Please Please Me

Date 1/8/2006 13:10:00 | Sujet : Musique

Un billet à lire et écouter (clic droit)
Spéciale dédicace

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le Times, le premier album des Beatles est dans les 50 albums les plus gays de tous les temps.
N’importe quoi, le Times, n’importe quoi.

Les Beatles et l’homosexualité, d’abord, ce n’est qu’une seule chanson sur une carrière (« You've got to hide your love away »1965) et un manager gay, Brian Epstein, amoureux de Lennon, du cuir et des mauvais garçons.

(Version par le groupe Oasis en cadobonux).
Voilà.
C’est à peu près tout ce qu’on peut dire sur le sujet. Et encore, je me suis forcé.



Comme je suis gentil (en apparence) et que j’aime parler des Beatles, je vais vous dire pourquoi il faut avoir écouté au moins une fois dans sa vie cet album, pourquoi il est cool comme un Ice Tea bien frais sur la plage de Soustons au mois d’Août et surtout pourquoi il a révolutionné la musique. Et ma mère. On sort son stylo, on note les anecdotes et on clique ensuite ici pour écouter l’album, chez soi, tranquille.

• Tout l’album a été enregistré en une seule journée, le 11 février 1963, pendant une seule et longue session de 9 heures.

• Le magnéto utilisé comportait deux pistes seulement. Une piste pour les voix, une piste pour les instruments, en gros.

• Le son est live, quasiment, sans (presque) aucun ajout. Ca c’est pour la version officielle. En fait, même le « 1.2.3.4 » du départ, crié par McCartney sur la première chanson, est collé d’une autre prise. 90% de l’album est joué néanmoins en live, sans overdub, ce qui veut dire que l’on entend les 4 instruments en direct (Batterie, guitare basse, guitare rythmique, guitare Lead), la gratte de Lennon étant remplacée par son harmonica lorsque celui-ci décide de l’utiliser.

• Détail incroyable pour ce début des 60's, les Beatles écrivent eux-mêmes la plupart de leurs chansons et ont eu le privilège de les enregistrer sur le disque…au lieu d’un album entier de reprises, considéré comme la norme à l’époque.

• La maison de disque et le producteur les voyait comme un groupe à minette qui ne passerait pas l’hiver. Ils venaient d’être refusés par Decca (le type les avait trouvés sans avenir…Ne riez pas trop vite, ce mec a signé les Stones juste après) et cette session était celle de la dernière chance.

• Twist & Shout n’est PAS une chanson écrite par les Beatles.

• Ringo ne joue pas de la batterie sur Love Me Do, il a été remplacé par un batteur pro, le temps de l’enregistrement. Le producteur ne lui faisait pas assez confiance…Et Ringo ne lui a jamais vraiment pardonné… (Il a repris Love Me Do 40 ans plus tard sur l’album Vertical man, un massacre, n'écoutez pas, n'écoutez pas, trop tard, vous avez voulu savoir). Mais Ringo joue sur la version single de Love Me Do qui est, de fait, différente de l’album.
Un truc de geek, les Beatles, avec des obsédés du détail, de la note, du murmure même. C'est la même histoire pour Let It Be, qui existe en version Album et en version Single (radicalement différentes, on en reparlera). Pour être tout à fait honnête, Paul a fait sa reprise daubesque, dans les années 80. Un medley IGNOBLE (je pèse mes mots) nommé PS Love me Do. Il faut être un malade pour apprécier le truc qui suit. Je vous préviens. Attention, je vais savoir combien auront cliqué, attention.

• Un truc de commercial basique, l’abus des pronoms personnels sur les chansons d'amour, s’adressant à de jeunes adolescentes acheteuses de disques : « You » « Me » « We ». Ils savaient exciter les petites keuchonnes.

• Please Please Me est bel et bien une chanson sur la fellation, supplique d’un ado à sa copine qui se refuse à toute gâterie...Ohsiltepléééééééé...

• Ma chanson préférée sur l’album est Anna, qui n’est pas d’eux, mais je pense que vous vous en fichez un peu, de ma chanson préférée. Comme je suis bon prince, je vous file une version totalement inédite, enregistrée pour la radio, et non, non, ce n'est pas celle de l'album officiel à la BBC. 17 Juin 1963, live. j'adore cette chanson, j'adore. Il en chie grave, le pauvre, parce qu'Anna, elle en aime un autre, ouais. Elle lui rend sa bague de fiancailles, et il veut lui dire juste un dernier truc, juste un dernier truc, mais non, elle, elle veut pas, et il se retrouve tout seul, comme un con.

• There’s a Place fut une des chansons qu’ils eurent le plus de mal à enregistrer (prise 1 et prise 9, pour preuve)

• Lennon avait la gorge mal en point en arrivant au petit matin. Il ne poussa pas sa voix trop fort pendant les neuf heures d’enregistrement (neuf heures !!) et se réserva pour la dernière chanson, « Twist & Shout », déchirant ses cordes et jetant toutes ses forces pendant ses deux minutes de folie. Le résultat est magistral, une seule prise pour la plus grande chanson de l’album. Une seule prise, heureusement, il ne pouvait plus sortir une note. C’est palpable à 2.14 et vous pouvez entendre son cri de joie en fond sonore à 2.28 « Yeah » !

• L’album a été enregistré entre deux concerts, un la veille, un le lendemain. Des heures de route en camionnette, dans une Angleterre des petites nationales, les années soixante, les galas merdiques, les petits cachets. Dans deux mois, les Beatles seront connus dans tout le pays, dans un an, ils joueront à l’Olympia (Paris), dans quatorze mois, ils tétaniseront l’Amérique en direct, faisant baisser la criminalité dans les rues lors de leur passage au Ed Sullivan Show.

• L’album, paru en cédé en 1987, n’a pas été remastérisé correctement depuis, sauf en coffret. On attend une édition spéciale pour l'année 2007. Ceci dit, si vous êtes sages, j'ai l'édition stéréo qui est quelque part par là, même si elle n'existe pas, on se comprend.

• La photo utilisée pour la première pochette a été pastichée pour l’album bleu (Un best Of), sept ans plus tard, en 1969.

Chansons
1. I Saw Her Standing There
2. Misery
3. Anna (Go To Him)
4. Chains
5. Boys
6. Ask Me Why
7. Please Please Me
8. Love Me Do
9. P.S. I Love You
10. Baby It' S You
11. Do You Want To Know A Secret
12. A Taste Of Honey
13. There' S A Place
14. Twist And Shout




Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1106