La signature

Date 24/10/2007 5:50:00 | Sujet : Livres

Moi j’ai ma petite table et plein d’exemplaires de la « Chambre d’Albert Camus » dessus. Une pancarte faite main indique qui je suis. Une keupine au grand cœur s’est dévouée pour me tenir compagnie quelques heures parce que, figurez-vous, même si je meurs d’envie de dédicacer mon bouquin, j’ai trop la honte d’être là, à une table, devant vous.
C’est comme quand je fais du stop, tout pareil, voilà, j’ai honte. Je rougis, je me dis que tout ça est stupide, atrocement gênant, qu’il doit bien exister un autre moyen, c’est pas dieu possible, mais non, rien, je peux plus bouger et subitement les premières personnes arrivent et se penchent sur la table. Des lecteurs ! J'en tremble d’excitation !


------------------------

- Elles sont où les toilettes ?
- Juste à côté, madame.

------------------------

- C’est où le stand des chaussures Crok ?
- A l’entrée, je crois.
- Vers où ?
- Par là (geste vague)
- Mais vous ne savez pas précisément à quel endroit ?
- Non.
- n'importe quoi ! Quel bordel! Quelle organisation de clowns ! (s’en va en vociférant)

------------------------


- Bonjour, savez-vous où je peux trouver Marie Anne Lapique s’il vous plaît ?
- Aucune idée, madame.
Elle me regarde par-dessus ses lunettes, très méprisante :
- Mais enfin, c’est un monde, vous ne faites pas partie de Wuhket Louchalle, l’organisateur ?
- Non.
- Qu’est-ce que vos faites avec un exemplaire de l’Infirmière Magazine sur votre bureau, alors ?
- C’est moi sur la couverture, madame.
- La personne préposée à l’accueil est sur la couverture du magazine ? Ils sont rigolos, chez Wuhket Louchalle !
- Je suis auteur, c’est ma séance de dédicace.
Long regard méprisant de la femme qui me jauge des pieds à la tête :
- Aaaaaaah, je vois… (grimace de dégoût)…et ben dis donc… (s’éloigne en faisant « non » de la tête)

------------------------


- Excusez-moi, où est le stand de Wuhket Louchalle où je peux gagner des cadeaux ?
(Il est à deux mètres de moi sur la droite mais ma keupine accompagnatrice pète un câble et se lève en montrant la sortie)
- Alors vous tournez devant vous, vous faites cent mètres, vous sortez du salon et vous allez dans le hall 8. Vous verrez, c’est totalement con mais ils ont mis le stand des cadeaux dans le salon du chocolat…
- Ah bon ? Mais c’est super nul !
- Je sais, je sais, on arrête pas de nous le dire. Bonne chance quand même !
- Merci beaucoup madame ! (elle part presque en courant vers le salon d'à côté)

------------------------

- C’est quel genre de livre ? Une biographie sur Albert Camus ?
- Non. Un roman, un infirmier qui rencontre des patients et…
(Elle repose le livre violemment)
- Quelle horreur, merci bien, je me supporte déjà 35h par semaine de connasses à l’hôpital, je ne vais pas payer 15 euros pour les avoir à la maison sur mon temps de repos.

------------------------

- Elle est un peu vulgaire, la couverture, non ?
- Ah, vous trouvez ? On me dit que ça fait roman noir, d’habitude…
- Roman noir ? ROMAN NOIR ? Faut sortir, jeune homme ! Mais vous avez quelle qualification, exactement, pour avoir écrit ce livre ?
-…euh…quel diplôme, vous voulez dire ?
- Non. Je vous demande si vous savez écrire, de quel courant d’écriture vous vous rapprochez, de quel style vous êtes proche, tout ça…
- Aucune idée, madame.
- Ça montre bien que vous n’êtes pas un vrai écrivain, alors. Je ne vais pas mettre quinze euros là-dessus, désolée…
(Et elle s’en va, l’air sincèrement désolée, pour moi)

------------------------

J'avais un crush du mois, sur le salon, une belle bête de concours, dont on voyait dépasser un bout du caleçon à rayure, quand il venait me dire bonjour au stand. Un plaisir pour les yeux.


