La lutte délasse

Date 8/9/2008 17:00:00 | Sujet : Vie Quotidienne



"Selon notre classe sociale, nous n'attribuons pas le le même registre de prénoms à nos enfants. L'élite, par exemple, utilisait dans les années 1970/1980 les prénoms composés pour se distinguer. Désormais, elle prise ceux qui plongent leurs racines dans l'histoire (Baudoin, Théophile, Philomène...). Mais ce qui est frappant, c'est l'efficacité de cette stratégie : les individus, quelque soit leur milieu, sont tout à fait en mesure de réaffecter ces prénoms à un milieu social d'appartenance. Ils sont clairvoyants. Les étudiants auxquels on demande d'attribuer au journal Libération, ou à son concurrent Le Figaro, des faire-parts de naissance, ne commettent quasiment aucune erreur. Autre expérience : les jeunes gens qui auront pour mission de téléphoner à Apolline de la Roche Beaulieu surveilleront leur vocabulaire et seront un peu tendus."

Un article passionnant de Pascale Krémer pour le Monde 2, numéro 830 du 30 Août 2008.


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1980