Une surprise de Thaï

Date 17/2/2008 15:00:00 | Sujet : Amour

Lorsque Will évoquait hier ce qu'était, d'après lui, le secret du couple, j'étais loin de me douter de ce qu'il avait organisé pour ces 3 jours "Spécial St Valentin".

3 jours surprenants. Non seulement, je n'ai rien vu venir, mais pour une fois, le secret n'avait pas été éventé. Il faut dire qu'en règle générale je me doute toujours de quelque chose, je suis méfiant, il le sait, il tâte le terrain, le prépare, tourne autour de moi et puis d'un coup au moment où je m'y attends le moins, déclenche le piège: "Demain on se lève tôt, tu prépares une petite valise avec deux trois affaires, prévoit du chaud et du froid. Tu verras, je me suis occupé de tout."

Dès l'aube le lendemain -un supplice- me voilà qui file dans un train, sans le savoir, pour la Suisse, la truffe au vent, et l'Amour à mes côtés qui, jubilant intérieurement de son coup réussi, laisse échapper un sourire de satisfaction: il a réussi à sortir la bête de son terrier pour aller lui faire prendre l'air frais des Alpes et déguster une fondue à la crème à la Chaux-de-Fonds.




3 jours fabuleux oui, mais ça c'était la fois précédente, car cette semaine c'était tout autre chose: je pensais naïvement qu'on allait partir une nouvelle fois en voyage. Le stress de mon boulot, de la ville, de l'hiver, oui j'ai besoin de vacances et lui aussi. Je lui fais confiance, il adore ça préparer les voyages, oui c'est sûr, cette fois encore on part.

Et bien... Perdu! Rappelez-vous de la règle de base: toujours surprendre l'adversaire. Il avait tout de même bien préparé le terrain ce chameau: "Prends un RTT le vendredi 15.". Dans ma tête, on partait donc 3 jours en vadrouille, loin de tout. Il prenait tout en charge: trajet, billet, planning... je me laissais guider comme d'hab. J'ai donc posé mon jour, attendu cette fin de semaine de pacha, jusqu'à oublier que c'était la semaine de la St Valentin. Enfin, disons pour être plus juste, que j'avais mis de côté ce jour des amoureux pour ne penser qu'au week-end. Le 14 étant en plein milieu de semaine, sortant tard du boulot avec une réunion qui n'en finissait pas, je n'avais pas spécialement envie de fêter l'occasion pour une fois, me disant que je me rattraperais un autre jour et puis que finalement, quel besoin de fêter l’Amour un jour spécifique ?




Jeudi midi, comme depuis 4 ans, l'appel quotidien, midi / midi trente:
"Bonjour vous avez demandé l'Amour? Comment ça va aujourd'hui?"
"Ca va toujours quand je t'ai au téléphone, tu sais bien. Pas trop dure ta matinée? Ta réunion s'est bien passée?"
"Oui oui, comme d'hab quoi, 2 heures de bla bla pour en rediscuter dans 6 mois quand le projet aura pas avancé d'un millimètre et que..."
"Ah au fait, on se retrouve sur les Champs ce soir après le boulot à 19h00?"
"Euh oui... si tu veux, mais tu sais, j'ai une réunion qui commence à 17h00 et elle risque de finir tard, mais avec plaisir oui bien sûr."
"Parfait! Donc à ce soir mon Amour! Je t'aime."
"Moi aussi. A plus!"


Là, je me dis quelque chose cloche. C'est pas comme d'hab, ça ressemble pas trop au scénario habituel. Déjà, Will se lève très tôt, fait des longues journées qui commencent à 07h00, n'aime en général pas trop sortir en semaine et surtout pas si on doit prendre le train ou l'avion le lendemain à la première heure. Hum... bon, on verra bien ce soir.

Evidemment, la réunion traîne en longueur, ça fighte, j'en ai marre, je suis à la bourre, plein le dos, le téléphone de Will ne marche plus, j'arrive pas à le joindre, je stresse, me dépêche, je dois le retrouver où déjà? Ahh il est là mon homme, une lumière dans une foule d'anonymes qui se presse en tout sens, et enfin, c'est le week-end, le repos, la détente.


3 jours, 3 surprises, pas d'avion, pas de train, pas de voiture. Non, juste le métro, une organisation redoutable et l'unique désir de me faire plaisir, d'oublier mon stress et de satisfaire mon souhait de détente et de bien-être.

