| Accueil du Site | Copyright | Fil RSS Articles Fil RSS Commentaires La Marmotte Chut!
Archives Liens F.A.Q. Contacts Presse & Médias
|
Pseudo : Mot de passe : Autoconnexion       S'inscrire  |   Mot de passe perdu?
Articles par sujets

Découvrez mes livres


Maman, est-ce que ta chambre te plaît?

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 09/04/09)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -

Quel beau métier vous faites!

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus - Nouvelle édition augmentée (Poche)

Editions J'ai Lu
(Sortie le 06/11/08)
Commentez le!
- - - - - - - - - - - - - - - - -


La Chambre d'Albert Camus et autres nouvelles

Editions Privé / Michel Lafon
(Sortie le 07/12/06)
Commentez le!


リンクス

Une page de pub



Qui est en ligne
1 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 1

plus...

Nouveaux membres
love 28/10/2008
julien75001 26/10/2008
nahel 22/10/2008
Paul2551 22/10/2008
Tadou 19/10/2008
quine 10/10/2008
snaken 1/10/2008
dominoas71 1/10/2008
Avery 28/9/2008
o\'brien 26/9/2008

Commentaires
Re: Echange de maison 7/10/2013 9:06
Re: Echange de maison 27/8/2013 9:27
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 12:06
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 10:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 9:04
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 7:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 1:38
Il est temps de se dire Adieu. 1/11/2008 0:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 23:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 22:35
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 21:37
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:43
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 20:22
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 19:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:45
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:16
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 18:02
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:38
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:20
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 17:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:18
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:14
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:09
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 16:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 14:10
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 13:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 12:08
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:52
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 11:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:47
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:32
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 10:25
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:11
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 9:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:40
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 8:36
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 7:15
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 6:44
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 4:03
Re: Promo 31/10/2008 3:03
Re: Soirée Diapo (4) Hong Kong : 13 000 bouddhas, et moi ... 31/10/2008 2:59
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:48
Re: Il est temps de se dire Adieu. 31/10/2008 2:35
Ils semblent murmurer à ton oreille... 31/10/2008 0:05
Re: Il est temps de se dire Adieu. 30/10/2008 23:53

Vie Quotidienne : Il est temps de se dire Adieu.
Posté par Ron le 30/10/2008 20:30:00
Vie Quotidienne



Dans ma vie de wanabee d'auteur (je vais tâcher de vous la faire humble) il y aura eu quatre rencontres importantes.
Le monsieur qui m'a dit oui pour le premier livre, la dame, cet été, qui m'a dit "Ta gueule et bosse au lieu de réclamer des à-valoir" et, aujourd'hui, chez J'ai Lu, Anna P. ancienne de chez F. qui, en un petit quart d'heure, m'a expliqué la vie, l'amour et les vaches. Et mes livres.
J'étais scié. J'en aurais pleuré de joie tellement ça me rassurait, ça me confortait, ça me gênait aussi tellement parfois son diagnostic sur l'édition était vrai, sans fard, et surtout, venant d'elle, tellement c'était important, vécu, pédagogique. J'en suis sorti différent.

A chaque fois que je reviens de chez cet éditeur, ça me donne envie d'écrire le bouquin suivant le lendemain, rien que pour le voir en poche. Alors, voilà, c'est décidé, je commence le Number Quatre* samedi. Je vais avoir besoin de vous, d'une façon que je vais expliquer ce week-end. J'ai l'idée, j'ai l'envie, j'ai la confiance de gens, derrière moi. C'est largement suffisant pour s'éclater sur un nouveau projet.





* = Pour les malades du détail (genre Nonoche), le quatre sera en vrai le six, puisque le quatre se nomme "Les Médusés" et que vous l'avez lu ici-même sur ce blog il y a deux ans, et le cinq, sans titre pour le moment, vous avez pu en lire aussi des bribes durant ces quatre années. Avant de quitter définitivement "Ron l'Infirmier" cette semaine, et à jamais, je voulais quand même remercier tous ceux qui, de leur commentaire ou par leur critique, par leur présence, leurs messages de soutien ou d'affection, durant ces années, ont fait qu'aujourd'hui ma vie a changé, et pas qu'un peu. Si j'écris des livres, c'est que j'ai été porté par votre lecture, votre regard : vous m'avez donné confiance en moi. La dernière de ces quatre rencontres, elle fut donc "collective" : cette rencontre, c'était avec vous qui lisez ces lignes, ce soir. Merci. Ron, c'était bien, quand même, on aura bien rigolé, en quatre ans, non ? Tchaobyeadieu, Ronichou.

Une dernière chanson, pour la route.


