Mesdames, vous voilà prévenues !

Date 18/7/2006 6:00:00 | Sujet : Italia Vostra

Un Billet de Dolce

Le Mâle Milanais : avertissement

Cette note s'adresse à celles et ceux que les mâles chavirent. Amateurs et amatrices de hanches rondes et de poitrines généreuses, passez votre chemin : je ne peux rien pour vous.

Il y a quelques mois, je suis allée en Pologne pour un mariage. J'en suis revenue avec une certitude inébranlable : jamais, jamais, jamais je n'irai vivre en Pologne. Par un mystère génétique que je ne m'explique pas, il y a là bas un pourcentage de blondes sublimes qui dépasse l'entendement. Parallèlement, les hommes semblent tous gringalets, moustachus, alcooliques, et amateurs de pantalons en nylon. Un vrai cauchemar.

Lorsque je suis arrivée à Milan pour y vivre, je n'ai pu que constater que j'avais enfin déniché l'inverse de la Pologne. Les Milanaises sont plutôt moyennes, grâce leur soit rendue. Par contre, et là je m'adresse à tous les Dolce et Ron de la terre, mes enfants, y'a du beau mâle, c'est indéniable. Il suffit de s'installer à une terrasse et de reluquer éhontément pour le constater.

Pour commencer, le Mâle Milanais a une bonne base : œil de braise, pas un poil de gras, et le cheveux dru. Mais surtout, il a un don unique au monde pour faire fructifier son potentiel : bronzé, habillé comme un Dieu (ce qu'il faut de goût, ce qu'il faut de sophistication, ce qu'il faut de négligé), LA coupe qui tue toute en petites mèches artistiques qui laisse entrevoir son côté bohémien, le sourire ravageur, le verbe haut et charmeur. Qui plus est, et cela ne gâte rien, il est en général cultivé et intelligent.

J'en vois d'ici qui sont déjà en train de prendre leur billet low cost.

Malheureusement, il faut bien dire ce qui est, le Mâle Milanais présente un certain nombre de problèmes à l'usage. Et je ne fais que rapporter tout ce qu'on me raconte sous le sceau de la confidence, vous pensez bien qu'avec un ravissant Monsieur Dolce à la maison, que je n'ai aucune expérience directe ( mais non ! mais noooooon !)

Problème numéro 1 : le Mâle Milanais passe minimum deux heure par jour dans la salle de bain. Et oui, on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, et chacun d'entre nous sait bien que le négligé charmeur, ça prend un temps de dingue. Pas facile à gérer au quotidien. Prévoyez une deuxième salle de bain. Et je ne vous parle même pas du temps dévolu au shopping, à la salle de gym, et à la bronzette sur la plage.

Problème numéro 2 : le Mâle Milanais semble irrémédiablement englué à sa Mamma, du genre à déjeuner avec elle tous les dimanches, l'appeler tous les jours, et lui demander son avis sur tous les problèmes importants y compris ceux qui vous concernent. D'après mes sources, toujours, il y a de quoi en devenir zinzin assez rapidement sur ce coup là.

Problème numéro 3 : le Mâle Milanais est encore, malgré l'avancée irrémédiable du troisième millénaire, un indécrottable macho qui pensent que les courses, le ménage et la bouffe sont indignes de lui. Prévoyez bonne et cuisinière (ou bon et cuisinier, ne soyons pas sexistes)

Problème numéro 4 : le Mâle Milanais est absolument habité par le football. Un peu comme dans l'exorciste, mais en plus pénible. En temps de coupe du monde, ça passe à peu près inaperçu dans l'hystérie collective. Mais de là à supporter ses élucubrations sur le dernier Monza – Catania en trois millième division, admettez que ça demande une abnégation dont peu d'entre nous sont capables.

Pour résumer, on pourrait dire que ça va bien pour un coup d'un soir ou une aventure de vacances, mais que en régulier, le Mâle Milanais est surtout cher et fatiguant.

Voilà. Vous voilà prévenu(e)s, ne venez pas vous plaindre après.

Un Billet de Dolce


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1046