Eden Log le film

Date 3/8/2007 13:30:00 | Sujet : Cinéma



Eden Log est un film pour lequel j'ai eu un coup de coeur, juste en lisant le pitch, en voyant les photos...et surtout en discutant avec son réalisateur Franck Vestiel, un mec passionné et attachant. Nous sommes à quelques mois de la sortie mais vous pouvez déjà voir le teaser (qui fait un gros carton sur allociné) ainsi que quelques photos démentes.

"Un homme reprend conscience au fin fond d'une grotte. Tolbiac n'a pas la moindre idée des raisons qui l'ont amené jusque-là, pas plus qu'il ne sait ce qui est arrivé à l'homme dont il découvre le cadavre à côté de lui. Seule solution pour échapper à la créature qui le poursuit : remonter jusqu'à la surface à travers un réseau aux allures de cimetière et abandonné par une mystérieuse organisation, Eden Log."

C'est un thriller fantastique, avec Clovis Cornillac dans le premier rôle. Plus d'infos ?

Plein de photos sur ce lien. D'autres photos en HD inédites ici.
Nous reparlerons de tout ça dans quelques temps car, si vous êtes sages, il y aura quelques surprises...de taille. Je précise une chose : je vous parle de ce film en tant que moi, Ron, pas mandaté par qui que ce soit pour faire du placement à deux balles d'un rasoir à six lames. D'un fan de cinéma à d'autres fans de cinéma, allez voir le teaser, les photos et...laissez vous gagner par le frisson Eden Log. Une bannière vous sera proposée avec, à la clef, je le répète, quelques jolies surprises interactives.

* Teaser HD ici
* Teaser bas débit ici

Eden Log, sortie le 26 12 2007

Réalisateur
Franck Vestiel
Acteurs

Clovis Cornillac
Vimala Pons
Producteur
Cédric Jimenez (un ancien mannequin qui a fait baver Cécomça pendant le repas, et moi aussi un peu, mais je le montrais pas, on était là pour parler du film, pas du producteur... allez, les photos sont par là et il est mieux en vrai, le chameau...)

En cliquant sur lire la suite, vous pourrez trouver des photos HQ inédites du film confiées par la production et les notes d'intention du réalisateur. Elle est pas belle, la vie ?

















NOTE D’INTENTION DU RÉALISATEUR
(DIRECTOR STATMENT)



Écho d’une écologie française en col roulé, traditionnellement moquée, les voix de Cassandre jusque-là entendues sont devenues écoutées. À l’heure où notre bien-être devient inversement proportionnel à celui de l’ensemble du reste du monde vivant, la société entière prend conscience d’un défi unique dans son histoire : sa propre croissance n’est plus soumise à l’enjeu de la simple sauvegarde de sa civilisation mais bien à moyen terme de celle de l’humanité tout entière.

Question concernant chacun mais qui nous dépasse tous bien sûr. C’est à elle, fantasmée par le genre, qu’aura à répondre TOLBIAC, modestement et pour le moins de façon radicale. À travers le vecteur du film fantastique, et de l’allégorie qu’il autorise, le voyage de TOLBIAC prend le sens d’une quête de lui-même et du rôle qu’il a à jouer dans ce monde obscur.

L’obsession de la mise en scène réside dans le fait de faire vivre le film à la hauteur de TOLBIAC. La caméra à l’épaule ajoutera à la volonté d’adhérer à sa vision, la simplicité du découpage à celle d’une continuité temporelle. Principe narratif évoquant celui d’un jeu vidéo, le personnage est projeté dans un monde dont il ignore tout. Les évènements et l’intuition sont les moteurs de ses choix. C’est au moment de son aboutissement que la mission est alors définie, c’est (hélas ?) après l’avoir remplie que le protagoniste prend totalement conscience du but de son périple. Jamais en retard ou en avance d’une information, le spectateur n’a d’autre alternative que d’appréhender ce qui l’entoure avec les sens de TOLBIAC, fussent-ils altérés.



Clairement à l’attention d’une catégorie de jeunes amateurs de fantastique, mêlant visions mangas et codes de jeu de rôle, la volonté est d’entraîner le spectateur dans un monde parallèle par le biais d’une démarche quasi-classique à ses yeux. Profitant d’une culture générationnelle que j’ai pratiquée de façon intensive, j’ai l’ambition affichée de proposer à ce public ce qu’il recherche : un moment d’évasion dont il aura eu le sentiment d’avoir été plus que spectateur.

Franck Vestiel




Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1556