Enchaîné à vie au boulay

Date 21/12/2007 7:10:00 | Sujet : Vie Quotidienne

Guy Carlier nous disait, pendant l'interview, qu'on "ne devrait jamais rencontrer les gens", soulignant par là qu'il avait apprécié de visu des couillons dont il disait le plus grand mal dans ces chroniques. Je réfléchis deux bonnes semaines sur cette affirmation, ne sachant pas trop quoi en penser, juste avant de rencontrer Steevy, à contre-cœur, et vraiment pour le "boulot".

L'entrevue fut délicieusement rafraîchissante, le garçon m'amusa, je le trouvais surprenant, humble et très souvent cohérent dans ses propos. J'étais assez emmerdé, en sortant : devais-je persister à étaler à qui voulait bien m'entendre que je ne pouvais pas blairer Steevy ? Car hier, en présence d'une fille qui avait les mots les plus durs à son encontre, je me mis à le défendre ! Elle le voyait à la télé depuis six ans, c'est donc qu'elle savait tout de lui. Je proteste au début timidement puis de plus en plus agacé :
- Ecoute, en vrai, il n'est pas comme ça...
- Tu déconnes ! C'est un abruti, un prétentieux !
- Je te jure qu'il est super lucide sur lui-même, assez humble et plutôt enclin à apprendre qu'à prétendre.
- Mais tu vas pas bien ! Tu t'es fait embobiner...
- Et toi tu l'as jamais vu en vrai...Oh tu me gonfles, à juger sans connaître, c'est nul.
- Aucune envie de rencontrer les cons, la vie est trop courte !
- Mais il est PAS con !


Et moi de me demander si, finalement, effectivement, on ne devrait pas rencontrer les gens et s'en tenir à ce qu'on croit penser d'eux. Je suis sorti épuisé d'avoir à défendre trois fois avant le chant du coq l'honneur de quelqu'un qui m'était apparu sympathique et que je connaissais à peine plus que cette fille.

Au-delà de ça, c'est toujours très dérangeant, comme situation, de revenir sur un "acquis" intellectuel et je déteste ça. J'aime bien mes idées préconçues, mes manières de voir le monde. Je me trouve pas bête, quoi. Quelque chose au fond de moi de plus discret, et qui vient lentement avec l'âge, me susurre cependant que je devrais être fier de moi car je dépasse mes préjugés. Et sur Steevy, croyez-moi, je reviens de loin.


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1768