Ce n'est que moi, ne craignez rien.

Date 29/3/2008 9:10:00 | Sujet : Vie Quotidienne

Depuis quelques jours, je reçois des mails de gens qui me disent que j'ai changé, que je suis plus incisif, que je parle davantage de la Nouvelle Star que de mon métier, etc etc.

Deux remarques.
Oui, j'ai changé. Tout le monde change.
Non, je n'ai pas changé, pas vraiment, c'est juste un peu plus moi.

Pourquoi vous lisez moins de billets "écrits" ?
Parce que je les garde désormais au chaud, parce que je ne ressens plus le besoin de les faire lire, parce que j'aime bien l'idée de vous surprendre, un jour, avec un produit fini, totalement inédit de A à Z.

Pourquoi je parle tout le temps de trucs futiles, comme la Nouvelle Star ?
Parce que j'adore ça. Que ça me plaît. Que j'ai une vraie légitimité à m'exprimer là-dessus, j'ai envie de donner mon point de vue, mes coups de gueule, mes envies. Je pourrais écrire des heures sur des sujets comme ça. J'y prends un pied monstre.

Pourquoi je deviens un monstre sans coeur qui dit des horreurs sur les Péruviens et Christophe Willem ?
Parce qu'on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments (merci Marguerite)...Mais non, humour...C'est moi, Ron, c'est toujours le même. Je parle sur le net depuis quatre ans. Quatre ans ! On part sur la cinquième année. Il est un peu temps de lâcher les chevaux, non, et de quitter le gentillement correct.
Je me suis rendu compte du décalage incroyable qu'il pouvait exister entre ce que j'écris, la façon dont c'est perçu et la tête des gens quand ils m'entendaient parler la première fois. Genre "Merde, mais il est pas Mère thérésa". Ca m'a valu quelques inimitiés (dont je me carre) et quelques phases de recadrages, dont celle que vous êtes en train de lire.

Alors pour répondre à la question : "As-tu changé ?", la réponse est "Oui". Forcément. Mais celui que je suis ici aujourd'hui est bien plus proche de moi que le Ron des années passées. Je ne suis pas un bisounours, je ne l'ai jamais été. Je n'aime pas les critiques et c'est comme ça. Je ne suis pas snob mais j'adore péter dans la soie. Je suis heureux d'être invité pour voir des artistes ou des rasoirs jetables, car ça ne m'empêche pas d'écrire ce que je pense. Je suis heureux d'être une midinette de base et de pouvoir interviewer les artistes qui me font rêver ou m'énervent. Je me bats pour les petits salaires de mes collègues et me défonce davantage pour gagner davantage le soir, remerciant les heures sup d'exister. Oui. J'écris mes textes dans mon coin, exprès, sans les montrer, pour en faire un livre (ce sera le cinquième, j'ai pris un peu d'avance sur vous). Je collabore à un hebdo que personne n'avoue aimer mais que beaucoup feuillettent, j'adore ce que j'y fais. Et surtout, en ce moment, je suis moi, vraiment moi, sur Le Post ou ailleurs. Et ça, putain, c'est bon. Je prefere de loin être détesté pour ce que je suis qu'être aimé pour ce que je prétends être.

Bon wikende.
Ca va, vous ?




Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1865