Vue par Rouge Cerise

Date 7/7/2006 6:00:00 | Sujet : Italia Vostra

Ce billet vous est proposé par Rouge Cerise

La bulle s'étirait, s'allongeait, tombait. Un demi tour, elle remonte, change de direction. La pâte devient blanche, le rouge se meurt en emportant le rosé avec lui, des reflets apparaissent, disparaissent, jouent avec le rougeoiement du four. La bulle continue de grossir. Le blanc devient blafard, puis transparent. Elle est énorme, presque irréelle. Et puis soudain, un éclair, un claquement, une explosion cristalline, et la fantastique bulle éclate, se transforme en une myriade de fragments minuscules, invisibles et coupants comme autant de lames de rasoir.
Devant nos visages émerveillés et stupéfaits, le souffleur de verre, encore essoufflé et rouge de s'être époumoné pour notre plaisir, se met à baratiner à une vitesse folle des explications, sous les hochements de tête de l'interprète, dans cette langue mystérieuse et rythmée qu'est l'Italien.

Les verreries de l'île de Murano, leur savoir faire dans la création du verre et des miroirs, c'est un souvenir de Venise. J'avais vers 14 ans, lorsque j'y suis allé, avec mon collège. Nous avions fait le voyage avec un bus énorme, dont nous étions très fiers!

Après avoir fini sa tirade (il était question de la supériorité du cristal de Murano, et plus encore de celui de sa fabrique, secret de père en fils, etc... mais à 14 ans, on s'en fout un peu, de ces détails), avec un grand sourire il a promis une réduction sur les articles en boutiques. bien sur, les 40 collégiens que nous étions se sont précipités: nous avons littéralement pillé la boutique, avec d'autant plus d'entrain que nous payions en livre, et la livre, c'est bien connu, même si les chiffres sont avec plein de zéro, ça ne vaux rien! Une fois le magasin vidé, nous avons constaté que l'on pouvait avoir la même chose à coté, au même prix sans réduction. Mais enfin, un touriste qui ne se fait pas pigeonner, ce n'est pas vraiment un touriste, n'est ce pas?

Mais Murano, ce n'est pas le plus beau. Pour le plus beau, et pour la plus belle image qui me reste, il faut reprendre le Vaporetto, et aller sur Burano. Une lettre qui change, mais quel changement! Cette île là est connue pour ses dentelles. Nul besoin de dire qu'en tant que collégien, ce savoir faire là nous a beaucoup moins enthousiasmé que les bulles de verres que le souffleur fait exploser, ou les verroteries clinquantes pour touristes. En revanche, la légende dit que sur cette île, la couleur des maisons est choisie par l'épouse du pécheur. Elle prend alors soin de choisir une couleur vive, bien différente de celle de la voisine. Pourquoi? La légende le dit aussi! C'est pour éviter les confusions: lorsque le bel époux revient bourré du troquet, il risque moins de se tromper de maison, et de lit par la même occasion! Nul besoin de dire qu'en tant que collégiens, cette légende nous a plus encore plus que les dentelles vieillottes et les verroteries clinquantes!

Ce billet vous est proposé par Rouge Cerise




Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1034