livre. Michel, si tu me lis, j’aimerai bien que tu dises à ton attachée de presse que je suis vivant, plein d’entrain, que j’en vends encore de temps en temps et que surtout j’ai d’autres manuscrits tout prêts dans les rayons. On sait jamais, hein, après tout, le premier n’était pas déshonorant pour ton catalogue. En tout cas, je ne veux pas partir fâché, je trouve ça nul, les gens qui se quittent sur un malentendu.


Ron.
Ne quittez pas, bientôt je vous parle de Nathalie Mongin, mon agent. Vous allez voir, on va se régaler, aussi.


Livres : Direct du producteur au consommateur
Posté par Ron le 8/9/2007 8:50:00
Livres




Pour fêter prochainement les trois ans du site (Octobre 2004/Octobre 2007), j'ai eu une idée, interactive et très Web 5.0 qui va "réconcilier" tout le monde.

Les fans de la première heure qui se désolent de ne plus lire d'histoires médicales.
Les lecteurs du bouquin qui en veulent un peu plus.
Les nouveaux qui débarquent en voyant les archives fermées. (Bien forcé, je ne le fais pas par plaisir).

Dès lundi, et sur commande spéciale de vous, mes lecteurs, vous pourrez lire 20 "Histoires d'Hôpital".

Comme je n'écris que sur mes souvenirs, quand ils me reviennent, je me suis dis que, pour une fois, vous pourriez me proposer des thèmes, dans vos commentaires. Chaque thème évoquera sûrement un patient ou une histoire que j'avais oubliée. Ce sera un petit exercice d'écriture pour moi et, peut-être, pour vous, une occasion de lire ce que j'ai vécu de particulier dans un domaine médical, affectif qui vous est cher. J'aime beaucoup raconter mes histoires, peut-être aimeriez vous entendre :
Exemples : La fois où...L'accident de...La mort d'un..., la naissance de..., pourquoi ceci..., as-tu déjà...Et si...

A la fin de l'envoi, je touche, on en fera, bien sûr, quelque chose, toujours avec votre concours. Mais il reste à les écrire alors... J'attends vos suggestions, vos demandes, allons, allons, on y va de son petit commentaire ! Si vous avez des questions, c'est aussi le moment...


* Comme on m'a dit hier que je ne commentais jamais, je vais également faire un effort pour les trois ans du site *


Livres : Deux coups de coeur
Posté par Ron le 7/9/2007 22:00:00
Livres

(A nouveau plein de temps pour lire et je m’en félicite, ça commençait à me manquer, de plonger dans de nouveaux univers, régulièrement)



Bénédicte Desforges est flic. Elle a tenu un blog. Michalon lui a proposé de réunir les meilleurs billets, ou les plus marquants, pour en faire un bouquin qui cartonne et n’a sûrement pas besoin de ma bafouille pour se vendre. Pourquoi en parler ? Parce que j’ai eu la surprise de découvrir dans cet ouvrage qu’elle et moi faisions le même métier, ou presque.
Au cœur de la misère, de la souffrance, plongés dans l’intime, la douleur, l’absurde, nous sommes tous deux confrontés à des situations qui nous dépassent et nous font écrire, pour survivre.

Bénédicte a su prendre du recul, avec plus ou moins de difficulté (et les larmes montent vite en la lisant, quand on la sent plus humaine que flic), plus ou moins de renoncement, sur son métier, sur sa fonction. Assistante sociale, psychiatre, garde du corps, employée de morgue, faisant le guet devant la maison d’un ministre qui n’y habite même plus ou simple flic, enfin, quand il le faut, tout de même, un peu. Car on l’oublie, mais, entre les consignes chiffrées du ministère, la société qui se délite en refusant de rendre des comptes, les délinquants qui posent des cas de conscience et sa petite vie de femme, Bénédicte est surtout là pour réguler le flot d’emmerdements qui n’ont rien à voir avec sa fonction de départ.
Quel joli métier, quand on lui laisse le temps de le pratiquer…

C’est vendu comme un témoignage mais ce sont les mots d’un auteur. Il y a des fulgurances, parfois : « Et la crasse, toute cette crasse qui n’est pas que misère. Et des gens et des choses qui puent à en vomir, qu’on va toucher ou prendre par la main parce que la solitude ne connaît que l’odeur de la souffrance ».
Il y a tout un monde inconnu dans une phrase, tout un plan de cinéma, en une ligne, on y est déjà, on sent la banalité écrasante de son quotidien : «Je prends mon service à midi, police secours, et après l’appel, je me tape un gros casse-croûte et un café. On ne lave pas les cuillères, elles sont toutes dans un verre d’eau où on les remet après avoir remué le sucre ».

Je sais qu’elle parle de mon livre, en des termes flatteurs, sur son blog, depuis peu. Je sais aussi que nous ne nous racontons pas de mensonges, ayant vécu presque la même année, elle et moi. Nous avons le cul entre deux chaises, rapport à nos livres, une situation très désagréable que peu de personnes peuvent comprendre. Pas envie d’expliquer plus. Alors on se serre les coudes. Un pote me disait l’autre soir que, dans ce milieu, on ne se faisait pas d’amis, tout le monde était en concurrence. Comme nous avons écrit le même livre Bénédicte et moi, je n’aurai pas de problème de ce côté. Infirmier et flic, flic et infirmier, même combat, même salaire de merde, à peine plus de reconnaissance pour les uns que pour les autres…mais toujours là quand nous sonne.





