J - 150

Date 17/5/2008 22:40:00 | Sujet : Livres

Je la sens tendue, un peu, mais moi aussi je le suis, un peu, car la situation n'est pas aussi anodine que nous voulons bien le croire elle et moi. Mon manuscrit corrigé et annoté est entre ses mains, elle me parle comme une éditrice, pour la première fois, je l'écoute comme un type qui en est à son deuxième, l'inconscience ou l'innocence de 2006 n'est plus de mise. J'ai choisi un palace sans âme sur les Champs, parce que j'y sens bien, je bois un Perrier, je savoure le moment.
Elle hésite avant de démarrer le round, je le sens. Elle ne sait pas comment je vais réagir. Moi, si. Je vais écouter et noter ce qu'elle a pensé du bouquin, ce que la correctrice a pensé du bouquin, ce que je dois retravailler en priorité sur ces deux semaines qui viennent, deux semaines, punaise, j'avais demandé plus, mais après tout, hein, ce n'est pas comme si ça n'avait pas été prémâché sur le blog, tout ça.
Surprise, mon plus vieux titre est retenu. Je le trouve moche mais je me tais. J'écoute son argument. Il se tient. Elle me dit que je n'écris plus tout à fait de la même façon. Elle a raison. Je lui explique que le nom sur la couverture m'expose d'une façon différente, que les textes ne datent plus de 2004, que certains ont été écrits fin 2007, en quelques semaines, pour fêter les trois ans du blog et que je savais ce que je faisais en les pondant jour après jour.
Elle me dit que j'écris beaucoup "putain" et "merde". Je m'en doutais. Elle me dit que c'est très gay, sur ce coup. Je vais corriger le tir. Elle me dit qu'une nouvelle est hors-sujet, je sais, je m'étais trompé en la rendant ou je l'avais laissée là, exprès, plutôt, pour voir s'ils lisaient vraiment les manuscrits. Je suis con. Elle me dit que je vais avoir une nouvelle attachée de presse. Elle me parle du "J'ai Lu" pour le premier et du "J'ai Lu" pour le second. Elle me dit que j'ai de la chance. Je le sais.
Mais maintenant, je n'en attends plus rien. Et ça, ça se déguste. Le premier, c'était l'inconnu, le trip, les rêves, la gloire, quoi. Le second, c'est plus simple, finalement.

Elle me dit que j'ai beaucoup changé. Oui, heureusement.


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1886