100

Date 28/7/2008 7:20:00 | Sujet : Vie Quotidienne

Aujourd’hui, je me souviens très précisément de la fille de Nina Morato, une gamine boulotte, au physique ingrat, qui pensait jouir d’un statut particulier, cet été-là. Elle devint rapidement le souffre douleur de tous les autres enfants. J'étais son moniteur de colo.
Nina Morato, ne pensant pas à mal, l’avait accompagnée au bus, habillée comme une artiste Parisienne en province, signant avec emphase un maigre autographe à un père divorcé qui l’avait vaguement reconnue après avoir d’abord reluqué ses seins.
La petite subissait les derniers relents d’une éphémère gloire qu’elle n’avait pourtant pas connu et elle se battait avec hargne, sans arrêt, poings serrés. Elle finissait en nage, pleurant à n’en plus finir, se frottant les yeux de ses deux grosses mains ingrates. Elle me répétait invariablement la même chose, chaque fois que je la raccompagnais à son dortoir, alors qu’elle s’était enfin calmée :
« Maman serait fière de moi si elle me voyait ! »
C’était pourtant la seule gamine à ne jamais recevoir de courrier.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1920