Vie Quotidienne : Positif
Posté par Ron le 29/10/2008 18:50:00
Vie Quotidienne

Je comprends que mon silence de ces jours-ci correspond plus à un repositionnement qu'à un tarissement : j'ai longtemps pensé qu'écrire tous les jours faisait monter l'audience. Mais j'ai compris cet été que l'audience me tuait plus qu'autre chose : il n'y a qu'à observer l'immense majorité des haineux laissant des commentaires sur le Post. Édifiant. Aucune envie d'être lu sur le web par le plus grand nombre, dans le fond. Je n'ai pas eu d'autre choix que de transformer là-bas mes textes : plus rien de perso ou d'écrit, tant la haine (la vraie) (mais unanime, hein, 80% des commentaires, sidérant) était puissante. Je ne la craignais pas beaucoup, c'est juste que je n'aime pas gaspiller la confiture en la donnant à des cochons.

Je vais vraiment bien, sortant d'une aventure que je raconterai peut-être un jour, ou pas, mais qui m'a fait autant de mal que de bien, physiquement et moralement. J'en sors changé, pas grandi mais pas atteint non plus, juste changé et en bien.

J'ai appris que l'ancienne directrice était poursuivie pour vol. Elle qui nous a tant donné de leçons de morale là-dessus, j'avais oublié le principe numéro 1 du pervers : il projette sur l'autre ses propres vices, le coquin. Elle a tant fait de mal qu'elle est désormais rattrapée par ses actes, je m'en réjouis, ce qui n'est pas bien, je sais, mais je m'en réjouis non pour elle mais pour moi. Mes choix étaient les bons, mon positionnement (de nouveau) et mon regard la dérangeaient profondément, elle voulait me virer, cette cruche, et saviez-vous ce qu'elle avait trouvé comme motif ? On aurait ri aux prudhommes... Elle voulait me virer car j'étais entré dans son bureau boire un nespresso, en son absence. Entré avec la secrétaire, entré après son accord, évidemment, mais quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage. Je sais que je ne devrais pas aller plus loin (mon attachement à toute cette histoire s'approche de la fascination) mais je rêve de suivre son parcours, pour savoir ce qu'elle devient. C'est cette chute inexorable, voilà, que je rêve de regarder, non pour m'en délecter, mais pour constater qu'elle est inéluctable si tu ne choisis pas ce que tu veux, pour toi.

Je mange des figues séchées comme si ma vie en dépendait : j'ai dû aller à Monoprix pour en trouver, ces enfoirés les vendaient 6,99 euros les 500gr. Ça m'a semblé exorbitant mais je n'en avais jamais acheté auparavant (une envie subite de femme enceinte ou presque). Vous qui savez tout, combien coûte un kilo de figues séchées, dans un endroit raisonnable ?

Valérie Lemercier, dans un mois, et Alain Chamfort, dans trois semaines. Mon livre dans une semaine et A-Ha, tout de suite : "Summer Moved On".



Vie Quotidienne : Quelques mots
Posté par Ron le 25/10/2008 11:30:00
Vie Quotidienne

Journée épuisante, hier, alors que j'ai dû traverser Paris pour rejoindre les locaux de mon éditeur, à l'autre bout du monde ou presque. M'attendaient 68 livres à signer et à glisser dans de grandes enveloppes (je n'ai pas commis deux fois la même erreur de confier cette tâche à un stagiaire bac +10 !) et l'inspiration ne venait pas, tant j'étais sceptique : étant moi-aussi à un bout de la chaîne, désormais, ce sont par paquets de dix qu'on reçoit des cd's ou des livres, qu'on ne lit pas, non par manque d'intérêt, mais par manque de temps. Je rechignais à envoyer mon bouquin à des journaux qui avaient consacré deux pages sur le très mauvais Christine Angot (deux pages pour en dire beaucoup de mal, que voilà du temps et du papier perdu) et qui, rien qu'à lire le nom de mon éditeur, ou le thème de mon livre, allaient le reposer quelque part, avec les autres. C'est la vie, c'est la loi du marché. Je me contente déjà d'être arrivé là, d'avoir été signé, d'être soutenu réellement par mon éditeur (en personne, avec des mots humains et impliqués) et je croise les doigts pour toucher un maximum de gens.
J'ai poussé un cri d'horreur en voyant dans la liste le nom d'un journaliste que je déteste, p.dophile notoire, homme de télé et abruti de première : hors de question de payer un timbre, gaspiller un livre voire même d'être remarqué par un si malsain personnage.

