Les chansons de ma vie (4/100)

Date 14/11/2006 6:00:00 | Sujet : Musique




Il paraît que le premier amour conditionne tous les suivants. Il paraît que le premier émoi, le vrai, celui de l'adolescence, celui qui accompagne l'acné et les poils axillaires, va vous donner le "La" tout au long de votre vie, en dépit de tout, du bon sens, du cerveau qui dit non et de vos amis qui ne comprennent pas.




En revoyant tout à l'heure un clip des Pet Shop Boys, « Domino Dancing », il m'est revenu cette chaude après-midi de septembre 1990, rentrée scolaire étouffante suivant un été atroce, vacances au Pays de Galles, quatre semaines de pluie.
Je n'avais pas de but, je n'avais pas de vie, il me manquait l'essentiel et je le vis, lui.
Lui.




Je sais désormais que le coup de foudre existe, le vrai, si si, celui du cinéma avec le temps qui suspend son vol, les personnages qui se stupéfixent entre nous et moi et mon cœur, qui, un instant, s’arrête avant d'exploser.
Il était là, il rangeait ses livres de classe neufs dans son casier, à l'étude du haut. Son bureau allait jouxter le mien pendant toute une année mais je ne le savais pas encore. Il regardait avec dédain, avec morgue même, ses congénères, de cet air supérieur et assuré qu'il affichait en toutes circonstances. Sa bouche faisait la moue, sa lèvre supérieure légèrement retroussée, comme un léger dégoût marqué devant la médiocrité l'entourant et qu'il devait subir. Qu'il devrait subir toute sa vie.
Il ne se pensait pas supérieur, il ne se savait pas supérieur, il était supérieur, et c'était là toute sa force. De fait, il attirait les regards, les convoitises, et, avant même notre premier échange, un peu plus tard ce soir là, je compris vite qu'Alexandre allait changer ma vie.




Je fus stupéfait de retrouver son presque parfait sosie dans un film (et quel film !) bien des années plus tard. Ils se ressemblaient énormément tous les deux. Hormis la taille (Alexandre était un peu plus petit), tout y était. Cheveux, yeux, bouche, lèvres, nez et ce petit regard lubrique qu'il savait prendre pour vous mettre mal à l'aise, regard qu'il lançait à la ronde, destination homme, femme, chien, lorsqu'il avait un peu fumé, un peu bu, regard qu'il savait imparable et dont il jouait avec sadisme, souvent.



Une fois, sous le préau, alors que nous étions trempés après une longue course pour échapper en vain à l'averse, il me tendit son blouson Levi's, puis son pull, et ôta son tee-shirt blanc qu'il utilisa pour se sécher les cheveux, lentement, avec un soin méticuleux. Une fois fini, il me le donna et, moqueur, me glissa d'un regard ironique :

- Je me suis fait rincer, toi tu t'es rincé l'oeil, tout le monde est humide, pour résumer.

Je rougis en riant bêtement mais je ne niais plus mon attirance depuis Noël, au moins, et il savait mon trouble. Il reprit :

- Tu peux garder le tee-shirt, je suis sûr que c'est le genre de truc qui te plaît, ça.




Je fis le mec qui n'en avait rien à carrer, en haussant les épaules. Et je l'ai gardé pendant ces quinze années. Il est toujours là, sur l'étagère du haut, entre mes polos noirs et mes chemises d'été. En souvenir de ces deux années et de toi, dont je reparlerai un jour sûrement, de toute ton insolence et la beauté flamboyante de ta jeunesse qui éclatait à chaque mot, à chaque pas.

Bruce Weber capture dans le clip un bout (oh, si infime) de ce que tu étais. Je reconnais tes cheveux, je reconnais ta démarche. Je sais que tu t'es marié, que tu as un enfant. Je sais que tu as changé, mais je n'ai pas oublié. Je les aime de mon âge, ou même un peu grisonnants, mais ma jeunesse a une saveur salée amusante que je retrouve parfois cachée dans de vieux clips.
Ou de vieux tee-shirts. "Poivre Blanc, Compagnie de Californie, Sebago, Zobi La Mouche, Clopes Chevignon et Les Nuls, l'Emission". 1990. J'avais 17 ans.

Bonus Audio/Vidéo
La chanson originale des PSB, version maxi, la meilleure
La démo d'origine
Le clip des West End Girls, quinze ans plus tard
Indiscociable dans mon souvenir, la chanson qui suit sur l'album, I'm Not Scared (pas la reprise par Eight Wonder)




Le clip


"Domino Dancing" -Tennant/Lowe-

(All day, all day) I don't know why, I don't know how I thought I loved you, but I'm not sure now I've seen you look at strangers too many times A love-you-once is of a, a different kind Remember when we felt the sun A love like paradise, how hot it burned A threat of distant thunder, the sky was red And when you walked, you always - turned every head (All day, all day) Watch them all fall down (All day, all day) Domino dancing (All day, all day) Watch them all fall down (All day, all day, domino dancing) I thought that when we fought I was to blame But now I know you play a different game I've watched you dance with danger, still wanting more Add another number to the score (All day, all day) Watch them all fall down (All day, all day) Domino dancing (All day, all day) Watch them all fall down (All day, all day, domino dancing) When you look around you wonder Do you play to win? Or are you just a bad loser? (All day, all day) (All day, all day) I don't know why, I don't know how I thought I loved you but I'm not sure now I hear the thunder crashing, the sky is dark And now a storm is breaking within my heart (All day, all day) Watch them all fall down (All day, all day) Domino dancing (All day, all day) Watch them all fall down (All day, all day, domino dancing)
All lyrics are the property and copyright of their owners.
All lyrics provided for educational purposes only.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=775