Suck my cock, you tasty whore !

Date 7/4/2006 8:00:00 | Sujet : Vie Quotidienne

J’ai un copain américain depuis quelques temps et parmi mes nombreux plaisirs (le goinfrer de milles feuilles en serait un, oui) en sa compagnie, celui de jurer.
En anglais.
Comme dans toutes les séries que je vois à la tévé.
L’autre jour, comme Nate dans Six Feet Under, j’ai osé un « You Fucking Moron ! » au téléphone qui l’a fait éclater de rire. Je dois l’avouer, je ne sais pas ce qu’est un moron, c’est peut-être une sorte de mormon qu’aurait perdu son M en allant à la messe. Je sais pas.

On parlait au restau et je lui avoue humblement (mais avec une pointe d’excitation car le juron ne demandait qu’à sortir…) : « I hate talking over the phone in a foreign language, it’s scares the shit out of me ! ».
Il me reprend avec délectation, soulignant une nuance que je pourrais apporter à mon discours afin d’affiner l’art du gros mot :
« Ron, you could also say that it’s scares the living shit out of you »…
Cool ! Encore mieux !

Je glisse deux trois “fuck” de ci, de là, j’essaie de ne pas trop merder mes fuck (I would’nt fail on my fucks, you know) et qu’ils veulent dire quelque chose. Je sais aussi donner du « pain in the ass » au bon moment (I can give some good old pain in the ass when the time comes), genre, « Ah, les impôts en mai, quelle pain in the ass ».

Sans le vouloir, en lui parlant des plages du Sud, je lui ai fait comprendre que je m’en étais tapées quelques unes ( I loved to lay on some bitches, when the summer came) et il a acquiescé, mais j’ai senti que je ne voulais pas dire ça comme ça. I love the waves and the sand, that’s what I meant, you know.

Je dois apprendre à placer “cunt” qui est, paraît-il, méga méga vulgaire, I used to date this American Guy named X. who would not even pronounce it…Comme Charlotte dans “Sex and the City”, il disait “See You Next Tuesday” (garder les initiales et tâcher de comprendre) et refusait éperdument de me donner des phrases avec ce mot dedans.
Je le suppliais :
- Please, X, show me how to put my cunt !
- Never ever ! And I told you not to use this word in front of me !
- But how can I understand what I say if I don’t do nothing with my fucking cunt ? Just give me an exemple !
- Nope.
- Everybody can have a good cunt except me, it’s not fair, you know.

Pour ma part, je lui ai appris “avoir des couilles en or”, « salope, à genoux ! », “péter dans la soie » et « UMP ».

C’est important de connaître les gros mots, dans une langue étrangère, toujours, moi je dis. Ca fait partie du voyage.



Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=864