Soirée Diapo (3) Hong Kong / Macao

Date 14/10/2008 11:20:00 | Sujet : Voyages



Gros gros gros temps de flotte aujourd'hui sur Hong Kong, je regarde la météo et je dis à mon compagnon qu'on devrait peut-être mettre cap au sud pour la journée, histoire de fuir un peu l'île et d'aller plus loin, à une heure de là, vers...Macao ! Ah, Macao, quand on dit Macao, tout de suite, certains pensent au Grand Orchestre du Splendid (et ils ont raison, moi ça me le fait à chaque fois) et d'autres, plus doués en géographie, évoquent immédiatement l'histoire du monde.


Lire la suite, voir les autres photos.


Du 16e siècle à 1999, Macao fut une possession portugaise, elle a depuis été rétrocédée à la Chine. Aujourd'hui, Macao est, comme Hong Kong, gouvernée selon le principe « un pays, deux systèmes ». Elle bénéficie donc encore d'une large autonomie économique et politique par rapport au pouvoir central. La prospérité de Macao est en grande partie fondée sur un tourisme de jeux d'argent en pleine expansion. Le chiffre d'affaires des casinos y est plus élevé qu'à Las Vegas.

Macao (Macau en portugais et Aomen (澳門, Pinyin : àomén) en mandarin) est la plus petite des deux régions administratives spéciales (RAS) chinoises. Elle se trouve sur l'ouest du delta de la rivière des Perles, dans le sud du pays. L'autre RAS, Hong Kong, lui fait face de l'autre côté du delta, à environ 70 kilomètres. On doit donc prendre l'hydroglisseur, ci-dessous en orange et blanc, et les compagnies se battent pour attirer le passager, tant la concurrence est rude ! On peut partir toutes les trente minutes, au pire, vers Macao, et nous avions l'embarras du choix, j'ai donc décidé de regarder l'immense panneau de la gare maritime annonçant le départ le plus proche, dans moins de cinq minutes, et je suis allé acheter deux tickets.


On peut réserver en première classe (pont du dessus) ou en seconde et le placement n'est pas libre, ce qui est un peu normal vu le monde embarqué. Le service entre HK et Macao tourne 24h/24, tous les jours. A l'embarquement, une hôtesse passe demander entre les rangs si les passagers ont des demandes particulières. Une dizaine de minutes après, alors que l'hydroglisseur saute de façon spectaculaire sur les vagues de la mer de Chine (spectaculaire = secoués comme dans Space Mountain), l'hôtesse revient apporter les nouilles chaudes commandées au départ, nouilles que les Chinois sucent dans de grands bruits bien dégueus qui me font toujours autant rire. Schluuuuuuuurp.


Nous sommes désemparés à l'arrivée à Macao (il faut passer la douane, pas besoin de visa pour un séjour de moins de 24 heures) car tout le monde quitte le bateau pour se ruer dans...des bus gratuits amenant directement aux casinos de la ville. Sûrement pratique mais n'ayant aucune idée de l'endroit où se trouvent ces casinos, je propose à mon compagnon de marcher, simplement, ce qui nous permet de découvrir pendant une petite heure le front de mer et les casinos construits autour. L'ambiance est assez différente de HK, la ville est plus petite mais la chaleur, ce matin-là, nous étouffe : nous sommes poisseux. Heureusement que j'achète deux parapluies à un vendeur de rue, à la sauvette, la journée va être une sucession d'averses (une averse en asie = il pleut des éléphants) et de coups de soleils meurtriers.


Donc oui, ce machin-là n' est pas un palais impérial mais un casino. Comme à Vegas, on a embauché les meilleurs architectes du bon goût pour construire des machines à fric.


Et ce volcan assoupi contient des milliers de machines à sous.


C'est cependant le Grand Lisboa, le plus grand hôtel-casino de Macao qui retient notre attention car, comme pour la tour Montparnasse à Paris, impossible de se promener à Macao sans l'apercevoir quelque part, au détour d'une rue, tant il est démesuré. C'est un peu le point de repère des touristes en balade dans la ville, vous ne pouvez pas rater ce truc. "En février 2007, juste avant le Nouvel An chinois, c'était au tour du Grand Lisboa, étincelante fleur de Lotus – symbole de Macao – surgissant de son bulbe et dépassant avec ses 52 étages la tour voisine qui abrite la banque de Chine. Château étincelant d'or et miroitant de néons rouge et vert, le Grand Lisboa est la réponse du " roi du jeu ", le patriarche Stanley Ho (86 ans), à l'offensive des opérateurs de Las Vegas sur ce qui fut son territoire : il détint le monopole du jeu pendant quarante ans jusqu'en 2002.