Plaisirs qui riment en R, Chère, chair, chers.


1er jour: Un petit restau excellent le jeudi soir: 3 surprises là aussi. A table, Will m'épingle un petit coeur en feutre rouge sur ma cravate, je rougis un peu mais je suis heureux. Le serveur prends Will dans ses bras et l'embrasse sur le crâne: heureusement, je ne suis pas jaloux. A la fin du repas, je vois Will sourire, gêné, je ne comprendrais que plus tard le clin d'oeil du Destin. Une de ces petites coïncidences qu'il vit régulièrement depuis toujours.
En rentrant, il me dit que je peux dormir autant que je veux le lendemain matin. Définitivement donc, pas de voyage. Mais alors? Bah, on verra bien.





2ème jour: "Non, non, non, je ne veux pas me mettre en string devant une inconnue. Je refuse, c'est non!" Là, j'avoue, je ne m'y attendais pas. Du coup, comme toutes les bêtes, je me braque, je montre les crocs, je grogne. Il tire un peu sur la corde, je bougonne, je le suis tout de même à l'intérieur. Je ne dis plus rien, nous venons de pénétrer dans un des spas Thaï les plus réputés de Paris, nous sommes de suite pris en charge par nos hôtesses pour une séance de deux heures que nous ne verrons pas passer.



Alors oui, j'avoue, j'ai eu un peu honte d'enfiler, à l'envers, le string semi-transparent que l'on m'a tendu, mais une fois le massage commencé, je me suis laisser transporter en Thaïlande, abandonné aux mains expertes qui m'ont oint le corps d'huiles aromatiques, pour une session remarquablement relaxante. Will, à côté, avait choisi le massage Thaï tonique traditionnel, et je souriais tandis que je le regardais se faire plier comme un origami.





3ème jour: "Non non non, je refuse qu'on s'approche de moi d'aussi près. Déjà hier, quand la thaïlandaise me massait les fesses, j'ai pris sur moi. Mais là, c'est pas pour moi ça."
Bon, vous avez compris, là, au bout de la deuxième fois? Oui, je suis un peu ours, je n'aime pas trop livrer comme ça mon intimité, mon corps, à des inconnus. Les médecins, ok, c’est normal, les vestiaires, je prends sur moi, par contre les massages et les soins du visage et du corps, c'est pas obligé, non?



Pour tout vous dire, j'ai quand même survécu à mon soin du visage dans l'institut le plus chic de la capitale. C'était pas gagné de m'y faire rentrer. Je ne le regrette pas. Je regrette de l'avoir blessé à ne pas être enthousiaste à cette idée. Des fois, je suis comme ça aussi, maladroit. Lui qui avait préparé ce week-end de détente avec amour depuis des semaines, lui qui voulait plus que tout me faire plaisir, me déstresser, me procurer du bien-être, lui, je l'ai blessé car je n'ai pas su, sur l'instant, accepter sans hésitation ce qu'il m'offrait. Je me suis confondu en excuses, mais encore maintenant je m'en veux. Et encore plus depuis je vois le résultat de ces séances. Il avait raison. C'est sensationnel: la peau est adoucie, rajeunie, raffermie. Adieu les marques de stress et bonjour la peau qui respire. Franchement, je ne pensais pas que le résultat serait aussi visible. Cela dit, pour ne pas en perdre les bénéfices, il est souhaitable de refaire ce genre de soins régulièrement, surtout en hiver que la dame me dit, ben tiens. C’est quand la prochaine séance ? :)



Finalement, nous ne sommes pas partis à l’étranger 3 jours, mais nous avons quand même voyagé. L’espace de quelques heures, l’évasion, l’invitation à la détente, au bien-être, le petit cœur sur la cravate… ça m’a fait un bien fou. Merci. Merci encore pour tout ça !

Seul regret, j’aurais du amener une copine qui parle thaï avec nous. Comme Elaine dans cet excellent épisode de Seinfeld (pour les connaisseurs), je me demande encore ce que pouvaient bien se raconter nos hôtesses tandis que la mienne me massait en rigolant avec l’autre : « Phou tchai, yao, yai ! Souei yi sip sen ti met, kwagn ! Hi hi hi ! ». Quel embarras tout de même !





Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1839