Mort aux trousses.

Date 20/12/2007 5:00:00 | Sujet : Vie Quotidienne

De mon temps, tout de même, Chevignon, ça voulait dire quelque chose, pas comme de nos jours. Je me souviens de la première fois où je compris la portée (et l'importance) des marques dans ma vie d'ado. Je devais être en quatrième ou en troisième et Stéphanie Bénariat portait des sweats à capuche Poivre Blanc, un différent chaque jour, qui lui attiraient toujours plein de compliments des autres filles. Je n'avais jamais vu auparavant un simple "objet" susciter autant d'attention.

Je crois que Chevignon signa son arrêt de mort le jour où ils sortirent leur marque de cigarette (vers 1991). Si les ados ravis, allièrent alors le plaisir de porter des vêtements de prix (hors de prix, oui) au bonheur de jouer à James Dean, la clope au bec, les parents, furieux, arrêterent de sortir les carnets de chèque pour une marque qui donnait un si mauvais exemple. Rohan, hier, était tout étonné de ce souvenir évoqué :
- Chevignon a fait des cigarettes ? Tu es sûr ? Tu ne l'as pas rêvé ?
- Non, non, j'en ai acheté plein de fois, le tabac était dégueulasse. Beurk. Un paquet marron. Certains ont gardé des cartouches en souvenir, juste avant que ce ne soit interdit. Ils disaient que ça vaudrait cher, dans vingt ans. Raté, il paraît que ça ne vaut pas un clou.
- Mais ça existe encore, cette marque ?
- Je sais pas. Ouais, visiblement, regarde.


Par chance, dans Biarritz, nous passons alors devant une vitrine assez terne qui présente des blousons de cuirs, quelques pulls sombres et deux jeans miteux vendus au prix du caviar. Du noir, du marron, du beige, du gris : un vrai cimetière de la fringue. Chevignon doit pas en vendre des masses. Peut-être à des types de mon âge qui avaient vaguement le souvenir que la marque avait été "dans le vent", à la fin des années 80. Peut-être à des étrangers de passage, soucieux d'acheter français.

Je me disais que je devrais en faire une note de quelques lignes et, tout à l'heure, en fouinant dans ma chambre d'ado, je tombe sur ma vieille trousse de lycéen. Gardée pendant mes années Fac, sûrement un peu honteux et finalement servant à jusqu'à la fin de l'IFSI (l'école d'infirmier). 10 ans de parcours. Je la renifle dans l'espoir d'y sentir quelque chose de magique mais il n'en ressort que le parfum du stress et de l'ennui mélangés, ressenti pendant toutes ces années assis derrière une table, à écouter des couillons réciter des polycopiés. Tout le monde tournait la page en même temps, souvenez-vous.

Je me souviens que les premières taches m'avaient fait mal au coeur, salissant ce bel objet. Plus le temps passait et plus je me sentais fier d'avoir une trousse "vintage", abîmée par le poids des études.




Je me souviens avoir trouvé un "collector" Boule & Bill dans une boîte de Vache Qui Rit, lorsque je travaillais en pédiatrie. Au lieu de le proposer à un gamin malade comme aurait fait un adulte sensé, je l'avais accroché à ma trousse, sans la moindre honte.





Je me souviens que je n'avais plus un seul stylo plume décent, à la fin de mes études, taxant tout le temps aux uns et aux autres pour avoir de quoi écrire pendant les cours. Waterman. J'aimais bien les Waterman. Je ne sais plus écrire à la main et je ne le fais que lorsque j'y suis obligé, tellement mes boucles et mes déliés sont devenus laids.






Je me souviens avoir écrit des "pompes" pour désespérement obtenir un module : je ne me souvenais jamais des chiffres normaux lors d'une prise de sang (c'est toujours le cas, mais ils sont toujours marqués dans la colonne de droite, par le labo...héhéhé, c'était même pas la peine de les apprendre, alors, hein les profs !) et je n'arrive plus à déchiffrer l'objet de ma triche, dix ans plus tard.





Totale madeleine de Proust. Un objet oublié. Je est un autre, moi au siècle dernier, dans une autre dimension, ai-je un jour utilisé ce truc ? Cela me semble impossible, tant les années ont passé. J'ai ressenti un frisson bizarre en touchant ce Magic + comme si le temps me rattrapait, ce soir, enfin. Qu'as-tu fait de tes vertes années, jeune padawan ?



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1764