68 People are People

Date 29/8/2008 8:20:00 | Sujet : Vie Quotidienne



À table hier, en discutant avec des personnes que j’aime beaucoup. Je m’excusais auprès de l’une d’entre elle, pour l’avoir indirectement fait paraître en couverture de Public (« et de Closer, la semaine d’après, tu oublies, j’ai fait la une de Closer et de Public, il ne me manque que Voici pour être heureuse ») mais la narration de son aventure nous faisait bien rire, elle et moi :`

- J’étais dans la voiture, je sortais de chez moi et mon portable sonne, c’était ma cousine : « OHPUTAIN OHPUTAIN OHPUTAIN ARRETE TOI TOUTDESUITE TOUTDESUITE ET VA ACHETER PUBLIC, ILS ANNONCENT TON MARIAGE AVEC XXXXX EN COUVERTURE »…Je freine sur le bas-côté comme si ma vie en dépendait et je cours vers mon tabac où j’achète mes clopes et mes magazines depuis vingt ans, en bas de ma rue. Je pousse la porte et tout le monde se retourne en même temps, comment te dire, tu le sens quand les gens s’arrêtent de parler, pas naturellement, parce qu’ils étaient en train de parler de toi, tu vois, je file à la caisse, demande un paquet de Lucky et, d’un ton détaché, demande s’ils ont un Public qui leur reste. La buraliste, qui me connaît, je te le dis, depuis mon bac, me jette une œillade à la fois égrillarde et complice, façon « Toi, ma chaudasse, tu t’emmerdes pas… La chance ! Et en plus, maintenant, tu es une star »… Elle me tend le magazine, banco, je me vois dedans, la couverture, le gros titre, la honte. J’ai pas le temps de payer que mon portable sonne, ma mère, en larmes, de joie, enfin heureuse que sa fille ait trouvé un mari, et un beau, pas n’importe qui, dans le show-biz, en plus, mais un peu chafouine que je n’ai parlé de ce grand mariage à personne et surtout pas à elle. J’ai même pas le temps de nier qu’elle insiste lourdement… « Et la robe ? Promets-moi que la robe on ira la choisir ensemble… Tu promets, dis… Oh, s’il te plaît… » « Mais Maman, JE NE ME MARIE PAS ! Ce sont des conneries de journalistes, c’est une phrase tirée hors contexte… » (Je m’entends dire moi-même cette phrase que j’ai entendue mille fois à la télé prononcée par des people qui se défendent toujours mal d’un truc qu’on leur reproche)… Bref… Et bien, rien à faire, branle toi la nouille à l'ajax wc, ma mère ne CROYAIT PAS que je ne me mariais pas, vu que c’était dit dans le journal, c’était vrai, elle pensait que je voulais faire ça en traître, que je lui faisais payer une vieille histoire de robe tâchée ou je ne sais quoi, elle m’a fait la gueule pendant deux jours. Ma sœur arrive à la convaincre que je suis célibataire, CELIBATAIRE et seule de chez seule, elle l’avale difficilement, mais elle l’avale. On fait des repas en famille, mais le sujet est délicat, plus personne n’a le droit de plaisanter là-dessus. Je lui promets, la main sur le cœur, que je n’ai personne dans ma vie et que si ça arrive, elle sera la première le savoir. Putain, tu le crois, une semaine après, je fais la couverture de Closer… Avec mon ex que j’ai croisé une fois CINQ MINUTES sur le parking d’un plateau télé, six mois après la rupture ! On se fait une bise même pas chaleureuse, le minimum syndical. Paparazzi planqué… Titre de Closer « Ils sont follement amoureux de nouveau ! ». Ma mère a failli en péter une durite, elle tenait la preuve que je ne raconte que des menteries, à la famille, à elle. À ce jour, tiens-toi bien, j’ai beau TOUT lui raconter, elle est persuadée que je garde le meilleur pour les journaux. Rien à faire, elle ne me croit plus.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1963