111

Date 17/7/2008 5:50:00 | Sujet : Vie Quotidienne



Aujourd’hui, j’ai trouvé un chat, assis sur le cul, au croisement de la rue du boulot et de la rue d’à côté, un chat trempé par l’équipe de nettoyage des rues qui l’avait copieusement arrosé le prenant sûrement pour un chat crevé, un chat sur le cul, donc, les pattes arrière écartées, les pattes avant dressées et mi-tendues, clignant des yeux avec une telle souffrance que j’ai manqué en vomir devant lui. J’ai eu peur, d’abord, tant la vision était incongrue, puis j’ai eu mal, en réalisant que la pauvre bête était en train de mourir et que je ne pourrais visiblement pas faire grand-chose. Appeler les secours ? Pour un chat mal en point ? L’approcher avec une seringue du boulot, contenant une grosse dose de morphine, au risque de me faire mordre par un animal inconnu ? Le frapper fortement aux cervicales avec une barre de fer (comme si j’en avais le courage ou comme si une barre de fer traînait toujours dans les infirmeries en cas de besoin).

Je ne savais pas quoi faire.
Le temps d’arriver au travail, de me changer, d’en parler à une collègue (qui proposait de le noyer dans la Seine, seule, elle n’avait aucun problème avec l’acte, elle pensa à prendre une couverture pour attraper l’animal et me proposa d’y aller sans moi mais je voulais, masochiste, assister à la scène qui me traumatisait pourtant déjà beaucoup) et de revenir que le chat n’était plus là. Seule restait une longue trace de sang frais menant au trottoir, puis au trou vers les égouts, dans le caniveau. Qui ? Quoi ? Comment ? Pas de réponse. Nous sommes rentrés sans mot dire.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1906