Déjà vu

Date 20/5/2008 21:30:00 | Sujet : Livres

Ca m'avait fait le coup la dernière fois en relisant le premier manuscrit annoté : je trouve ça nul à chier que ça en peut plus. Mauvais, médiocre, banal. J'ai honte d'avoir signé pour ça, honte que ça devienne un livre. Je relis, j'ai envie de tout balancer ou de tout refaire, je me demande comment ils ont pu vouloir acheter un truc pareil. C'est en relisant ce que j'écris que je me rends compte du travail à effectuer pour que, un jour, je sois satisfait de moi. Si jamais ce jour arrive.

*****
On ne peut plus rien dire. Rien. Tout part en vrille sur tout. Sexe, religion, couleur, alcool, cigarette, politique. Mon monde est au bord de l'implosion.

*****

Je me suis fait un claquage musculaire, moi, moi qui ne touche pas une raquette ou un vélo, moi qui rien que de penser au sport baille d'ennui. Foutu mollet qui me lâche d'un coup et me fait hurler en silence tellement j'ai eu mal, sur le coup. On me parle d'un manque de potassium. Je fais le mec qui y croit.

*****

Une cause à mes migraines identifiée ? Trop beau pour y croire, je me pince de joie. Ayant remplacé depuis huit semaines le lait du matin (un bon 40 cl chaque jour) par du jus de fruit frais ou un smoothie, je me rends compte que je n'ai pas eu de migraine ophtalmique depuis...huit semaines. Quelques alertes, quelques passages délicats (vite, se coucher, vite fermer les yeux) mais aucune vraie grosse migraine. J'ai repris le traitement proposé aux Urgences Migraine de l'Hopital Lariboisière, un lieu unique au monde adapté aux migraineux qui m'avait accueilli l'an passé, en train de crever ma race. Back to basics : aspirine dès le début de la crise (que j'ai acheté à croquer, pratique) et Triptan pour la suite, si la douleur persiste. Evitant l'aspirine depuis des années (sale réputation avec le sang, tout ça, stupide puisque je n'ai pas d'ulcère), je me rends compte qu'elle me convient très bien dans les douleurs modérées, pour la prévention de mes crises ou autre. J'ai lâché toutes les merdes chimiques qui me détruisaient le bide à chaque fois (effaralgan codéiné, di-antalvic, propofan, rien que de les écrire j'ai la nausée).

*****

Tell Me That You Love Me. Une série dont j'entends parler dans la bouche de tous les gens qui comptent. Ca vaut vraiment le coup, alors ?


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1887