Melon & Pastèque

Date 6/1/2007 11:40:00 | Sujet : Vie Quotidienne




Et soudain la question, anodine, au milieu de plein d’autres questions du repas d'affaire :
- Mais Ron, au fait, vous avez un agent ?
- Euh, non, pourquoi, il faudrait ?
- C’est à vous de voir…Peut-être, peut-être pas. On va vous envoyer un contrat, faites-le relire, tout de même, que vous ne vous sentiez pas escroqué ou dieu sait quoi.

C’est dans un moment comme ça qu’on réalise dans quoi on met les pieds, d’un coup d’un seul. Tout allait bien, tout était normal (ou presque), ma réalité à moi convergeait vers leur réalité à eux et, d’un coup, les deux faisceaux se croisèrent, comme dans Ghostbusters. On a de plus en plus de mal à tenir le fusil laser, la puissance monte d’un coup et les cheveux se hérissent.
Excitation.
Neurones en feu.
Plaisir.
Joie.
Un peu d’angoisse, aussi.

Eric me disait, il y a quelques jours, à table :
« Normalement, tu devrais exploser en plein vol dans pas longtemps, d’ailleurs, c’est étrange, je pensais que tu avais déjà explosé. Tu tiens le choc ? C’est bizarre ! Normalement, là, tu devrais faire BOUM, comme tous ceux à qui ça arrive ! Tu te souviens de XXXX, la nana de la météo sur France II ? Tu te souviens ? Elle, le jour où on l’a mise à l’antenne, ça y est, c’était fini, elle était en orbite, elle prenait plus personne au téléphone, il fallait passer par son assistante. Elle implosait complètement de l'intérieur, la pauvre ! Genre KUBRICK himself va me voir passer à la télé et me propulser au firmament des Stars. Elle présentait juste la météo. Normalement, toi, avec ton bouquin, tout ça, les suites, tu aurais dû péter un câble… Ça va venir… C’est normal… »

Ça m’a fait hurler de rire, sur le moment.
Mais depuis hier, je vois très bien de quoi il parle. Oh oui. Péter un câble. Je vois très très bien d’où peut venir le danger !
Par chance, j’ai au moins quatre ou cinq Philippe le Hardy à mes côtés.
Philippe le Hardy, souvenez-vous, disant à son père Jean Le Bon « Mon père gardez-vous à droite, mon père, gardez-vous à gauche ». Alors que je parlais à V. de mes prétentions culturelles ce matin, elle me coupa froidement :
- Dis, chouchou, tu es au courant que ça fait six minutes que tu monologues ?
- Merde ?? Autant ??
- Ouais. On peut passer à mon actu ?
- Bien sûr, bien sûr !
- J’ai une gerbe d’enfer, me suis pécho la gastro en traînant là où il fallait pas le 31.
- Ah.
- Je sais que ça t’intéresse moins que ton avenir dans l’écriture mais si tu m’écoutes pas me plaindre autant de temps que toi à parler de tes fesses, je te préviens, on est plus potes. C’est ça, les amis, il faut les écouter gémir de temps en temps.
- Je gémissais pas, moi !
- Non, tu te vantais grave et crois moi, c’est pas plus intéressant.

Pan !
Me suis bien gardé à gauche et à droite pour la matinée !





Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1315