------------------------

- Elles sont où les toilettes ?
- Juste à côté, monsieur.

------------------------

- Ron, bonjour !
- Bonjour…
- Tiens, j’ai un cadeau pour toi…(il me tend quelques photos)



- Wééééééé FredIFSI, je me souviens, un lecteur du blog ! Tu avais fait ça l’année dernière…Merci…je suis SUPER touché !
- Tu peux signer mon livre ?
- Bien sûr ! Et plutôt deux fois qu’une ! Comme je suis content de te voir…

------------------------

(Forte odeur de transpiration, dents en or sur le devant)
- Vous avez l’air beaucoup plus gros en vrai, vous savez…
- Ah bon, tant que ça ?
- Oui. Je vous ai vu chez Cauet.
- Euh, je n’ai jamais fait Cauet.
- Si, si. Je vous ai vu chez Cauet.
- Ah.
- Je vous en prends deux, de toute façon. Vous les signez au nom de « Maryse ».
- Les deux ?
- Oui.
- Mais je mets quoi ?
- Juste : « Pour Maryse ».
- C’est pour offrir ?
- Non, c’est pour moi.

------------------------

- J’adore le blog.
- Merci !
- Vous avez toujours un copain ?
- Oui.
- Vous êtes fidèle ou pas ?
- Oui.
- Je vous laisse mon numéro, au cas où. Je travaille pas loin, je suis passé, je me disais « Luc, tente ta chaaaaance » (rire de coiffeuse)…
- Et bien Luc, merci d’être passé !
- Huhuhuhuhuhu…
- Et à la prochaine !
Il s’éloigne. Se ravise. Revient.
- Dites, je vais vous en prendre un, quand même, ce serait stupide, non ?
- Oui. Ça fait toujours une vente de plus.
- Mais si vous n’étiez pas fidèle, vous auriez dit oui ?
- Euh…
- Allez, allez, écoutez, je veux pas vous gêner, signez-le…
- Je mets pour qui ?
- Jérôme. C’est mon mec. Il ne l’a pas encore lu.

------------------------

- Je vais faire une annonce au micro, d’accord, je me présente, je suis Jean-Louis, le monsieur micro du salon ahahahaha et je vais vous faire venir du monde parce que souvent les gens écoutent les animations micros, vous savez, c’est loin d’avoir un effet micro…scopique ahahahaha. Alors, vous, c’est qui ? Ron ? Ron ? Ron de cuir ? ahahahahaha. Non, je dis ça pour rigoler, parce que le rire est important, aussi, dans un salon, il faut pas non plus que des gens qui tirent la tronche sur les stands, je me comprends, voyez un peu si vous tirez la tronche, qui va venir vous voir ? Hein ? Dites, on vous filme ? C’est qui ? Le journal de la santé ? Sur la 5 ? Ah, c’est marrant, hier je passais pas loin des bureaux de la 5. Et bien figurez-vous que les locaux de la 5 sont juste en face d’Arte, ouais, juste en face… Comme c’est étrange, non ? Pile en face, tenez, vous avez pas un bout de papier, je vous fais un plan de la rue…
(J’ai du feindre un coup de téléphone pour m’en débarrasser)

------------------------



- Bonjoooooooooour ! Alors vous êtes qui ?
- Ron, madame la ministre !
- Ron, oh ça alors, un infirmier qui écrit ! Mais qui écrit sur quoi ?
- Sur son métier, madame la ministre…
- Hiiiiiiiiiiiiiiiii mais c’est fascinant, ça…
- Oui, et sur les salaires, aussi, Madame Bachelot…
- Hiiiiiiiiiiiii ah booooooooooooooon ? Mais je vois qu’on m’appelle, aurevoaaaaaaaaaaaar


(Cette scène est à retrouver dans le reportage que vous verrez prochainement sur France 5, au journal de la Santé, et qui m’est consacré. Quitte à être filmé, autant que ce soit avec ma ministre de tutelle, nesspa. Vous serez indulgent, j’étais extrêmement fatigué ce jour-là, merci.)



Spéciale dédicace MLD, Alain & Wonderfull Adrien. Merci pour votre accueil.





Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1696