(me suis permis une petite blague à l'encontre de la nana du Figaro : comme dédicace, je lui ai mis "Ce livre est échangeable contre sa somme en nature chez Gibert, dans les dix jours suivant son envoi", et j'ai mis un coup de tampon officiel de l'éditeur !)

---

Vu deux excellents reportages (enregistrés en deuxième partie de soirée, quel dommage de passer si tard de si belles choses) sur la Collaboration et j'avais complètement oublié cette fuite à Sigmaringen. Me suis souvenu que Céline en avait tiré un ouvrage dont on disait le plus grand bien, tant il était cruel et drôle. Commandé ce matin. Me suis souvenu de ce compagnon de classe, dont je parlais ici sous le pseudo Aymeric :
"Ce que j’aimais aussi chez lui, c’était son sens des valeurs un peu désuets, un peu troisième quatrième république chapeau haut de forme, personnel de maison et chef de famille, dame patronnesse (carrément siècle des lumières en vrai si je réfléchis vraiment à ce que j’écris, la république devait lui faire horreur) car je n’en avais pas tellement à l’époque, moi, des valeurs.
Je me cherchais un peu beaucoup, et je ne parle pas de sexe, ça, ça faisait longtemps que j’avais fait le point dessus, non, je parlais de toutes ces choses que mes parents, faute de temps ou d’envie, n’avaient pu m’inculquer. Ce que je devais penser de la mort, de l’amour, ce que je devais faire lors d’un cas de conscience, ce qui comptait vraiment dans une vie, qui était à respecter, qui était à honnir."
Compagnon de classe qui m'avait offert les mémoires de l'amiral Auphan, son grand-père, si je me souviens bien, car elles proposaient un tout autre point de vue que nos "ouvrages scolaires écrits par des communistes". J'avais beau avoir quinze ans, j'avais décliné l'offre. J'ai (presque) perdu de vue ce garçon, qui est devenu curé d'une paroisse fameuse, loin de Paris, je serai curieux de savoir comment il a évolué, au contact du peuple.


Vie Quotidienne : Simple as that
Posté par Ron le 23/10/2008 22:40:00
Vie Quotidienne

Je suis heureux, tout va bien. On a juste le droit de dire ça, des fois, aussi. Je vous souhaite la même chose. Je suis tout bien comme dans celle-là :



Mais pour le fun, la meilleure c'était quand même celle-là :


Vie Quotidienne : 50 vignettes (preview)
Posté par Ron le 22/10/2008 17:50:00
Vie Quotidienne

(Je suis en train d'écrire un livre qui s'appelle provisoirement 50 vignettes et dans lequel je m'impose des contraintes, mille signes maximum, parfois, ou un prénom ou une odeur)






Jeune élève infirmier, pour m’amuser, un matin, je m’invente un double, le Docteur Freshville, qui parcourt les chambres, impassible, en se présentant sobrement :
- Bonjour madame, je suis le docteur Freshville. Que puis-je faire pour vous ?

Mes camarades rient de bon cœur, certains patients y croient dur comme fer. Je fais le tour du service, portant la blouse du grand chef, un peu trop grande pour moi, chaussant ses lunettes, mimant son ton péremptoire un peu vieillot.

Une semaine après, le Ponte fait la tournée, suivi de la surveillante, de ses internes, de ses externes, de ses infirmières, de ses élèves infirmiers. Nous sommes à vingt, dans les chambres. Avisant gravement une dame qui se plaint du ventre, il lui conseille un cachet efficace.
- Oh mais je les prends déjà, monsieur, trois fois par jour.
- Ah bon ? Mais qui vous a dit de le faire ?
- Mais c’est le bon docteur Freshville ! (dit-elle en me désignant du doigt, un large sourire reconnaissant sur les lèvres).

Vingt blouses blanches se retournent vers moi, synchrones, sorties d’un ballet moderne et médical de Maurice Béjart.


Vie Quotidienne : L'homme
Posté par Ron le 21/10/2008 8:50:00
Vie Quotidienne

Il attend, au bord de la route, toute la journée, à quelques pas de sa maison détruite : il attend et regarde passer les voitures, il ne fait que ça, nous regarder passer. Il n'a plus d'âge, il avait l'air de dépasser la cinquantaine, quand j'étais étudiant, très bien fait de sa personne et toujours en short bleu, bottes en caoutchouc vertes et marcel blanc. Hiver comme été. Il attend, je ne sais pas quoi, mais il attend : tu peux passer vingt fois par mois, par jour ou par heure, il est encore et toujours là, sur le bord de la route, du lever au coucher du soleil. Debout.

