Ah oui mais non

Date 1/6/2006 18:00:00 | Sujet : Télévision

Appel de Lydie, la nana qui recrute les gogos gens pour faire public dans les émissions de télé.

- On a besoin de vous la semaine prochaine pour une spéciale humour, avec Laurent Ruquier ! Y'aura que des gens drôles, vous allez passer une super soirée !

Déjà, moi, là, je ne ris plus. J'ose demander les heures d'enregistrement. Elle me répond, sans sourciller :

- Oh, ben vous arrivez à la plaine Saint Denis à 19h et on finit vers minuit trente, à la louche.

Pour ceux qui ne comprennent le parlé dans le texte, je traduis.

" Arrivée devant le studio à 19h avec 150 autres personnes, toutes habillées pour le mariage de Françis & Jeanine. Habituelles habituées parlant fortement pour bien signaler leur présence (un aboutissement pour elles que d'être gogo public télé, un accomplissement, une vraie sortie culturelle, c'est dire). Généralement, elles ont plus de quarante ans et cherchent un homme.
Vent glacial, vigiles suspicieux qui vont vous palper avant de vous laisser entrer dans le hall du studio.
Vestiaire obligatoire. Trente minutes d'attente.
Un sandwich minuscule offert et une bouteille d'eau. Sandwich à consommer obligatoirement avant le début de l'émission, en dix minutes et bouteille d'eau interdite sur le plateau.

Pause pipi presque obligatoire car interdiction formelle de se lever ou de quitter l'enregistrement, quelle que soit la cause. Aucune sortie autorisée.

On vous sépare de vos potes à l'entrée car Lydie vous place selon votre sexe, votre look, votre physique et plein d'autres détails, en poussant plein de petits cris (Mégakool les gens !! Oversympa ce soaaar !! Jtadooooortoaaa) et en speedant à mort. Objectif, nous caser tous en moins de vingt minutes.

Attente.

Entrée des animateurs sur le plateau.
Pas un regard pour le public.

Enregistrement des sketches censés se dérouler le long de l'émission. Applaudissement forcés avant, pendant, après chaque lancement. Rires forcés pendant, allez, on est là pour s'éclater, allez, on rit plus fort.

Applaudissements répétés, pour un oui, pour un non, jamais spontanés, toujours sur commande. On se lève, on se rassoit. Plus spontanément, plus dynamique. On recommence, la prise n'était pas bonne. On attend le lancement du sujet, on applaudit.
On ne voit jamais le sujet qui n'est pas encore réalisé au moment de l'enregistrement, bien sûr.

Après trois, quatre heures à ce rythme, premiers coups de fatigue mais on ne peut toujours pas sortir, ou bouger, sauf si Lydie vous déplace. Ce qu'elle fait régulièrement pour d'obscures raisons tout au long de l'émission.

Qui se termine à une heure du matin, bien après le dernier métro, baisés sont ceux qui viennent en transport en commun.

Plus jamais ! Plus JAMAIS !"

Qu'ils indemnisent le public et on en reparle. Tu parles d'un honneur, d'aller assister à ce cirque !

J'en parlais déjà ici, en octobre, après un Fogiel et un Durand.


Cet article provient de Ron
http://ron.infirmier.free.fr

L'adresse de cet article est :
http://ron.infirmier.free.fr/modules/news/article.php?storyid=977