87

Date 10/8/2008 5:50:00 | Sujet : Vie Quotidienne

Aujourd’hui, j’ai dû dire « non » à une patiente qui me sonnait pour la huitième fois en moins de deux heures. Non, je ne suis pas une dame de compagnie, non je ne suis pas un psychologue, non je ne suis pas de votre famille, non je ne suis pas payé pour passer le temps en votre compagnie, non je ne suis pas une oreille attentive, non je ne suis pas un distributeur à anxiolytiques, non je ne suis pas gentil-sympa-présent-dévoué et non vous n’êtes pas la seule de la maison. J’ai même fini par lui avouer qu’ils étaient quatre (4 !!) comme elle en ce moment, à appuyer sur la sonnette pour un oui ou pour un non. La sonnette est un outil pour gérer les urgences : quand ce n’est pas une urgence, on attend que quelqu’un passe (quelqu’un passe toujours, TOUJOURS, oui, à 8h, 9h, 10h30, 12h, 14h, 16h30, 18h, 20h, 22h ce qui fait pas mal de passages dans une journée) et ça ne sert à rien de me sonner pour savoir à quelle heure passe le petit déjeuner, parce que vous avez l’impression qu’on va vous oublier. Comment pourrait-on vous oublier ? Ah, si seulement on pouvait vous oublier. Une journée. On vous retrouverait séchée le lendemain, le pied. Que c’est dur de rester calme.


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1936