L'ennemi dans la glace

Date 26/12/2007 10:00:00 | Sujet : Vie Quotidienne

Hier, alors que je servais le repas de Noël à mes personnes âgées, habillé en civil, dans le restaurant (il faut bien s’amuser, une fois par an) une dame me prit par le bras et me murmura :
- Ça me fait bizarre de vous voir comme ça, sans la blouse… Vous êtes tellement jeune…
- Je fais plus vieux, quand je suis en blanc ?
- Non… Vous faites plus… je ne sais pas… crédible. On se sent plus en confiance, quand vous portez la blouse, voilà. Là, on dirait un minot à peine sorti du lycée.
- Et bien c’est le même... Allez, mangez votre dinde, elle va refroidir.


Le soir, en entrant dans sa chambre, elle me fait un signe. Je m’assois sur le lit en face du sien, je lui souris :
- Quoi ?
- Vous avez remis la blouse ! C’est bien, je peux vous parler de mon problème, alors.
- Quel problème ?
- Figurez-vous que j’ai une douleur au niveau du sternum qui…

S’ensuit alors une longue discussion médicale. Je me suis dit, en rentrant chez moi, que je n’avais décidément pas choisi de poursuivre mon métier à la légère.
Non seulement il me permet de ne pas m’habiller, ce qui cache mes non-choix vestimentaires, mais il permet aussi de brouiller mon âge.
Il me confère une autorité que je n’ai pas tous les jours dans la vie. Enfin, mon métier nourrit ma curiosité et ma soif de comprendre : l’autre se révèle entièrement car il sait que je ne vais rien en répéter, mieux, il pense que je ne le jugerai pas.
Bien des raisons pour se lever avec la pêche, jour férié ou pas.
Mal payé, peu considéré, utilisé, sûrement. Mais je ne regarde pas la pendule et j’en sors grandi. Nourri. Utile.
J’ai mon repère. Je m’y accroche. Je ne le lâcherai pas.





Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1775