A ses pieds

Date 8/1/2008 5:50:00 | Sujet : Amour

Billet écrit il y a trois semaines puis enlevé. Un peu honte. La honte est passée.

J'ai encore craqué pour une paire de chaussures, soit la troisième en quatre jours. Je vous précise pathétiquement que je ne possède que deux polaires Décathlon, trois jean's et cinq chemises à carreaux dans mon placard. Mais plus de quarante paires de chaussures.

Je n'ai jamais aimé m'habiller.
J'adore les chaussures.
C'est atroce, je sais, je peux porter une paire super branchée et être habillé comme si j'allais traire des vaches bio (tout aussi salissant) mais je m'en fiche un peu, en vrai. Je n'arrive pas à mixer les couleurs, les pulls, les chemises, pire, je m'en moque carrément. Mais les chaussures, ça non, les chaussures je kiffe ma race, je pourrais en acheter tous les jours.

Je freine, La Marmotte râle, on sait plus où les mettre. Je les donne au Secours Populaire, généralement, tous les deux ans, sinon je serais noyé sous les pompes. Parfois je donne des pompes que je n'ai jamais porté. Honte honte honte.

Comment vous dire ce que j'ai ressenti à la vue de cette paire ? Du plaisir brut, d'abord, puis un peu de nostalgie pour l'automne, ma saison favorite. Ce sont des chaussures d'automne et je vais devoir attendre un an pour les porter. Pas grave. J'ai aimé la fausse peau de croco, les lacets beige, le beau cuir marron. La semelle bicolore, aussi.












(Et sinon, oui, sans la moindre honte j'ai appelé chez Reef, pour demander s'ils avaient MES chaussures, enfin, le modèle que je me rêvais avant-hier. Il en restait une paire à 90 minutes de route. Oloron Sainte Marie. On y fabrique les Pyrénéens, pour ceux qui aiment. Quand je suis arrivé dans le magasin, j'ai failli pleurer de bonheur. Ma taille, mon goût, toutivabéné, parfaites. Je les adorais jusqu'à tout à l'heure, quoi, quand j'ai vu les autres).




Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1771