Les Américains, en particulier le groupe Las Vegas Sands, qui gère le Venitian et un autre établissement, le Sands Macao, sont arrivés dans l'enclave avec de grands bruits de mâchoires. Et ils font preuve d'une voracité pantagruélique. "Sands va avaler Macao" : la formule prêtée à son président, William Weidner, reflète jusqu'à un certain point une réalité
". Source



Une fois quitté le grand axe menant au terminal ferry, nous découvrons une petite ville portugaise en pleine Chine et la traversée de certaines petites rues, pleines d'azulejos au mur ou de fenêtres croisées de fer me ramène des années en arrière, en Algarve. Étrange sensation : les Portugais ont plus influencé l'architecture à Macao que les Anglais à HK, ou bien il en reste peut-être plus à voir.


Sur une grande place Stalienne, balayée par le vent et les averses, le symbole de Macao, un peu bling-bling, il faut bien le dire : la fleur de Lotus. Pourquoi un lotus ? La fleur de lotus stylisée représente le peuple, et ses trois pétales les trois îles de Macao. Ah Ah ah, qui c'est qui peut aller faire le questionnaire Macao à Question pour un Champion, maintenant ?


Je ne vais pas vous mentir, même si nous étions sous le charme, les commerces dans les rues étaient strictement les mêmes qu'à HK, mêmes marques internationales, mêmes collections ou presque. Une seule différence, de taille : le prix ! Je me suis longuement demandé pourquoi tout coûtait encore moins qu'à HK, si c'était contrefait, ou pas. Des centaines (centaines) de magasins, le long de l'avenue, proposaient des montres en or immondes, par milliers, dont les Chinois sont très friands. Plus ça brille... Je n'avais aucun intérêt là-dedans et je savais exactement ce que je voulais à mon poignet. Avec un peu de chance...


Je ne raconte pas de salades, il pleuvait vraiment comme vache qui pisse.
Kawaisouslapluie sélectionné dans Voyage et Vacances


Quand je vois ce "No Fake", ça me fait penser à moi au Viet-Nam, n'arrivant pas à dormir à cause du décalage et cherchant une pharmacie pour acheter du Stilnox. Arrivé dedans, je passe dix minutes à faire semblant de chercher ma prescription française, pensant que les types attendent une ordonnance pour m'en vendre. Quelle cruche ! Je demande donc mon Stilnox, le type me regarde et me demande combien j'en veux. "Ben, une boite..." "Une boite ? 21 ?" "Mais j'en sais rien, j'ai jamais compté combien y'en a dedans, moi". Le type les vendait à l'unité et à la tête du client, surtout. M'étais fait rondement baisé sur le prix total, je peux te le dire.


"Que voir à Macao ?", je demande à la dame du syndicat d'initiative. Elle hausse les épaules et me tend une brochure laconique qui balance sèchement : "La vieille ville est la seule véritable attraction touristique en dehors du jeu. Le mont fortifié vaut le détour avec ses canons pointant maintenant les buildings de la ville. Ainsi que les ruines de la chapelle Saint Paul et juste en dessous le quartier de Largo do Senado la place principale entièrement pavée". Ah, ok. Ben on va faire ça, alors, madame.


Approchez, approchez, elle est bonne ma limande méduse saucisse de Frankfurt ma... euh... On saura jamais, il y avait tellement de monde autour du stand que personne ne s'occupait de nous.


Mais il y avait foule pour se faire servir, en tout cas.


C'est ce mélange Portugal/Chinois qui m'a beaucoup plu... surtout les locaux, putain, tu aurais vu passer les bombes métisées ! Bon, d'accord, tu atteins rarement le 1m75 mais tout de même, l'échantillon de bombasses au mètre carré était frappant. Vive la mixité, moi je te le dis.


Si je me mets pas en photo moi sur mon site, je vois pas l'intérêt, non mais ho. Tu sais que la dernière fois, quand j'étais allé aux USA, j'avais reçu des mails me disant que ce n'était pas mes photos et que je les avais volées, sous-entendant même que je n'étais jamais allé sur place ! Hallu !


