26 le malade pas imaginaire

Date 10/10/2008 6:40:00 | Sujet : Vie Quotidienne

J’expérimente bien malgré moi depuis quelques jours un nouveau mode de fonctionnement : le malade dépendant. Totalement malade, totalement dépendant, hein, quitte à s’amuser, autant y aller à fond. Je ne peux me lever seul d’un fauteuil, je ne peux enfiler mes chaussettes ou mon slip seul (puisque je ne peux me pencher sans tomber dans les pommes), je ne peux plus me relever d’un fauteuil seul ou me coucher seul sur le dos (sinon, comme la tortue, c’est la mort par malnutrition qui me guette, qui va venir me chercher ?), je ne peux plus lever une bouteille d’eau, encore moins marcher cent mètres pour aller m’acheter une bouteille d’eau, je ne peux plus me doucher seul de peur de faire un malaise dans la douche, et je tourne en rond dans l’appartement comme un rat en cage, salement agacé d’être enfermé avec 1000 dvd’s à voir et pas un seul que j’aurais envie de mater. Le facteur a sonné hier mais, malgré mes hurlements, il ne m’a pas attendu : il faut dire que je mets six minutes du canapé à la porte. C’est pas grave, c’est la vie.

Il faut donc trouver une chose positive dans tout ça (je déteste les gens qui se plaignent plus de quatre minutes, qui ne parlent que de leur maladie ou de leur rupture, le pire, ce sont ces mecs qui ont rompu avant la guerre et qui en parlent encore aujourd’hui, j’en connais un, plutôt mignon, en plus, qui fait fuir tout le monde à cause de ça. Putain, mec, pleure quand tu es seul et aies au moins la décence de faire semblant quand tu es en public : elle est partie depuis plus de deux ans, c’est qu’elle avait ses raisons !) et cette chose positive, c’est : j’ai fini d’écrire mon troisième livre, tout inédit, tout inédit.

Puisque je ne peux plus rien écrire sur le Web (récemment, on m’a encore volé des textes et le type me prenait vraiment pour un idiot, contestant l’emprunt et l'appelant même un hommage, car il avait changé deux virgules) et que je ne le souhaite plus, d’ailleurs, je suis bien obligé de le faire dans mon Word, car ça me démange, vous le pensez bien.

Je suis donc parti dessus, après avoir écouté les remarques d’un éditeur, ce qu'il attendait de moi, un roman, mais je ne sais pas écrire les romans, alors j’ai fait du mieux que j’ai pu en prenant un thème central et en développant des histoires autour de ce thème, comme je fais depuis quatre ans. C’est mon dernier livre médical, je pense avoir fait le tour du sujet avec celui-ci, le suivant sera plus léger (ou ne parlera pas de mort, de malades) et il a déjà été écrit, en fait, il y a deux années, ici (les Médusés, ça s'appelait), ça avait plu à un éditeur qui m’avait fait une offre mais non, sur le moment, je n’étais pas prêt. Il ne me reste qu’à le reprendre, l’étoffer, m’amuser un peu avec et voir si on peut en tirer quelque chose.

Je débute en parallèle un autre projet positif, uniquement positif, un livre qui sera 100% positif. Ne vous étonnez pas si je vous contacte un de ces quatre pour qu’on se parle, vous et moi.

Allez, à demain, je vous laisse, je vais me reprendre un anti-inflammatoire, j’ai le feu partout dans le corps. Au fait...Ça fait quatre ans depuis mardi que le blog existe. 2000 notes Quelle aventure ! Je fais le bilan demain.


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=2029