Mets le paquet !

Date 1/8/2007 6:00:00 | Sujet : Sexe



Je n’ai jamais pu comprendre comment la plupart de mes potes pouvaient passer la journée à se remonter le paquet, à se tirer la nouille ou à se réaligner une burne, en public. Sans la moindre gêne.
En me regardant dans les yeux, en plus.

Nora, une copine, un jour :
- Punaise, je suis encore tombé sur un qui a LE tic.
- Le tic ?
- Il se la touche.
- Non ?
- Tu n’as pas des idées de sous-vêtements que je pourrais lui acheter ?
- Ca fait combien de temps que vous sortez ensemble ?
- Deux mois.
- Mhum. Si je me souviens bien de mon petit « Sex and the City » Illustré, acheter un sous-vêtement pour son copain, en dessous d’un an de relation, c’est vécu comme une injure par le mec. Tu vas te faire larguer cash.
- Sérieux ? Attends, je ne peux pas l’amener un dimanche voir ma mère, il passe sa vie au paquet ! C’est super gênant…
- Il a peut-être attrapé des morpions…
- Heeein ? Mais t’es fou, je serais la première à le savoir, non merci. Non. C’est juste qu’il ne peut pas s’empêcher de… Punaise, vous les mecs, alors.
- Comment ça, « Vous les Mecs ! ». Mais je t’en prie ! Je me remonte jamais les…
- Jamais ?
- Ben pas en public, du moins.
- Et en privé ?
- Ben en privé, c’est privé, je te demande pas si tu pètes en lisant L’Huma dans ton lit, le dimanche matin, seule.
- Amis de la poésie…
- Dis, oh, c’est quand même toi qui me parles de ça, je te ferais dire.
- Mais c’est quoi, le souci ? Il a peur de la perdre ? Ca le démange ? C’est un tic, comme craquer ses doigts ?
- Non, c’est plus lié au maintien procuré par le sous-vêtement. Un slip, ça « contient ». Plus le caleçon est large, plus ça ballote. Ca me rappelle la fois où j’avais voulu faire une balade à cheval, j’avais complètement oublié de m’adapter. J’avais un de ses caleçons eighties très larges, une horreur, dès que le cheval galopait, mes couilles passaient sous mes hanches, je pensais à un marteau piqueur se jetant sur deux noix, un cau-che-mar. J’ai passé deux heures de balade une main sur les rênes, une main à me remonter mon truc.
- J’adore tes anecdotes. Si tu pouvais sauter les parties les plus imagées, juste.
- Venant de la nana qui laisse ses tampons dans ma poubelle de chiotte quand elle vient dîner, merci, je crois que tu peux m’épargner le couplet sur la délicatesse.
- Mais c’est une poubelle ! Une poubelle dans des chiottes !
- Dans des chiottes de mec. Je te rappelle que nous ne descendons jamais les poubelles, jamais. Alors les cadeaux comme ça, hein.
- Ok ok ok ok, c’est bon, j’ai compris le dessin. Alors je fais quoi, moi ?
- Il est circoncis ?
- Pardon ?
- Ton mec, il est circoncis ?
- T’es vraiment d’une curiosité maladive, hein, je te pose jamais des questions comme ça, moi.
- Mais je m’en fous de savoir s’il te saute bien ou pas, la taille, tout ça, je demande s’il est circoncis rapport au prépuce qui peut se décalotter plus quand il est mal installé.
- Vous installez le prépuce ?? Vous installez… ?
- La verge, ouais. On la place. Et si elle est mal placée…
- Vous placez la verge ??
- Ben t’as jamais entendu parler des mecs qui portent à gauche, qui portent à droite… Tu crois qu’elle se met spontanément toute seule sur le côté ?
- Et il y a un meilleur côté pour mettre la verge ?
- Mhummm, c’est personnel, je dirais que c’est comme le meilleur profil sur une photo, c’est à chacun de voir.
- Toi, tu la mets où ?
- Dis oh.
- Ben réponds…
- Je sais pas, faudrait que je touche pour voir.
(Je touche)
Glapissement de Nora :
- Mais t’es dégueulasse !!
- A gauche.
- OOOOOH je le crois pas…
- Ben tu voulais savoir oui ou merde ?
- Et ne m'approche pas le bras, hein, avec ta main sale…
- Tsss.
- Je fais quoi, alors ?
- Je sais pas, fais de la psychologie comportementaliste, genre, à chaque fois qu’il le fait et que ça te choque, stimule le de façon déplacée pour qu’il associe son geste à un comportement nociceptif.
- Nociceptif ? Arrête de lire Wikipédia, je te prie, tu me fais halluciner. Et j’associe son geste à quoi ?
- Ben je sais pas, un truc négatif qui le choquerait. T’as qu’à cracher par terre, tiens, genre gros mollard. En plus tu sais les faire et en plus tu fumes, t’auras une production bien jaune, bien épaisse.
- Je crache à chaque fois qu’il se la touche ? Ah, purée, avec ça on est pas prêt de gagner la pub du couple le plus sexy pour Comptoir des Cotonniers


Elle l’a largué peu après. Il paraît qu’il ne sourcillait même pas quand elle crachait bruyamment à coté de lui, dans la rue. Un vrai John Wayne, son Roméo.





Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1197