Je me cherchais le nouveau modèle de ma fidèle Casio, je suis un peu geek des grosses montres Casio, il me faut celle qui donne la température + l'altitude + la pression barométrique + la boussole + l'heure, aussi, oui. En voyant le prix affiché (moitié moins qu'à HK), je demande à la dame si c'est une copie. Hurlement indigné de la patronne qui va en arrière-boutique me sortir toutes les accréditations Casio et veut même appeler devant moi le représentant local pour me prouver qu'elle ne vend pas de camelote. Elle avait l'air tellement en colère que je lui ai pris une deuxième montre, d'une autre marque.




Mékesskessékesssetruk ? Me suis-je dit en passant devant... Vous ne le savez pas mais moi, en vacances, je goûte de tout, si un jour on fait Koh Lanta, prenez moi dans votre équipe, les vers vivants, c'est pour ma pomme, no soucy. Et bien figurez-vous que la tartelette aux œufs frais (pastei de nata) était un peu l'emblème de Macao (ou la dernière folie à la mode), bue avec un smoothie à l'enzyme qui accélère le transit (je ne connais pas le nom du produit, en France) mais il faut soi-disant en prendre un tous les matins. J'ai bien sûr pris deux petites tartes qui étaient délicieuses, même sous la pluie.


Alors là maintenant, je dis Attention, Attention, on arrive au climax de la visite : la Cathédrale Saint Paul (ou plutôt ce qu'il en reste), le symbole de Macao, qui est à la ville ce que la Tour Eiffel est à Paris. Ce sont les pères Jésuites qui fondèrent la basilique Saint-Paul (Sâo Paulo) de 1602 à 1637. Il en reste encore une belle façade et un grand escalier, qui font de la basilique le plus beau monument chrétien d'Extrême-Orient. Détruite par un incendie en 1835. C'est une coquille creuse : il n'y a rien derrière mais... tout le monde y va !






La vue sur le parvis, en se retournant, est saisissante, quel dommage de voir ce gros machin doré partout. Il faut ensuite pénétrer dans la cathédrale et suivre un escalier sur le côté qui emmène au niveau des vitraux du premier étage.


De là, le jeu est, comme partout dans le monde, de faire un vœu en jetant une pièce. Oui, je l'ai fait, j'ai fait le vœu qu'il pleuve moins pendant les heures de visite suivantes. Raté.


Vue sur le Venetian, casino copié à l'identique, à l'identique sur son modèle de Las Vegas, impression très étrange d'avoir vu les deux, séparés par des milliers de kilomètres et des centaines de modèles de civilisation. Le goût du jeu les réunit, on va dire ça.


Le « Fortaleza do Monte » domine Saint-Paul. C'est là que les prêtres Jésuites se réfugièrent lors de la tentative d'invasion de la ville par des Hollandais, en 1622. Le château est à cinquante mètres des ruines de la Cathédrale, Macao est vraiment un tout petit site qui peut se visiter en une journée.




Ne me tentez pas, vous savez ce que je pense de la plupart des architectes, hein. Quelle honte.


La journée en un mot :
Macao à voir ? Oui, je serais bien resté deux jours, je n'ai pas fait tout le tour des sites proposés.
Macao bon plan ? Pas cher du tout, encore moins cher que Hong Kong et de vraies affaires à faire sur l'or, les montres, les vêtements et les plans d'un soir avec métisse méga-guapo parlant portugais (la langue la plus sexy du monde, moi je dis) (j'ai pas dit qu'il fallait payer pour se les faire, hein)
Macao on mange quoi ? Un Shogun Burger, chez McDo ! McDonalds varie les menus selon les pays et on se retrouve à déguster des trucs de fou, jamais vendus en France, avec du poulet en burger, de la sauce aigre-douce et des frites.

Macao, j'y retourne ? Oui, pour faire ça : le skywalk tout en haut de la Macao Tower, la plus grande tour de la ville. Accroché à un baudrier, vous marchez sur une plateforme, à 300 mètres au dessus du sol, sans la moindre barrière. Il paraît que c'est GÉNIAL ! Le temps ne le permettait pas et j'étais super déçu... Oui, je sais, je suis barge de vouloir faire des trucs comme ça.





Allez, Bonus Track, l'intérieur pas surchargé du tout du Grand Lisboa.








Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=2036