J’ai été très agacé à la lecture de "Pavillon Noir" de Thibaut de Saint-Pol tant sa description soignée d’un hacker est plausible, documentée, construite. Je n’ai jamais pu supporter les gens qui se croient au dessus des lois ou des autres, je ne négocie pas avec les terroristes, pour reprendre une expression chère au chef de 007, et ce personnage de hacker borderline, s’inventant une vie, mille vies, ne m’a pas donné envie d’aller plus loin…Jusqu’au premier changement de personnage.
Le livre, assez déroutant, révèle quelques surprises de taille. On s’attend à un polar chiant sur la flibusterie moderne et on se retrouve vite dans un monde bien plus médicalisé, psychiatrique, dont je ne peux parler sans déflorer l’intrigue. Pour des raisons très personnelles, je ne tiens pas à lire des bouquins sur des personnages "fous"...mais j'ai tenu bon.

J’ai beaucoup aimé les changements radicaux de ton, de point de vue, de vocabulaire, selon le personnage. Je suis resté plus sur ma faim concernant la partie médicale du livre, que j’ai trouvé trop technique (ça manque de vécu, normal, l'auteur est chercheur, pas infirmier) un peu trop didactique. Pour résumer :un bouquin surprenant, sur un sujet casse-gueule. Thibaut de Saint-Pol a le mérite d'aller jusqu'au bout du sujet, ce qui m'a surpris, aussi. Le livre est cohérent, jusqu'à la dernière ligne. Ça m’a donné envie de lire le premier, peut-être plus abordable, un peu moins sombre, d’après une fidèle lectrice. Le livre est clinique, efficace mais j'avais besoin de rêver.

” Je ne suis pas un homme comme les autres.
Je ne l’ai jamais été. Et ceux qui s’imaginent le contraire se trompent. Je suis un héros. Personne ne le soupçonne encore, mais j’ai de grands projets pour le monde. Tout va changer. Ce que vous connaissez, ce qui vous rassure, ce qui donne un sens à votre existence, bientôt n’existera plus. Vous ne sentez rien. Vous ne devinez rien. Pourtant, d’ici peu, vous serez libérés de vos chaînes et vous comprendrez.
Vous réaliserez soudain que votre vie était insensée. Tout sera si différent. Vous regarderez avec surprise l’être imparfait que vous étiez. L’ampleur de votre naïveté passée vous étonnera, comme aujourd’hui elle me surprend chaque jour, moi qui pourtant vous connais si bien. Vous en souriez et vous viendrez à moi, encore bouleversés des changements que j’aurais provoqués."




Site de Bénédicte Desforges

Site de Thibaut de Saint-Pol


Livres : Ma journée (épuisante)
Posté par Ron le 27/8/2007 13:10:00
Livres

Hier, j'ai pris le train pour aller rencontrer des lecteurs, à la Forêt des Livres, à Loches. Et puis pour recevoir un prix Littéraire. Pour la "Chambre d'Albert Camus"...Merci à mon infirmière perso (et son mari) qui se sont occupés de moi toute la journée !

On est arrivé dans une gare super glamour, que les voyageurs vers Bayonne connaissent bien :


En arrivant, j'ai vu Edith Cresson, sur un balcon. Il paraît qu'elle a beaucoup fait pour la cause homosexuelle au Royaume-Uni. Respect !



Lire la suite

Lire la suite... | 8526 octets en plus

Livres : Tatiana ma meilleure nouvelle amie
Posté par Ron le 26/8/2007 23:40:00
Livres

Tatiana de Rosnay (blog), te mets jamais à côté d'elle pour signer tes livres, sinon ça fait comme quand tu vas en boîte avec ton meilleur pote supra-canon, tu démoralises. (Héloise d'Ormesson, juste derrière...sacrée bonne femme...). Vrai compte rendu un peu plus tard.





Livres : Tous à la forêt !
Posté par Ron le 24/8/2007 16:20:00
Livres

Je suis invité, parmi d'autres auteurs, à venir signer mon livre et rencontrer mes anciens/futurs lecteurs, le dernier dimanche d'Août, sous les "arbres centenaires" du village forestier de Chanceaux près loches, en Indre et Loire, toute la journée du dimanche.

Plus d'infos sur le site officiel.

Apportez votre exemplaire ou achetez-le sur place, que j'y gratouille quelques lignes entre vous et moi... Une séance de signatures un peu particulière, il paraît que le lieu est magique !



"La XIIe édition de LA FORÊT DES LIVRES, signature d'écrivains sous les arbres centenaires, qui aura lieu dans le village forestier de CHANCEAUX-PRES-LOCHES, en Indre et Loire, les samedi 25 et dimanche 26 août 2007, sera dédiée à l'amitié franco-américaine. Elle aura pour invité d'honneur le Roi Lire, Bernard PIVOT."


« 1 2 (3) 4 5 6 ... 8 »