Laissez, Médême, je gère !

Date 15/6/2007 6:30:00 | Sujet : Vie Quotidienne

Pour tout vous dire, je ne suis pas très regardant avec l’argent qui entre et sort de mon compte, je sais en gros à combien je suis dans le rouge (dès le 7 du mois) et puis ça s’arrête là. Je fais confiance aux débits, aux retraits, je ne vérifie rien.

(Ça m’a valu de « perdre » trois mille euros, lors de mon retour de Hong Kong, j’avais emprunté 10 000 pour acheter une voiture, reçu 2500 de la Sécu en anticipation de soins dentaires, le dentiste était cool d’avoir fait les papiers avant de faire payer, je pars en vacances, invité, sans regarder le montant sur mon compte. Je reviens deux semaines après, je règle le concessionnaire, je règle le dentiste et j’appelle en pleurant Finaref pour choper un crédit à la conso de 19.6% pour combler le déficit abyssal magiquement apparu une fois payé tout le monde. Jamais compris.)

Bref.
Hier, en rangeant les papiers, vlatipa que je retrouve mon ancien bail de location d’Anglet et que je découvre le montant de la caution déposée à l’époque (574 euros)… juste avant qu’une sonnerie d’avertissement interne tintinnabule discrètement dans mon oreille gauche. Je fronce les sourcils :
- Mais ??? J’avais pas contracté un autre prêt pour payer ce bail ? MHUUUUUUUM ? Attends, la nana de la CIL m’avait filé plein de sous en me prélevant à peine 24 euros par mois et m’avait dit qu’ils arrêteraient les prélèvements quand ils seraient remboursés ou quand je le souhaiterais, car ils capitalisaient le fric au-delà de la somme dûe.

Vague souvenir.
Après vérification auprès de mon banquier personnel, celui-ci m’a confirmé, consterné, mon côté « après moi le déluge ». On me prélève, depuis Juin 2002, 24 euros sur mon compte, tous les mois, pour payer une caution qui a été réglée (depuis) et remboursée (depuis) d’un appart que j’ai quitté (depuis)… en espérant qu'ils capitalisent dessus ou je ne sais quoi, on doit en être à un mois de salaire ou presque ! (dix mille balles !)

Tous les mois (quatre mois, quand je pense à regarder mes relevés sans les jeter), je croyais voir passer le prélèvement mensuel de mon assurance privée complémentaire pour la retraite qui, elle, s’est arrêtée faute de renouvellement de contrat, en 2005 et que j’avais prise, super fier, en pensant à l’avenir.
(la photo en dessous, c'est moi qui pense à l'avenir)


Haaaaaaaaaan.

Je vais filer la gestion à La Marmotte, c'est décidé.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1466