J'avais impressionné Lucas, quand il était encore un jeune ado, en inventant une histoire pour justifier la présence de ce monsieur, histoire qui l'avait fortement marqué au point de lui causer des cauchemars, longtemps après que j'eus moi-même oublié mon propre mensonge. J'avais dû lui raconter que le monsieur était posté au bord de la route car il y avait le feu chez lui, et il attendait les pompiers. Hélas, comme il avait bu et composé un mauvais numéro, les pompiers n'étaient jamais venus et sa femme, ses deux filles et tout ce qu'il possédait avait brûlé à jamais derrière lui, à quelques pas. Depuis, il attend toujours l'arrivée des pompiers et dort dans les ruines. Je revois encore les grands yeux saisis de Lucas et y repensais hier matin, puis hier soir, en dépassant le monsieur sur le bord de la route.

Je ne sais toujours pas ce qu'il y fait depuis... quoi ? Allez, quinze, vingt ans ? (Matériel de l'anecdote aimablement fourni par la mère de Lucas, 21 ans désormais, sans qui j'aurais tout oublié de cette histoire de mensonge à son fils)


Vie Quotidienne : Cet air-là
Posté par Ron le 18/10/2008 19:40:00
Vie Quotidienne

Toujours amusant de résumer quatre ans de vie en dix minutes à une amie qu'on avait pas vu depuis bien trop longtemps. Alors qu'elle me demandait comment était mon compagnon, n'ayant pas de photo à lui montrer, je me mis à chercher le terme adéquat. Comment résumer en une phrase la personne avec qui on vit ?

- Il est doux, il me ressemble assez mais il est plus discret : il saît être narquois ("piquant" comme il se décrit lui-même) et adore jouer avec mon agacement, comme un chat avec une souris, il pourrait me faire monter en puissance pendant des heures, à son grand amusement. Il est beau, sinon, et très droit. Moralement, il est superbe, et il a un très beau corps, aussi, massif mais mince : il rentre dans des costumes Boss slim qu'il remplit avec virilité. Il sent bon, tout le temps. Il est tendre et attentionné, un peu trop sensible au malheur d'autrui, parfois, ce qui le pousse à la morosité. Je l'aime comme si ma vie en dépendait. Enfin, pas les jours où j'ai envie de l'étrangler tellement il m'agace, bien sûr.


Vie Quotidienne : Loin des yeux
Posté par Ron le 17/10/2008 17:10:00
Vie Quotidienne

Doit-on pardonner les moqueries* subies lors de l'adolescence ? Non, en ce qui me concerne. Alors que s'approchait de moi, tout à l'heure, un ancien bourreau, pour me saluer, je me suis mis à lui tourner ostensiblement le dos. Il m'a alors appellé par mon prénom et a tendu la main, me demandant comment j'allais. Froidement et en détachant bien toutes les syllabes, je lui ai dit, en me retournant :
- Plutôt crever que de te serrer la main.

J'ai pu lire dans ses yeux autant de surprise que de déception mais il y avait également une vieille pointe de méchanceté, tout au fond, bien cachée, bien petite, mais bien là, qui faisait ressortir sa nervosité. Je présume que si telle scène avait eu lieu devant sa grosse et ses trois filles, l'injure homophobe aurait glissé aussi facilement en 2008 qu'en 1988, tant la virilité paysanne ne souffre aucune humiliation. Mais comment ose t'il même venir me trouver ? Qu'attend-il ? Le pardon ? Qu'il aille donc au confessionnal, il l'aura son pardon, de Dieu, et pour gratos en plus.


* Moqueries = ensemble d'humiliations verbales ou physique pouvant pousser l'adolescent homosexuel au suicide.


Vie Quotidienne : Soleil Chaleur Bonheur
Posté par Ron le 16/10/2008 5:40:00


Vie Quotidienne : Le monsieur du monoprix
Posté par Ron le 15/10/2008 17:40:00
Vie Quotidienne

Le monsieur du monoprix devant moi m'a demandé s'il pouvait passer, il voulait juste une canette de coca-light. J'ai dit oui. Il a voulu payer mais n'avait pas assez. Il s'est retourné et m'a demandé si j'avais des sous. A en juger par ses fringues, j'ai dit non, simplement. Il a couru dehors chercher quelque chose en disant "je reviens". J'ai payé mes courses et je l'ai trouvé sur le parking, devant un 4x4, avec une nana qui cherchait dans son sac du liquide, en l'engueulant qu'elle "allait pas retirer du cash pour une simple canette". J'ai bien fait de ne pas lui payer son achat, non mais quel culot, comment peut-on taxer du fric alors qu'on en a largement ? Moi, ça me sidère.


(1) 2 3 4 ... 50 »