Et celle-là, tu te souviens ?

Date 27/12/2007 10:20:00 | Sujet : 3 ans

J’assiste à la douche des fous, nus, hommes et femmes mélangés, debout, alignés, paume contre le mur, nous montrant leurs fesses. Nous sommes en blouse blanche, bottes blanches et, au jet, nous les arrosons de la nuque aux talons, en passant longuement sur les fesses, d’où des paquets de merde séchée tombent, au bout d’un long moment, pour venir boucher la grille, à nos pieds. Alors que je fais remarquer à l’infirmier qui m’encadre que nous avons l’air de bouchers, il éclate de rire et me répond, d’un air gourmand :
- T’as raison… Ah, dommage qu’on puisse pas les pendre par les mains avec des crocs, on serait sûr qu’ils glisseraient pas par terre. Tu sais, des fois, ces cons tombent et se pètent le col du fémur… On se retrouve avec une plainte au cul pour maltraitance et c’est le début des emmerdements.

Il agite le tuyau vert et jaune, un banal tuyau d’arrosage de trente mètres, sûrement acheté chez Leroy Merlin un jour de sortie culturelle, avec un fou, il faut bien les aérer, les pauvres, et il le plie à son bout, entre son index et son pouce, pour en augmenter la faible pression sortante.
- Tiens, arrose la de shampoing, restes-y pas trop près, elle donne des coups, celle-là.

Alors que je laisse tomber une noix de shampoing sur les longs cheveux sales de la dame, avançant ma main pour lui masser le cuir chevelu, l’infirmier me gueule de faire attention :
- Tu vas te faire mordre, t’es trop con, toi ! Lui masse pas la tête, tu te crois chez Jacques Dessanges ? Laisse faire la nature, ça va glisser tout seul jusqu’aux racines, allez, recule…

Son bip sonne. Il gueule une nouvelle fois, pose le jet, coupe l’eau et, en s’enfuyant vers une urgence, me crie qu’il revient de suite. Je continue de shampooiner la dame, qui grogne de plaisir. Je suis seul avec les quatre fous dans la salle de bains blanche. Deux hommes, deux femmes. Soudain, le plus âgé, sur ma gauche, les yeux dans le vide, d’une voix si douce que je manque ne pas l’entendre, me regarde et me dit, sans trop y croire :
- Excusez-moi, vous serait-il possible de régler le mitigeur pour que nous ayions de l’eau chaude ? J’ai peur d’attraper froid, en cette saison.

Je le regarde sans comprendre. A la fin du shampoing, voulant rincer la dame, je me rends compte que l’infirmier a exécuté toute la douche à l’eau glacée, glacée comme le gave des Pyrénées qui coule non loin de là.


(Souvenir oublié de Décembre 1996, ravivé par la discussion avec Nicole, samedi dernier. Toi aussi, tu sais ce que tu as vu, là-bas. Heureux de voir que nous avons encore les mêmes colères, collègue.)


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1777