Par Tcheni

Date 19/7/2006 6:00:00 | Sujet : Italia Vostra

Un billet de Tcheni



Due volte, due voci

Ca n'a rien à voir avec l'Italie, mais j'adore prendre la parole.
Moi, je suis deux sur un blog.

Ca arrive parfois, il y en a un qui fait un cadeau à l'autre, qui ouvre un blog secrètement et qui au bout d'un moment dit "tiens cadeau, on écrira à deux, ce sera comme se parler d'en haut à en bas dans un lit superposé".
Et l'autre dit "oh merci, ça fait chaud au coeur et tout, merci, comme ça on pourra parler même quand les parents ils auront éteint la lumière".

Le problème, c'est que des fois, l'un et l'autre ne se couchent pas à la même heure, et que l'autre à force de prendre du retard dans son sommeil il en prend dans son blog et il laisse un peu monologuer son compagnon de chambrée. Pardon compagnon.
Pourtant mon compagnon de chambrée c'est le plus formidable du monde, il est musicophilologue il est drôle il est beau et il sent bon le sable chaud. En plus je suis allée en Italie avec lui (vous voyez que ça a un rapport avec les spaghettis).

Bon il n'aime pas la Variet alors que moi j'adore mais c'est quand même le plus formidabile du monde et je voudrai lui faire un cadeau à mon tour. Je lui ai demandé de m'écrire quelque chose et secrètement (donc) à mon tour (donc) j'écris pour qu'il soit lu.


Démarche on ne peut plus simple, il suffit au lecteur (merci lecteur) de descendre son ascenseur et de poursuivre son mouvement continu des yeux-cervelet-yeux-cervelet.
Tcheni (oui le petit nom de mon cothurne qui lui va comme chaussure à son pied) a donc pondu une critique musicale comme il en a le secret sur un genre que je garde secret le temps que votre cervelet le voit de ses propres yeux.


Musique céleste


Vous m'avez, lecteurs, souvent entendu pester sur la variété française, avec la plus mauvaise des fois. Bénissez le ciel que je ne sois pas italien (et qu'il fasse un peu moins chaud, au passage).
L'Italie, terre de contrastes. Comment un pays peut-il produire simultanément ou presque Boticelli et Umberto Tozzi ? Comment peut-on concevoir le Ponte Vecchio et La Solitudine ? Sur quel sol paradoxal peuvent donc cohabiter Claude Brazzoti et Fabio Cannavaro ? Je vous le demande. Parce que moi, je me demande.

Vous allez me dire, c'est facile de piocher ainsi deux exemples consternants et de généraliser. On peut faire pareil, et même pire, avec les Français. Soit. Mais d'une, j'ai toujours dit que la variété française était pourrie aussi (en cela je suis le premier charpentier de mon oeil), j'ai même embauché un co-blogger pour l'écrire lisiblement sur mon propre blog (qui a malheureusement jeté l'éponge bien avant la dernière Eurovision, y avait pourtant de quoi se poiler un coup) et deux, veuillez s'il vous plaît me citer deux artistes de variété italienne qui soient tout juste audibles. Réfléchissez. Vous en avez un. Mais je vous ai bien eu, avouez. Et oui. Qui, hormis Paolo Conte ? (Quant au premier lecteur qui me dit qu'un seul Paolo Conte vaut tous les Serge Gainsbourg, celui-là n'a pas toute sa raison, ou alors, c'est un de ces extra-terrestres qui estiment que le pain est bien meilleur sans sel.)

Je vais même en remettre une couche : j'ai l'impression qu'un italien qui veut réussir dans la chanson chante en français. La preuve : il faut bien l'admettre, le meilleur artiste de variété italienne, je vous le dis tout net, c'est Richard Cocciante. Un comble. Vous imaginez, vous, dans quel enfer dantesque vous seriez, si le français était votre meilleure chance de réussite musicale ? Ca voudrait dire que Francis Lalanne aurait un avantage sur vous.

C'est pourquoi, Heureusement, Dieu, dans son infinie sagesse, s'est penché très tôt sur le berceau de ce peuple délaissé. Cela explique les innombrables contreparties citées plus haut : Michel-Ange ne serait en réalité que le pendant nécessaire à l'explosion d'une Laura Pausini quelques siècles plus tard, la preuve irréfutable s'il en fallût qu'Il ne serait vraiment pas dégueulasse sur un terrain de football, avec un sens de l'anticipation pareil. Il a même placé ses plus illustres représentants sur Terre en plein milieu de ce désastre harmonique. Mais bon, pas fou le frelon, il a quand même gardé ses distances : le Vatican est un pays souverain. C'est qu'il fallait probablement laisser leurs chances aux papes de faire carrière dans la chanson. Et comme Dieu ne fait jamais rien inutilement, je vous prédis un séisme pour le prochain Eurovision.

Tcheni

Je crois que je vais me remettre à blogger moi. Il faut bien que quelqu'un défende la variété italienne, parce que quand même on a jamais rien fait d'aussi bô que Tiiiiiiiiiiiii amooooooo. Bordel.



En attendant, merci merci à Ron qui m'a donné la parole, j'ai ainsi pu la donner à Tcheni, et comme ça on a fait du blog dans le blog dans le blog. La classe.



Un billet de Tcheni





Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1048