Pékin Express

Date 18/4/2007 18:40:00 | Sujet : Voyages

Pékin Express, c'est monsieur et madame Poujade en vacances :

"Oh ben les Népalais ils sont souriants, c'est pas comme ces cons de Chinois qui crachent partout, qui fument dans les bus, qui sont sales et malpolis à pas parler notre langue et à pas vouloir nous emmener à deux cent bornes quand on se jette dessus le capot de la voiture, ça au moins au Népal, ils sont souriants et quand on voit leurs écoles climatisées naturellement à 24 élèves par classe alors que nous on se plaint des 28, moi je te dis que ça te relativise les propos d'un Claude Allègre, en plus, je le dis comme je le pense mais au moins, eux, ils ont pas à payer des étrangers pour envoyer des ballons dans des buts, ils ont des éléphants du coin pour le faire, et gratos !"


Exit Tatie Danièle & Couille Molle, après une seule nuit à ne pas avoir supporté les ronflements, 45 ans d'amour, quelle patience, elle sait pas encore que Dieu a inventé la boule quiès, la chambre à part et les opérations des sinus, pauvrine. On t'entendra plus gueuler sur les locaux, presque ça me manquerait, avec toi, c'est un peu de franchouillardise si gerbante qui s'en va, Nicole.


Heureusement qu'il nous reste nos deux Alsaciens, Ertan Xénofobic & Sylvia Sépamongenràmoa, des gars bien de chez nous (de chez eux) qui ne font pas mentir les urnes, putain non, on sent bien qui passe dès le premier tour là-bas, je me comprends, vive l'Alsace française, ma brave dame. Sidéré d'apprendre qu'elle avait une gosse, la blonde. Elle lui donne une belle leçon éducative pour plus tard, à sa gamine, y'a pas à tortiller !

Les Deux Cagoles Débrouillardes, Marie Suzie et Marie Suzon

nous font un sans-faute, et vas-y que ça mouille ("peuchère, on s'y habitue si vite à tous ses va-nu-pieds qu'on en pleure toutes les larmes, le lendemain. C'est pas à Marseille que je te chouinerais comme ça pour un Boat People Tunisien échoué dans le vieux port, escarte-pigoune ! Bon, Marie-Suzie, tu me donnes un peu de déo, je vais faire ma cagole devant le temple à Bouddha, histoire d'aller récupérer trois offrandes, on va se faire une soupe de nouilles, il me reste trois plants de romarin que j'avais cueillis dans la garrigue avant de partir ! Attention en traversant, putain, regarde moi ces cons de Népalais, ils savent pas tenir la route ! Dis tu crois pas que le Stéphane Rotenberg il a pas un peu les kinder qui ballotent dans la culotte, peuchère, ça me déconcentre, j'ai le mistral qui me balaie dans la calanque, il faudra que je lui montre ma bonne mère avant d'arriver à Bombay, je mouille toute de partout que j'en suinte même mon botox, boudioucon")

pour les voir pleurer en musique, c'est à 7 minutes
la visite de l'école par Nelly et Nadine, c'est juste après, à 8 minutes. Un grand moment...



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1391