49 Première fois

Date 17/9/2008 7:00:00 | Sujet : Vie Quotidienne

(Vous m’avez envoyé une photo qui vous touche, je la commente en écrivant un texte, comme si elle était mienne. Demain, peut-être, une autre photo).



Elle s’appelait Karine, elle avait quatorze ans, je m’asseyais souvent sur ce banc pour la voir passer. Je l’avais remarquée un peu plus tôt dans l’année, à la fin des classes, quand elle rentrait du collège. C’est amusant, nous habitions dans le même quartier et nous ne nous étions jamais croisés. J’ai eu le coup de foudre immédiat mais pas elle, elle ne m’avait pas vu, je m’étais caché derrière un pylône. Quand j’étais assis sur le banc, je pouvais la voir arriver de chez elle, au loin, c’est la maison orange au fond, sur la gauche, et puis je me retournais vers le parc, lentement, qu’elle ne me voie pas, qu’elle ne croise pas mes yeux, je crois que je n’aurais jamais pu le supporter, non, jamais.
J’ai pris quelques photos, j’ai volé une lettre au petit matin, dans sa boîte aux lettres, je voulais posséder une enveloppe à son nom, je sais que c’est stupide, je le sais. Ah, j’en ai passé des heures sur ce banc, je peux vous le dire, avant le fameux soir. Il faisait déjà nuit et bien froid, elle revenait d’acheter du pain.
- Vous aviez déjà fixé une date ?
- Non, monsieur le juge, ça s’est fait un peu comme ça, la petite m’a adressé la parole pour la première fois et j’y ai répondu et l’une chose en entraînant l’autre, elle s’est débattue, j’lui y ai poussé la tête sur le banc, un peu fort, j’admets monsieur le juge, mais je ne lui voulais pas de mal, c’est elle qui m’a adressé la parole, je vous le rappelle.
- Pourquoi avoir caché le corps ?
- Je ne voulais pas me faire attraper, monsieur le juge. Je regrette, monsieur le juge.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=1995