James Bond 1962/2007 (1 bis)

Date 22/5/2007 6:00:00 | Sujet : Musique

Tous les génériques des 007 commentés, plein de bonus audios et vidéos, un dossier en plusieurs parties, début ici . Bientôt la suite !

Prégénérique Live & Let Die!






1973.
Paul McCartney décide de se frotter au mythe et compose le superbe « Live and let die » en quelques minutes, aidé par Linda, sa femme, qui écrit elle-même le petit passage reggae « What does it matter to you.. » et fait les chœurs. La chanson est rondement enregistrée avec les Wings et la démo envoyée en Jamaïque pour que les producteurs puissent y jeter une oreille : pensez donc, une chanson d’un ex-Beatles (depuis peu) produite par George Martin (ex-producteur des Beatles) pour le plus grand espion de la planète. Quel est le fou qui dirait non ?

Cubby Broccoli, le grand patron des Bond, fait un peu la moue en leur répondant que "la démo n’est pas mauvaise", et "qu’ils n’ont plus qu’à envoyer la version finie". Stupeur de Mc Cartney qui tempère ses ardeurs en lui télégraphiant vertement que « C’est la version finie, mec ! ». Gênée, la production envoie des fleurs, un gros chèque et tout finit par se tasser : le single cartonne mondialement, colle admirablement au pré-générique Vaudou du film, puis est utilisé pendant des années pour "L’heure de Vérité", émission politique du dimanche midi sur France 2. Elle figure sur toutes les playlists en live : pas un concert de Paul depuis 1976 sans qu’il ne la chante.

Pour avoir vu Paul Mc Cartney chanter en live (Gijon 2004), on se dit que de voir arriver le logo Bond sur grand écran, pendant que Paul entame « when you’re were young and your heart… » est un des grands moments de sa vie (la mienne, en tout cas). Deux passions se rencontrent, un Beatles et un James Bond. La chanson se termine toujours en feu d’artifice, comme d’habitude et sur une foule en délire. Je passe pudiquement sur le film en lui-même, un des plus mauvais de la série. Une vague histoire de culte vaudou cachant un trafic de marijuana, sur fond de blackexploitation. Nullissime, très daté.
"Live & let die" fut nominée pour l’oscar ® de la meilleure chanson, perdu au profit de « Fiddler on the Roof ».

Bonus Audio : Paul McCartney à Moscou, Live & Let Die
Bonus Audio : la version Album de Live & Let Die





Prégénérique The Man With The Golden Gun !


1974, autre grand moment de solitude pour les amateurs de bon 007 (oui, oui, on en trouve) avec le terrible (au sens anglais du terme) « The man with the Golden Gun », interprété par Lulu, la même qui joue dans Ab Fab, oui.


Pas grand-chose à sauver de la chanson ou du film, allez, une ou deux anecdotes. Christopher – Saroumane- Lee interprète poussivement Scaramanga, l’Homme super sexuel aux trois tétons, Maud Adams demeure à ce jour la seule Bond Girl à jouer dans trois films de la série (même si elle meurt à la fin de celui-ci, c'est pour mieux renaître de ces cendres neuf ans plus tard, dans Octopussy). Tic-tac est interprété par le comédien nain français, Hervé Villechaise, qu’on pouvait voir à la même époque dans « l’île Fantastique », à la télé et qui sidéra l’équipe par son appétit de la gente féminine. Hervé Villechaise qui se suicida, ruiné et dévasté par les drogues, quelques années plus tard.



John Barry compose une magnifique musique (très datée) mais se rattrape ça et là durant le film, teintant de fines couleurs asiatiques un navet sombrant dans le Kung-fu et l’écologisme naïf. Après la Blackexploitation du précédent, la mode est aux films de Kung-FU, mouvance courte mais fulgurante dominée par un Bruce Lee qui vient juste de mourir.
Bonus Audio : Lulu , version album du "Man with a Golden Gun"
Bonus Audio : la version d'Alice Cooper (refusée par les producteurs) de "The Man with the Golden Gun"
Bonus Audio:Le gunbarrel du film

"The Man with the Golden Gun" Christmas Teaser Trailer



Super Bonus, Raphaelle dans Goldfinger, Nouvelle Star 2007. Je sais, on est pas dans la chronologie.
Snif, ils l'ont viré...



Super Bonus : Un film de touristes (trois minutes) sur l'Ile du film, en Thailande (au nom très drôle quand prononcé en Anglais : Phuket) qui est devenue l"Ile James Bond" pour tous les locaux désormais.




Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1395